CULTURE

« Le Roi Lion »: 3 raisons d’y aller!

Par Georges Dominique. Au moins en allant regarder le Roi Lion, tu sais que tu n’as aucune chance de te faire spoiler.

Depuis la mi-juillet, Le Roi Lion est sur tous les écrans. Il aurait déjà rapporté plus de 500 millions dollars dans le monde.

Du monde, il y en avait dans cette salle où nous avons regardé « l’autre film le plus attendu de l’année », après Avengers End Game. Petits et grands enfants se sont donnés rendez-vous, pour voir les nouvelles aventures pixélisées de Simba. Voici trois raisons pour y aller à ton tour.

Replonger dans son enfance!

Sorti en 1994, Le Roi Lion s’offre un relooking complet que certains instituts de chirurgie esthétique seraient incapables d’offrir !

Cette fois-ci, Simba – étonnamment arrogant dans cette version – ressemble à ces « félins trop mignons », qui tournent en boucle sur Instagram et/ou Youtube tous les jours.

Toujours les mêmes réactions

Derrière tes lunettes 3D, tu ressens une étrange sensation puisque tu regardes un film que tu as pourtant déjà vu mais avec une certaine impatience. Une soif de nouvelles sensations.

Ainsi, tu es à deux doigts de dire à Simba d’éviter de tomber dans le grossier piège que Scar – toujours aussi habile dans la manipulation – lui tend, mais également tu reprends en cœur les chansons à commencer par Hakuna Matata (la version Disney de carpe diem), etc.

Se rappeler qu’il y a rien dans stress

«  Y a rien dans stress ! » clame-t-on parfois en Côte d’Ivoire, où les Éléphants pourtant éliminés de la dernière CAN ont failli être accueillis en grandes pompes…

Dans Le Roi Lion, c’est le duo improbable et comique Pumbaa – Timon qui incarne cette philosophie je-m’en-foutiste.

Pumbaa-Timon, deux philosophes dans la jungle

Ces deux personnages secondaires mais ô combien intéressants défendent avec mauvaise foi, pour le suricate, et naïveté, pour le phacochère, le fait qu’il n’y ait rien dans stress. Il faut prendre la vie du bon côté, aller de l’avant et surtout continuer à vivre malgré le fardeau qui manque de nous enfoncer six pieds sous terre.

Alors si jamais tu l’avais oublié, ce film-là te le rappelle gentiment.

Voir les lionnes « In Formation »

Attention, cette partie contient des spoilers !

Parce que c’était trop facile et surtout trop tentant, le réalisateur américain Jon Favreau (Happy dans la saga Avengers) a concocté une scène sur mesure à Nala, pardon à Beyoncé, au moment où elle mène les lionnes à l’attaque. Il manquait justement la musique derrière, la chorégraphie ensuite, et elle aurait crié : « Okay, lioness, now let’s get in formation ». Ça aurait été la touche supplémentaire à ce long-métrage sur lequel la chanteuse afro-américaine a déjà bien laissé son empreinte avec son album aux sonorités afrobeats : The Gift Album.

Voilà maintenant, tu as quelques raisons d’aller voir Le Roi Lion. Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour ton enfant ou ton petit neveu à qui tu dois une sortie. Et, s’ils te pressent tôt trop pour le voir rapidement, souviens-toi : « Y a rien dans stress ! ».

Articles : 453