Trilogie Kemi Seba

VIDÉO LIL NAS X : 5 CLIPS D’ARTISTES AFRO-AMÉRICAINS INOUBLIABLES

Divertissement

VIDÉO LIL NAS X : 5 CLIPS D’ARTISTES AFRO-AMÉRICAINS INOUBLIABLES

Par Dozilet Kpolo

Rassure-toi : tu peux l’article, sans craindre le mauvais oeil.

Depuis que ta Tante a partagé le clip Lil Nas X, Montero (Call me by your name), dans le groupe familial WhatsApp, après avoir sorti toutes les prières possibles et imaginables, tu as finalement vu cette vidéo. Ou plutôt l’aller-simple du jeune chanteur noir vers l’enfer, avec le twerk fatal sur une figure diabolique. Bien sûr pour Tantie, « C’est un sataniste ! Un sorcier ! » mais comme Steevy Musicfeelings l’a bien expliqué : « Il n’y a que les sorciers qui reconnaissent les sorciers ! » À bon entendeur, salut !

Plus sérieusement, ce clip-là n’est qu’un énième opération de communication dont Lil Nas X a l’habitude. Tu en oublierais presque que d’autres, artistes afro-américains, ont sorti avant lui des clips inoubliables. Voici une liste non exhaustive, sans l’inclassable Thriller de Mickael Jackson.

ON S’ENJAILLE

BUSTA RHYMES X JANET JACKSON, WHAT’S IT GONNA BE ? (1999)

Avant d’être ce monsieur dont le nom évoque vaguement quelque chose, Busta Rhymes était l’un des meilleurs rappeurs ! Notamment en matière de clip.

Sorti le 12 mars 1999, What’s It Gonna Be ?! a été réalisé par le M. Clip himself de l’époque : Hype Williams.

Dans cette vidéo, qui aurait coûté deux millions de dollars, c’est latex pour tout le monde ! Busta, Janet, les danseurs, etc. Mais aussi, jeu de séduction entre le rappeur et la petite sœur de Mickael Jackson. Quelques jours plus tard, sort Matrix et son couple héroïque Neo – Trinity, eux aussi grands amateurs de cuir. À croire que c’était la mode à l’époque.

D’ANGELO, HOW DOES IT FEEL (2000)

La seule et unique raison pour laquelle tu te rappelles cette chanson neo-soul et du clip qui va avec, c’est parce que : depuis que tu es en couple avec Bae, elle ne parle que des tablettes du chocolat du monsieur. Elle aimerait que tu aies les mêmes, d’ailleurs.

Toi quand tu vois ce clip, tu as juste envie d’aller à Abidjan, emprunter le manteau d’un chanteur de coupé-décalé qui s’en sert pour faire le malin sauvagement alors qu’il fait chaud comme jamais, avant de revenir l’offrir à D’Angelo.

Pour la petite histoire, c’est grâce à ce clip, pour lequel il aurait suivi une préparation physique, que le chanteur serait devenu un sex symbol. C’est pas Madame qui dira le contraire.

MISSY ELLIOT, GET UR FREAK ON (2001)

N’en déplaise à Fally Ipupa, Missy Elliot a eu bien avant lui trop d’avance comme Rolls Royce sur moto. Créative, énergique, moderne, la future quinquagénaire (elle les aura, le 1er juillet prochain) a rarement fait les choses à moitié en termes de clip vidéo. Notamment avec ce tube : Get Ur Freak On.

« Kore kara minna de mechakucha odotte. Sawagou, sawagou » balance pour commencer un mec, qui tape tranquillement un grand écart entre deux rochers. La classe ! En fait, ce qu’il vient de dire signifierait : « Maintenant, tout le monde danse sauvagement. Faisons du bruit ! Faisons du bruit ! » Et du bruit, cette vidéo en a fait à cause de ce tintintintin qui te reste en tête, ces nombreux rappeurs qui défilent devant la caméra : Ludacris, LL Cool J, Timbaland, Ja Rule, le regretté Nate Dogg, etc., ou encore ce crachat qui atterrit dans la gorge d’un danseur. Non, merci !

En 2002, le titre a été doublement récompensée : Grammy Award de la meilleure prestation rap et Soul Train Music Award du meilleur clip vidéo.

Parce qu’un clip sert aussi à braquer les projecteurs sur une situation d’injustice, certains s’en servent aussi.

BLACK LIVES MATTER

BEYONCÉ, FORMATION (2016)

Chanter, collectionner les Grammy Awards (28 au total !) , danser, mais aussi faire comme si de rien n’était alors que sa sœur a tapé son mari dans un ascenseur, en mondovision, ou encore surfer sur la vague afrobeats pour en faire un film (Coucou, Black Is King) Beyoncé tout faire.

Parfois, cette incroyable stakhanoviste donne aussi de la voix sur des sujets d’actualité comme les violences policières.

Nous sommes en 2016, COVID-19 ne t’a pas encore empêché de faire semblant de programmer un voyage que tu n’allais faire de toutes les façons, et Beyoncé sort Formation ; le 6 février, pour être totalement précis.

Dans ce clip réalisé par Melina Matsoukas, la future réalisatrice de Queen & Slim, la chanteuse texane clame son amour pour ses traits (I like my negro nose with Jackson Five nostrils), règle ses comptes avec ceux qui ont eu l’outrecuidance de parler de sa fille Blue Ivy (I like my baby heir with baby hair and afros), etc. Le tout dans une mise en scène léchée entre passé et présent, avec cette voiture de police sous l’eau : référence directe à l’Ouragan Katrina.

À l’époque, en 2005, plusieurs personnes parmi lesquelles Kanye West s’étaient plaintes ouvertement. Elles reprochaient à l’administration Bush de mal traiter les Noirs, majoritairement touchés par la catastrophe naturelle.

Cette fois-ci, c’est Queen Bee qui y fait allusion à sa manière. Comme quoi Beyoncé tout faire.

CHILDISH GAMBINO, THIS AMERICA (2018)

Parce qu’il met en scène sans détour ces violences dont les afro-américains sont régulièrement victimes, le clip This Is America est l’un des plus marquants de ces derniers années.

D’abord quand il commence, tu ignores que Childish Gambino va exécuter froidement un homme recouvert d’une capuche blanche, empruntée au Ku Klux Klan, taper son meilleur Gwara gwara, puis tranquillement ouvrir le feu sur une chorale, allusion directe au massacre de l’Église de Charleston en 2015[1], etc. Un coup de maître, réalisé par Donald Glover, son vrai nom à l’état civil.

Devenue rapidement virale, reprise par d’autres pour dénoncer les maux de leur pays d’origine comme l’artiste nigérian Falz, la vidéo dépasse aujourd’hui les 750 millions de vues.

 

Alors oui le clip de Lil Nas X peut te déranger, te perturber même, mais ce n’est ni plus, ni moins qu’une grosse opération de communication et de marketing, avec la sortie des chaussures de Satan, pour lesquelles Nike n’aurait pas donné son accord[2]. La preuve, tu en es train de lire l’article.

Les chaussures avec lesquelles Lil Nas X fait la paire, pour le buzz.
©️ Tous droits réservés

[1] Un jeune suprémaciste blanc avait ouvert le feu sur neuf afro-américains.

[2] Limité à 666 exemplaires, les chaussures, qui contiendraient une goutte de sang, sont en fait une reprise d’un modèle existant : Air Max 97. L’équipementier a depuis porté plainte.