POLITIQUE

La déclaration d’Arusha, la politique de développement socio-économique de Nyerere

La Déclaration d’Arusha, adoptée le 29 janvier 1967, résumait l’attachement de la Tanzanie au socialisme et son rôle important dans le développement du pays.

La déclaration d’Arusha

Ce document fut rédigé à l’origine par Julius K. Nyerere, 1er président de la Tanzanie entre 1964 et 1985. La Tanganyika African National Union (TANU), principal parti politique avant et après l’indépendance, contribua également à établir les principes qui guidèrent la Déclaration. Les dirigeants de la TANU, principalement des fonctionnaires, des enseignants, des agriculteurs ou des commerçants, l’accueillirent avec satisfaction. En fait, il y avait peu de capitalistes en Tanzanie au début des années 1960 pour contester le document soutenant un modèle de développement économique socialiste.

Image result for nyerere

Julius Kambarage Nyerere, président de la République du 29 octobre 1964 au 5 novembre 1985.

Une politique de développement socio-économique

Cette déclaration mit l’accent sur l’autonomie, la frugalité et le renoncement. Elle déclarait que chaque habitant, quel que soit son métier, était un travailleur. De plus, tous les moyens de production seraient nationalisés. Le concept d’Ujamaa fut la pièce maîtresse du programme. Ils s’agissait de faire travailler ensemble des groupes de villageois dans des fermes communales pour le l’intérêt général. La Déclaration d’Arusha comprenait également un code de leadership visant à promouvoir l’égalité entre tous les tanzaniens. Ce code fut l’une des nombreuses tentatives visant à empêcher les privilèges. En effet, il empêchait les chefs de parti et les individus fortunés de former des groupes d’exploitation privilégiés. La Déclaration d’Arusha cherchait à réduire les inégalités de revenus entre tous les citoyens et à orienter les efforts de développement vers les zones rurales. Nyerere affirmait que le pays était entré dans une guerre contre la pauvreté et l’oppression.

La 1ère partie de la Déclaration d’Arusha, le « Credo » de la TANU, décrivait les principes du socialisme et le rôle du gouvernement [1]

  • Tous les êtres humains sont égaux.
  • Chaque individu a droit à la dignité et au respect.
  • Chaque citoyen fait partie intégrante de la nation et a le droit de prendre une part égale au sein du gouvernement aux niveaux local, régional et national.
  • Tout citoyen a droit à la liberté d’expression, de circulation, de conviction religieuse et d’association dans le cadre de la loi.
  • Tout individu a le droit de recevoir de la société la protection de sa vie et de ses biens conformément à la loi.
  • Chaque citoyen a le droit de recevoir une juste rémunération pour son travail.
  • Tous les citoyens possèdent ensemble toutes les ressources naturelles du pays en toute confiance pour leurs descendants.
  • Pour assurer la justice économique, l’État doit exercer un contrôle effectif sur les principaux moyens de production.
  • Il incombe à l’État d’intervenir activement dans la vie économique de la nation afin d’assurer le bien-être de tous les citoyens et d’empêcher l’exploitation d’une personne par une autre ou d’un groupe par un autre, et empêcher l’accumulation de richesses dans une mesure incompatible avec une société sans classes.

Le monument de la Déclaration d’Arusha.

La 2nde partie de la Déclaration d’Arusha, les buts et objectifs de la Déclaration d’Arusha

  • Consolider et maintenir l’indépendance de ce pays et la liberté de son peuple.
  • Sauvegarder la dignité inhérente à l’individu conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme.
  • Veiller à ce que ce pays soit gouverné par un gouvernement socialiste démocratique.
  • Coopérer avec tous les partis politiques africains engagés dans la libération de toute l’Afrique.
  • Voir que le gouvernement mobilise les ressources de ce pays vers l’élimination de la pauvreté, de l’ignorance et de la maladie.
  • Veiller à ce que le gouvernement contribue activement à la création et au maintien d’organisations coopératives.
  • De voir que, dans la mesure du possible, le gouvernement lui-même participe directement au développement économique de ce pays.
  • Veiller à ce que le gouvernement offre des chances égales à tous les hommes et toutes les femmes, sans distinction de race, de religion ou de statut.
  • Eliminer tous les types d’exploitation, d’intimidation, de discrimination, de corruption et de corruption.
  • Exercer un contrôle effectif sur les principaux moyens de production et mette en œuvre des politiques facilitant l’appropriation collective des ressources.
  • Veiller à ce que le Gouvernement coopère avec d’autres États africains à la réalisation de l’unité africaine.
  • Voir à ce que le gouvernement travaille sans relâche à la paix et à la sécurité dans le monde par le biais de l’Organisation des Nations Unies.

Illustration.

Pour une souveraineté financière et alimentaire

En plus de viser l’autonomie économique, Nyerere, surnommé le mwalimu (l’instituteur en swahili) réforme le système éducatif. Les trois changements importants qu’il a apportés mettaient davantage l’accent sur l’enseignement primaire plutôt que sur l’enseignement secondaire. Il recommandait davantage le savoir pratique que le livre, et orientait l’éducation vers les compétences en agriculture.

La Déclaration d’Arusha fut l’un des décrets politiques et économiques les plus importants de l’histoire de la Tanzanie. Il explicitait formellement comment les ressources pour le développement pouvaient être mobilisées. Tous ces changements, motivés par la déclaration, visaient à créer une société plus autonome.

Nyerere en campagne pour l’indépendance du Tanganyika en mars 1961.

Parce que la déclaration avait mit l’accent sur l’augmentation de l’extraction des ressources nationales tout en distribuant des biens et des services de manière plus égale, elle appela à un travail plus dur de la part de tous les citoyens du pays. L’abandon du capital par le recours aux ressources humaines dépendait de l’hypothèse de l’État selon laquelle tous les travailleurs répondraient à son appel en faveur d’un «travail plus dur».

L’acte manqué d’une Déclaration trop ambitieuse

En dépit de ses intentions, la Déclaration ne généra pas le développement escompté et augmenta en fait la corruption. De fait, les monopoles d’État créés par la nationalisation de l’économie, devenaient de plus en plus puissants. Au début des années 1970, de nombreux agriculteurs tanzaniens résistèrent à la saisie de leurs terres par les coopératives gouvernementales. Lorsque l’opération Dodoma de 1974 appela à la collectivisation de toutes les activités agricoles du pays, de nombreux agriculteurs s’y opposèrent.

La déclaration d’Arusha fut en fin de compte abandonnée par le gouvernement tanzanien en 1975.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

La « Republic of New Africa », un état Noir en territoire US

Sources :

Robert O. Collins ~ « Eastern Africa History« , New York : Markus Wiener Publishing, 1990

Goran Hyden ~ « Political Development in Rural Tanzania« , Nairobi :  East Africa Publishing House, 1969

Aili Mari Tripp ~ « Changing the Rules : The Politics of Liberalization and the Urban Informal Economy in Tanzania« , Berkeley : University of California Press 1997

Notes et référence

[1] Section de publicité, TANU, Dar es-Salaam, 1967, p. 1

[2]  Section de la publicité, TANU, Dar es-Salaam, 1967, p. 2

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 558