Saloum, le film

“Tirailleurs” : au nom du père et du fils

Cinéma

“Tirailleurs” : au nom du père et du fils

Par Rédaction Nofi 2 janvier 2023

Avec Tirailleurs, le réalisateur Mathieu Vadepied dénonce l’emprise colonialiste de la France sur plusieurs pays africains pendant la première guerre mondiale à travers une conflictuelle relation père-fils.

Pour son second long métrage, Mathieu Vadepied braque les projecteurs sur une page de l’histoire française rarement évoquée au cinéma. Tirailleurs, déjà présenté au festival de Cannes en mai dans la section “un certain regard”, raconte l’histoire des tirailleurs sénégalais, héros oubliés de la Première Guerre Mondiale. Avec un décor minimaliste et une photographie sublimant les peaux noires des protagonistes, le réalisateur pointe du doigt l’emprise colonialiste de la France sur certains pays africains. Le film se focalise plus spécifiquement sur la période durant laquelle les soldats français ratissaient les campagnes africaines en quête de jeunes recrues, enrôlées de force pour défendre la France. 

Tournée en partie au Sénégal et dans les Ardennes, la co-production franco-sénégalaise nous immerge donc dans un passé colonial où règne l’injustice, à travers une relation père-fils qui fait fortement écho à la guerre dans laquelle ils ont été emportés. 

Une guerre dans la guerre 

Alassane Diong ©Tirailleurs

En 1917, Bakary Diallo (Omar Sy) rejoint l’armée française pour veiller sur Thierno (Alassane Diong), son fils de 17 ans. Galvanisé par la fougue de son officier qui veut le conduire au cœur de la bataille, Thierno va s’affranchir et apprendre à devenir un homme, tandis que Bakary va tout faire pour l’arracher aux combats et le ramener sain et sauf au pays. Le spectateur comprend rapidement que le cœur de ce long métrage sera donc la relation mouvante de ces deux protagonistes. 

Omar Sy, qui pour la première fois joue en peul, sa langue maternelle, livre une belle prestation en interprétant un père déterminé par son amour inconditionnel pour son enfant. Cependant, ce dernier est aveuglé par son admiration pour son lieutenant, blanc et français. Au fur et à mesure que Thierno monte en grade grâce à ses relations au sein de l’armée, la tension entre son père et lui ne cesse de s’accroître.

Matthieu Vadepied choisit de ne pas se focaliser entièrement sur l’ennemi allemand, pour nous entraîner dans un tourbillon d’émotions où loyauté, amour et confiance sont constamment remis en question. Film de guerre mais pas que, Tirailleurs se positionne comme un hommage à ces soldats arrachés à leur terre natale, dont l’histoire reste oubliée.