Le Bouquet Africain de Thema

La difficulté d’être un Captain America noir dans une Amérique raciste

Divertissement

La difficulté d’être un Captain America noir dans une Amérique raciste

Par Makandal Speaks

Peut-il y avoir un Black Captain America ? En tout cas, Sam Wilson y pense… Attention spoiler !!!

La difficulté d’être un Captain America noir dans une Amérique raciste

The Falcon and the Winter Soldier questionne la notion de héros afro-américain

Les derniers épisodes de The Falcon and the Winter Soldier sont clairement axés sur la Question Noire Outre-Atlantique. Plus précisément, la série explore brillamment ce que signifie être un héros noir au pays de l’Oncle Sam. Ne cherchez pas de revendications de type « Black Power » ou « Back to Africa« , comme ont pu nous l’offrir Black Panther et le duel T’Challa/Killmonger dans le royaume afro-futuriste du Wakanda, vous serez déçus. Par contre, The Falcon and the Winter Soldier donne à réfléchir sur ces générations d’Afro-Américains qui se sont battus pour une nation qui ne leur à que rarement donné quoi que ce soit en retour. Pire, qui les a traités en ennemis de l’intérieur.

« Je suis un homme noir portant les étoiles et les rayures. Qu’est-ce que je ne comprends pas ? Chaque fois que je ramasse ce truc [le bouclier, ndrl], je sais que des millions de gens vont me détester pour ça. Même maintenant, ici… je le ressens. Les regards, le jugement. Et il n’y a rien que je puisse faire pour changer ça. Pourtant, je suis toujours là. Pas de super sérum, pas de cheveux blonds, ou d’yeux bleus. Le seul pouvoir que j’ai est que je crois que nous pouvons faire mieux. » [1]

Sam Wilson l’ancien Avengers mais toujours en proie au racisme

Il convient de rappeler que Sam Wilson à contribué à sauver le monde au sein des Avengers. Pourtant, de retour au pays, il se voit refuser un prêt bancaire. Malgré ses années de service pour sa patrie et le monde en tant que Faucon, il est toujours harcelé par la police (qui, on le sait au États-Unis, a la gâchette facile avec les Noirs). Par respect et humilité, il a renoncé au mythique bouclier de Steeve « Captain America » Rogers, pensant que sa place était dans un musée. Néanmoins, le gouvernement a craché sur l’héritage de son ancien porteur en le confiant à John Walker…

Carl Lumbly incarne Bradley dans la série télévisée en streaming The Falcon and the Winter Soldier (2021) du Marvel Cinematic Universe.

Mais c’est avec l’introduction de d’Isaiah Bradley, incarné par le génialissime Carl Lumbly, dans l’épisode « The Star-Spangled Man » puis dans l’épisode ‘Truth » que l’on comprend le prix à payer d’être un héros noir. En effet, Bradley lui aussi un super soldat, avait été envoyé par le gouvernement américain se charger du Soldat de l’hiver au cours de la guerre de Corée. En guise de remerciement pour son service, il fut emprisonné pendant 30 ans, fit l’objet d’expériences inhumaines et a apparemment été jeté dans le monde, sans rien. Il est l’un des premiers super soldats sacrifiés parce qu’il était noir dans une Amérique raciste.

Au contact d’Isaiah Bradley, le Faucon réfléchit sur la notion d’un Captain America Noir

Maquette de la couverture de Truth : Red, White & Black 1 (janvier 2003) Crayons et encres de Kyle Baker.

Le 5ème épisode renvoie au titre de la série de sept bandes dessinées écrite par Robert Morales, dessinée par Kyle Baker et publiée par Marvel Comics, « Truth: Red, White & Black », sorti en janvier 2003. Dans cet épisode, les références historiques sont nombreuses et bien trouvées tant elles illustrent parfaitement la difficulté d’être un Captain America noir dans une Amérique encore raciste. Par exemple, Isaiah Bradley évoque au cours de sa discussion avec Sam Wilson les « Tuskegee Airmen« , une unité de pilotes afro-américains formés à Tuskegee dans Alabama qui s’est distinguée durant la Seconde Guerre mondiale. A l’instar de cette unité qui combattait le nazisme hors des frontières américaines et la racisme dans leur propre pays, Isaiah a du faire face à la négrophobie de l’Oncle Sam. Comme il l’évoque lui-même, lorsqu’il revint de la guerre, il a pu trouver sur son terrain des croix enflammées, faisant explicitement référence au tristement célèbre Ku Klux Klan. Nous portons d’ailleurs à l’attention du lecteur, que c’est dans cette même ville, Tuskegee, que s’est déroulé le scandale de l’étude sur la syphilis.

The Falcon and the Winter Soldier y fait clairement allusion, lorsque Bradley explique que les afro-américains utilisés comme des cobayes, avaient reçu diverses versions du sérum de super-soldats que l’on leur avait présenté comme un vaccin contre le tétanos (rien à voir avec le titan fou lol). Dans  la réalité, des médecins américains, pour mieux connaître l’évolution de la syphilis lorsqu’elle n’est pas traitée, ont utilisé des afro-américains comme cobayes à leur insu, sous couvert d’une prise en charge médicale par le gouvernement américain. Cette étude criminelle et raciste a duré près de 40 ans. Enfin Tuskegee  est également la ville natale de Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, surnommée « mère du mouvement des droits civiques ».

Isaiah évoque également le fait que durant son service, il a déserté afin de venir en secours à son unité. Cela lui a valu d’être marqué comme un esclave et emprisonné 30 ans durant. Cette scène est le reflet exact de ce qu’avait fait le Steve Rogers au cours de la 2nde Guerre Mondiale dans Captain America, the first Avenger. Sauf que pour lui, ce ne fut qu’honneurs et distinctions de la part de la hiérarchie militaire. Deux poids, deux mesures…  Si Sam insiste pour faire connaitre l’histoire tragique d’Isaiah Bradley au grand public, le vieil homme quant à lui, préfère ne pas ébruiter cette sombre affaire de peur d’être une fois de plus la cible du gouvernement américain. Bradley insiste sur la falsification de l’Histoire par les puissances, ce contre quoi nous avait déjà mis en garde Cheikh Anta Diop dans son célèbre ouvrage Nation Nègre et Culture.

Enfin, lorsqu’Isaiah explique qu’il ne laisseront pas un Noir endosser le costume, cela sonne comme un défi dans l’esprit du Faucon …

Nous n’en dirons pas plus afin de ne pas gâcher le plaisir des fan du Marvel Cinematic Univers et vous invitons à regarder The Falcon and the Winter Soldier sur Disney+, disponible depuis le 19 mars 2021.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Black Panther, l’épopée afro-futuriste décomplexée

Notes et références

[1] Sam Wilson dans « The Falcon and the Winter Soldier 1.06: One World, One People« 

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !