SOCIÉTÉ

Assa Traoré : Communiqué #VeritePourMahamadou

Mahamadou Fofana, cousin d’Adama Traoré, est mort en septembre dans les Yvelines, alors qu’il était poursuivi par la police. Sa famille, qui conteste la version des forces de l’ordre sur les circonstances du décès, a porté plainte pour « faux en écriture publique ».

Assa Traoré : Communiqué #VeritePourMahamadou

Nous savons aujourd’hui que le premier rapport d’autopsie de Mahamadou FOFANA a été falsifié le 15 septembre 2020. Dès que nous avons vu le corps, nous avons constaté ses blessures, notamment sur le crâne. Des traces de choc ont aussi été constatées par le légiste mais ont été écartées du compte-rendu préliminaire d’autopsie pour faire croire à une simple noyade. Nous savons désormais que des blessures de Mahamadou FOFANA ont été dissimulées. Depuis trois semaines, nous demandons une contre-autopsie que le juge d’instruction, Denis Couhe, s’entête à refuser.

  • Pourquoi ce magistrat refuse-t-il une contre-autopsie alors qu’il s’agit d’un acte élémentaire et que le premier rapport a été modifié voire falsifié ?
  • Le rapport d’autopsie actuel mentionne 20 lésions récentes, nous en avons constaté plus.
  • Qu’il y-a-t-il à cacher?
  • Qui est protégé par ces décisions contraires à la manifestation de la vérité ?
  • Le juge d’instruction est censé être indépendant alors pourquoi refuser cette expertise médicale indispensable ?

Le juge Denis Couhe est déjà tristement célèbre pour instruire le dossier de la mort de Robert Boulin, ministre du travail retrouvé mort dans un étang et dont le visage présentait également des lésions. La famille Boulin a toujours contesté la thèse du suicide et le juge n’a jamais fait les investigations nécessaires pour découvrir ce qui s’est passé. Nous sommes en train de préparer un rassemblement devant le tribunal judiciaire de Versailles afin de demander au juge Denis Couhe d’instruire le dossier Mahamadou FOFANA correctement et d’ordonner au plus vite tous les actes utiles à la manifestation de la vérité.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 653