SOCIÉTÉ

Des réseaux sociaux exposent le racisme dans la police française

Le groupe privé Facebook TN Rabiot Police Officiel, fort d’environ 8000 policiers, est un lieu de circulation fréquent de messages et de montages au racisme décomplexé. Les mêmes reproches ont été adressés à un groupe Whatsapp de policiers rouennais dénoncés par un de leurs confrères.

Nos confrères de Streetpress ont ‘infiltré’ le groupe Facebook TN Rabiot Police Officiel, décrit par ses administrateurs comme un ‘Groupe d’Informations et de débats sur la sécurité publique et la réalité du travail et des missions des forces de l’ordre’. Uniquement accessible aux policiers authentifiés, il a à plusieurs reprises été le théâtre de messages racistes, sexistes et homophobes. Une des plus récentes sorties racistes dans le groupe faisait référence à la marche organisée contre les violences policières racistes à Paris le 2 juin 2020. Sous une photo de la foule se glissaient un certain nombre de remarques qui peuvent légitimer faire se demander quelle est la conception qu’ont leurs auteurs de leurs concitoyens noirs.

« C’est noir de monde(…) », « C’est noir de merde », « C’est un peu comme avec le naufrage d’un pétrolier? » « Les KFC vont se gaver ce soir », etc.

Dans la même veine, un policier rouennais avait dénoncé, fin décembre 2019, des messages racistes sur un groupe Whatsapp tenus par ses collègues. Les Noirs y étaient qualifiés de ‘nègres’ et les Maghrébins de ‘bougnoules’ et des appels à la violence contre ces populations étaient lancés: « ce pays mérite une guerre civile raciale bien sale, il faut qu’ils crèvent ces chiens », pouvait-on y lire. Dans la foulée de la tragédie George Floyd et de la marche parisienne contre les violences policières, le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait appelé à sanctionner les officiers de la police française tenant des propos ou adoptant des attitudes racistes. Les policiers rouennais soupçonnés d’avoir tenu les propos incriminés furent renvoyés en conseil de discipline le 4 juin 2020.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Au Brésil, un jeune Noir est tué toutes les 23 minutes

Articles : 512