Benkos Biohó : le héros de la liberté afro-colombien méconnu

Dans les annales de l’histoire afro-colombienne, peu de figures brillent aussi intensément que Benkos Biohó, un leader mandingue dont le courage et la détermination ont façonné le premier village libre des Amériques. Sa vie, marquée par la résistance et la lutte pour la liberté, offre une source d’inspiration profonde et un aperçu de l’histoire souvent négligée de la résistance africaine dans le Nouveau Monde. Cet article explore la vie extraordinaire de Benkos Biohó et son héritage durable.

La captivité et l’évasion : les premiers pas vers la liberté

Né dans l’archipel des Bissagos en Guinée-Bissau, Benkos Biohó, aussi connu sous le nom de Domingo Biohó, est capturé jeune par des marchands d’esclaves portugais. Vendu à plusieurs reprises, il se retrouve finalement à Carthagène des Indes, en Colombie actuelle. C’est là que commence sa légende. En 1599, Biohó orchestre une évasion audacieuse, s’échappant dans les marais luxuriants au sud-est de Carthagène. Cette évasion n’est pas seulement un acte de bravoure personnelle, mais le début d’un mouvement de libération qui allait changer le cours de l’histoire.

San Basilio de Palenque : un refuge pour les âmes libres

Après son évasion, Biohó ne se contente pas de chercher sa propre liberté. Il devient un phare d’espoir pour de nombreux autres esclaves en fuite. Sous la direction de celui qui sera surnommé le « Roi d’Arcabuco« , ils fondent San Basilio de Palenque, un village qui deviendra le premier territoire africain libre des Amériques. Ce village n’est pas seulement un refuge ; c’est un symbole de résistance et d’autonomie, un défi ouvert contre l’ordre colonial espagnol.

La lutte pour la reconnaissance et la trahison

La croissance de San Basilio de Palenque et son succès en tant que communauté libre attirent l’attention des autorités coloniales. En 1605, le gouverneur de Carthagène, Gerónimo de Suazo y Casasola incapable de vaincre les Marrons, propose un traité de paix à Biohó. Ce traité reconnaît l’autonomie de Matuna Bioho Palenque, un geste sans précédent à l’époque. Cependant, la paix est de courte durée. En 1619, Biohó est trahi et capturé par les Espagnols, qui le condamnent à mort deux ans plus tard. Sa mort tragique est un sombre rappel des luttes incessantes pour la liberté et la justice.

L’héritage de Benkos Biohó : au-delà de la mort

Statue de Benkos Biohó

La mort de Benkos Biohó n’a pas marqué la fin de son héritage. Au contraire, elle a renforcé la détermination des Marrons et a solidifié San Basilio de Palenque comme un symbole de résistance inébranlable. Aujourd’hui, le village est reconnu par l’UNESCO comme un chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. L’esprit de Biohó continue d’inspirer les luttes pour la liberté et l’égalité dans le monde entier.

Benkos Biohó dans la mémoire collective : un héros redécouvert

La figure de Benkos Biohó a souvent été reléguée aux marges de l’histoire officielle. Cependant, grâce aux efforts des historiens et des militants, son histoire est de plus en plus reconnue et célébrée. Dans un monde où les histoires de résistance et de libération sont plus pertinentes que jamais, la vie de Biohó offre un puissant rappel de la résilience et de la force de l’esprit humain face à l’oppression.

Il n’était pas seulement un homme en quête de liberté personnelle ; c’était un visionnaire qui a vu au-delà des chaînes de l’esclavage pour créer un havre de liberté et d’espoir. Son histoire, riche en leçons de courage, de leadership et de persévérance, continue de résonner aujourd’hui. En se souvenant de Benkos Biohó, nous célébrons non seulement un héros de l’histoire afro-colombienne, mais aussi un symbole universel de la lutte pour la liberté et la dignité humaine.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Notes et références

  1. Les Mandingues ou Malinkés sont un groupe ethnique d’Afrique de l’Ouest qui se trouve principalement dans le sud du Mali, en Gambie et dans l’est de la Guinée.
  2. Les îles Bissagos sont un groupe d’environ 88 îles et îlots situés dans l’océan Atlantique au large de la Guinée-Bissau.
  3. Carthagène des Indes est une ville et l’un des principaux ports de la côte nord de la Colombie. Ancienne colonie espagnole, elle était un port clé pour l’exportation de l’argent bolivien vers l’Espagne et pour l’importation d’Africains réduits en esclavage.
  4. Arcabuco est une municipalité située dans le département de Boyacá, en Colombie.
  5. Palenque de San Basilio ou San Basilio de Palenque est un village situé dans les contreforts des Montes de María au nord de la Colombie.
Mathieu N'DIAYE
Mathieu N'DIAYE
Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles récents

Articles similaires