SANTÉ

Ce médecin a identifié un traitement pour une tumeur du cerveau

A 37 ans, le médecin nigérian Chibawanye Ene a remporté  un prestigieux prix américain pour son travail sur le glioblastome, le cancer du cerveau le plus agressif.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Le glioblastome, la tumeur du cerveau la plus agressive

Une tumeur est le nom donné à une excroissance causée par une multiplication anormale de cellules. Il peut s’agir d’une tumeur bénigne ou d’une tumeur maligne. Dans le second cas, des cellules dangereuses peuvent envahir et détruire les tissus, ou couches constituant le cerveau. Le glioblastome est une des tumeurs malignes prenant racine dans le cerveau. Elle est à la fois la plus fréquente et la plus agressive de ce type de tumeurs.  Généralement, un patient diagnostiqué d’un glioblastome, même après traitement, n’a souvent que 12 à 15 mois d’espérance de vie.

Les anticorps dans le traitement du globlia

L’organisme humain possède des lymphocytes T. Il s’agit de cellules pouvant détruire les cellules dangereuses constituant les tumeurs malignes. Ces dernières possèdent toutefois un moyen de les neutraliser. Ce moyen est de mobiliser PDL1, une protéine pouvant empêcher les lymphocytes T d’agir.

Pour empêcher ce scénario, des chercheurs  ont utilisé des anticorps. Ces derniers sont des protéines issues de l’ organisme pour le défendre de l’arrivée de corps étrangers. Certains d’entre eux, les anti-PDL1 sont utilisés  pour contrer les actions de PDL1.

Toutefois, leur impact s’est révélé limité sur le traitement du glioblastome. Les cellules constituant ce dernier sont en effet très diverses et les anti-PDL1 ont tendance à ne cibler qu’un type limité de cellules.

Le docteur Chibawanye Ene et ses travaux sur la guérison du glioblastome

C’est à la solution de ce problème que s’adressent les recherches de Chibawanye Ene, un médecin d’origine nigériane établi aux Etats-Unis. Âgé de 37 ans en avril 2019, Ene a reçu le prix Ronald L. Bittner. Il récompense les recherches sur les tumeurs du cerveau.  L’étude de Chibawanye Ene récompensée s’intitule Anti-PD-L1 Immunotherapy Enhances Radiation-induced Abscopal Response in Glioblastoma. Elle propose que le traitement du globliastome serait efficace si une thérapie à base d’anticorps était accompagnée d’une radiothérapie. Selon Ene, celle-ci devrait causer un effet dit ‘abscopal’ et toucher indirectement des cellules cancéreuses non traitées par les anticorps.

La qualité de ce travail réalisée par ce médecin africain laisse rêver à un avenir meilleur pour le traitement du cancer et de la médecine africaine.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Cancer de la prostate : les hommes noirs deux fois plus victimes que les autres

 

Articles : 987