Histoire de l'Amérique Noire, des Plantations à la Culture rap

Rema, nouvelle icône de mode ?

Lifestyle

Rema, nouvelle icône de mode ?

Par Ble Pockpa 1 novembre 2019

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Le blogueur mode ivoirien BLÉ POCKPA a vous fait vivre les moments forts  de la Fashion Week de Lagos, l’un des événements les plus importants sur le calendrier de la mode Africaine !

Qui est Rema ?

Vous ne le connaissez peut être pas encore mais c’est le petit prince de l’Afrobeat. Protégé de Don Jazzy, l’ex producteur de la chanteuse Tina Savage. Son titre “Dumebi” est un hit qui se dessine sur toutes les lèvres à chaque fois qu’il est joué !

La star montante de l’Afrobeat a seulement 18 ans. Né dans une famille chrétienne, Rema fait ses premiers pas de chanteur à l’église, puis dans un groupe d’étudiants… avant d’être repéré par le frère de Don Jazzy et d’être signé chez Mavin Records. On le compare déjà à Wizkid.

Rema, mannequin ?

Lors de la première journée des défilés, qui aurait imaginé qu’il se pointerait sur le T ?  Le jeune prodige de l’Afrobeat, créait la surprise le premier soir des shows en défilant pour la collection « United we stand, divided we fall » [ ndlr : ensemble nous régnons, divisés, nous tombons], fruit de la collaboration entre les marques britano-nigerianes Tokyo James et TTYA London. C’était lors de la très vibrante Lagos Fashion Week, un événement mode qui rassemble chaque année plus de 50 designers venant des 4 coins du continent.

Notre cher Rema mordait le catwalk, mine boudeuse. Engouffré dans une combinaison style doudoune de couleur noire. Le jeune adulte marchait aux côtés du Disc-jockey nigérian DJ Spinall, sous les ovations du public.

 

Rema, chouchou des marques ?

Son charisme lui confère une image marketable auquel de nombreuses marques africaines ne peuvent demeurer insensibles. En effet, sa popularité n’étant plus à démontrer dans le pays le plus peuplé d’Afrique, doit-on s’attendre à le voir conquérir le reste du continent, la diaspora et même au-delà? Wait and see !