HISTOIRE

Shaka Zulu, l’un des plus célèbres conquérants de l’histoire africaine

Shaka Zulu, fondateur au 19ème siècle du royaume zoulou en Afrique australe, est l’un des plus fameux conquérants de l’histoire africaine.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Les origines de Shaka Zulu

Shaka, naît dans les années vers 1780 dans l’est de l’actuelle Afrique du Sud. Il est  le fils de Senzangakhona, chef des Zoulous et de Nandi, une princesse langeni.

Lire aussi: Nandi, reine-mère des Zoulous

Les Zoulous et  Langeni  sont alors deux petits clans appartenant au peuple nguni. Sa Ce dernier se compose notamment d’autres populations comme les Xhosa, les Swazi ou les Ndebele d’Afrique australe.

Lire aussi: Thembu-Xhosa, la culture de Nelson Mandela

Le jeune Shaka passe une partie de sa jeunesse chez les Langeni dans la famille de sa mère.

A cette époque, les Zoulous paient tribut aux Mthethwa, une autre population bien plus puissante.

La période mthethwa

Shaka entre en conflit avec son cousin Makhedama alors au pouvoir chez les Langeni. Jeune homme, il se réfugie chez les Mthethwa dans les années 1800. Il passe vraisemblablement une dizaine d’années sous l’égide de Dingiswayo, un guerrier qui règne sur les Mthethwa. Il y développe de grandes qualités guerrières et politiques, devenant l’un des bras droits de Dingiswayo.

La prise du pouvoir chez les Zoulous 

Bientôt, Senzangakhona décède. C’est son fils Siguijana, un demi-frère de Shaka, qui prend le pouvoir. Peu après, vers 1810, Shaka, à la tête d’une armée mthethwa et avec l’appui d’une partie des dignitaires locaux, prend le pouvoir du clan zoulou. Sigujana est tué à l’occasion. Shaka continue à être subordonné à Dingiswayo.

Face à la menace ndwandwe

Vers 1812, la grande puissance de la sous-région, les Ndwandwe attaquent les Mthethwa, les Zoulous  et les autres populations à leur nord.  Quelques années plus tard, Dingiswayo est tué dans un conflit avec les Ndwandwe. Le royaume mthethwa se désintègre alors. Shaka en profite. Il fait assassiner l’héritier de Dingiswayo et s’approprie au mieux les restes de son territoire vacant.

Les débuts du royaume zoulou

Vers 1819, les armées de Shaka défont celles de Zwide, le souverain des Ndwandwe. Au sud, il s’allie avec d’autres populations comme les Qwabe, dont il combine le territoire au sien. C’est là qu’il bâtit sa ‘capitale’, KwaBulawayo. Entre alliances et conquêtes, il établit son royaume dont le coeur d’environ 100 km s’étendra de Nhlazatshe au nord à KwaBulawayo, sa capitale, au sud vers 1824. Les dernières années sont difficiles pour Shaka. Les ressources sont en effet rares. Elles le poussent à effectuer des raids de longue distance et des campagnes militaires. L’une d’entre elles était dirigée contre les Ndandwe qu’il vainc. Il parvient à en écarter définitivement la menace. En 1825, Shaka vint à neutraliser un autre groupe, celui des Chunu.

La fin du règne

En 1827, Nandi, la mère de Shaka meurt. Nombre de récits ont présenté sa mort comme ayant donné lieu à un gigantesque massacre de la part de Shaka. Ils sont probablement exagérés voire inventés. Cette année aussi, Shaka déplace sa résidence à  kwaDukuza. Ce déplacement plus au sud est peut-être du aux aspirations de Shaka à commercer avec les Européens présents au Cap. Il cherche à en obtenir notamment des armes à feu. Il utilise aussi des Européens dans ses raids et campagnes. En septembre 1828, Dingane et Mhlangana assassinent Shaka à KwaDukuza.

Shaka, le guerrier

Shaka est souvent présenté comme un génie militaire. La constitution rapide de son royaume a beaucoup impressionné. L’une de ses formations militaires la plus connue est celle des cornes de buffle. Il en serait l’inventeur. Cette formation divise l’armée en trois sections. Les deux cornes se composent de jeunes soldats relativement inexpérimentés qui vont prendre en tenaille l’ennemi. Face à celui-ci se trouve le ‘crâne’, composé des meilleurs éléments de l’armée et qui dans l’idéal sert à porter le coup de grâce. La poitrine est composée des guerriers les plus anciens, qui ne servent qu’en dernier recours.

 

shaka zulu

Dingane, en 1835-1836 par le Captaine Allen Francis Gardiner.

Shaka Zulu, entre homme et mythe

L’image qui nous est aujourd’hui laissée de Shaka est complexe et contradictoire. Des écrivains africains post-coloniaux en ont fait un génie militaire modèle.

Les racines d’une diabolisation

Son successeur, Dingane, a vraisemblablement contribué à déformer son image en le présentant comme une personne immorale et illégitime à régner. Propager de telles rumeurs justifierait a posteriori l’assassinat de son propre frère.

C’est aussi le cas d’une vision selon laquelle Shaka Zulu serait un enfant illégitime et aurait fait ouvrir le ventre d’une femme enceinte pour en voir le foetus. On retrouve ce genre de calomnies dans la réécriture de l’histoire de souverains par leurs successeurs. C’est par exemple le cas d’Adandozan de Dahomey vis-à-vis de Ghezo et de Soumaoro Kanté vis-à-vis de Soundjata Keita.

C’est aussi le cas de témoins britanniques. L’un d’entre eux, Henry Francis Fynn a présenté Shaka comme un génocidaire. Selon cet auteur, Shaka Zulu aurait fait tuer un million de personnes. Ce type de propos est toujours relayé de nos jours, y compris par des Africains. Pourtant, de nombreuses preuves suggèrent qu’il s’agit en fait de propos mensongers.

Dans une lettre destinée à Fynn, un autre Britannique, Nathaniel Isaacs, lui fait une demande spécifique:

« Ecoute, tu es sur le point de publier. Présente Shaka comme un être aussi sanguinaire que possible. Cela donnera du piquant au livre et aidera à le rendre intéressant ».

Isaacs et Fynn souhaitaient certes transmettre un récit croustillant d’une Afrique sauvage à ses lecteurs britanniques.Toutefois, ils souhaitaient surtout obtenir un terrain de la part du gouvernement colonial britannique en Afrique du Sud. Ce terrain était autrefois la possession de Shaka. Présenter ce dernier comme un génocidaire qui aurait dépeuplé la région du terrain légitimerait, pensaient-ils, le fait qu’il devait appartenir à des Blancs possédant une morale supérieure.

D’autres sources du ‘mythe’ de Shaka

Paradoxalement, d’autres facteurs contradictoires ont pu influencer l’histoire de Shaka telle que nous la connaissons. Les héros mythifiés ont tendance à présenter un récit de vie similaire. Avec une illégitimité, un exil forcé et un retour au pays fait de reconquête et de règne. C’est le cas de Soundjata Keita, par exemple.

On connaît aussi Shaka pour ses qualités de guerrier et de conquérant. Elles lui ont valu le surnom de ‘Napoléon africain’. Aussi impressionnante que soient les conquêtes de Shaka, son territoire était très loin d’atteindre celui de l’empereur des Français en superficie. Les commentateurs européens étaient particulièrement enclins à affubler les conquérants africains du surnom de ‘Napoléon africain’.

Shaka n’était pas ‘un Napoléon’ mais un souverain à part entière. Il n’était pas un génocidaire même si ses conquêtes ont vraisemblablement causé directement et indirectement des guerres très meurtrières et d’importants déplacements de population en Afrique australe.

Sa transformation d’un obscur clan en ce qui sont parmi les plus fameux ethnies et royaumes africains est à mettre à son crédit. Elle contribue à garantir sa place au panthéon de l’histoire africaine, au delà de tous les mythes qui brouillent son existence.

Références:

Daphna Golan / The Life Story of King Shaka and Gender Tensions in the Zulu State

Dan Wylie / Myth of Iron: Shaka in History

VOUS AIMEREZ AUSSI: 

La rébellion de Bambatha : dernière résistance armée zulu contre le colonialisme britannique

 

 

Articles : 1096