CULTURE

Le réalisateur Ladj Ly du collectif Kourtrajmé ouvre une école de cinéma gratuite

Ladj Ly, réalisateur et membre du collectif Kourtrajmé, ouvre une école de cinéma gratuite au sein des Ateliers Medicis. Les candidats ont jusqu’au 12 octobre pour se faire connaître.

Le réalisateur Ladj Ly du collectif Kourtrajmé ouvre une école de cinéma gratuite

Le réalisateur et acteur de 40 ans, Ladj Ly ouvrira une formation aux métiers du cinéma, gratuite, ouverte à tous, à partir de 18 ans, sans condition de diplôme. Cette école unique en son genre s’appellera « l’école Kourtrajmé« , comme on aurait pu s’en douter. Cette initiative louable à bien des égard, est née d’un partenariat avec les « Ateliers Médicis« ,  un grand projet de création d’un lieu culturel d’envergure à vocation culturelle, économique, sociale, éducative. Ce projet à été inauguré cet été par l’Etat dans les communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil théâtre des émeutes de 2005 qui se généraliseront à de nombreuses banlieues en France.

Ainsi, pour sa première année d’activité, « l’école Kourtrajmé » formera une trentaine d’élève à l’écriture, à la réalisation, à la post-production ainsi qu’au montage. Comme l’a expliqué Ladj Ly, deux fois nommé aux César en 2018, dans les catégories documentaire et court-métrage, à nos confrères de l’Agence France Presse, il rêvait depuis longtemps d’ouvrir une école de cinéma dans le quartier où il a grandi et vit toujours :

« Cela fait plus de 20 ans qu’on fait des films, on avait envie de transmettre notre expérience aux jeunes, mais pas seulement, dans une école ouverte à tous et gratuite ». [1]

 ladj ly

Ladj Ly, c’est l’un des hommes à l’origine du collectif de vidéastes Kourtrajmé.

En 1996 Ladj Ly intégrait le collectif Kourtrajmé, fondé notamment par Kim Chapiron, Romain Gavras avec le soutien de Mathieu Kassovitz, Vincent Cassel et son frère Rockin Squat, Oxmo Puccino ou encore Mouloud Achour.

Un manque de diversité dans le cinéma français

Ladj Ly affirme que l’objectif de l’école, où des membres du collectif interviendront aux côtés de formateurs professionnels, sera aussi de :

« partager le réseau avec ceux qui n’en ont pas, d’offrir une opportunité à ceux qui n’en ont pas » [1]

Le réalisateur, qui vient de tourner une version long-métrage de son film sélectionné aux César, « Les Misérables« , déplore que « le cinéma reste encore un milieu très fermé« . C’est ce qu’il avait déjà exprimé en mars 2018.

« Le cinéma français d’aujourd’hui m’ennuie. Il faut faire de la place aux autres. Où sont les rebeus, où sont les blacks ? Pour un Omar Sy, dont le succès est un signe enthousiasmant pour nous tous, c’est le désert, surtout pour les renois ». [2]

ladj ly

Ladj Ly, au pied d’un immeuble de Clichy-sous-Bois.

L’école Kourtrajmé a lancé un appel à candidatures fin septembre, et la première session de formation débutera le 15 novembre. Les candidatures sont à adresser par Internet (candidatures.ateliersmedicis.fr) avant le 12 octobre minuit.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Une étude révèle le manque de diversité dans le cinéma britannique

Notes et références

[1] « Le collectif Kourtrajmé ouvre une école de cinéma en Seine-Saint-Denis« , AFP, publié le 3 octobre 2018.

[2] Hubert Prolongeau ~ « Ladj Ly : « Le cinéma m’ennuie : où sont les rebeus et les blacks ? »« , vice.com, publié le 2 mars 2018.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 475