Trilogie Kemi Seba

Elle avait faussement accusé un garçon de 9 ans d’agression sexuelle

Société

Elle avait faussement accusé un garçon de 9 ans d’agression sexuelle

Par Sandro CAPO CHICHI

Theresa Klein avait appelé la police, accusant faussement un petit garçon de neuf ans de lui avoir peloté les fesses dans une épicerie.

Elle avait faussement accusé un garçon de 9 ans d’agression sexuelle

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Sur NOFI, on a plusieurs fois mentionné des cas de fausses accusations de viol à l’endroit d’hommes noirs, notamment aux Etats-Unis. La plupart d’entre eux sont dus à l’invention de contacts ne s’étant jamais produits. Le cas discuté ci-dessous est un peu différent. Il est plutôt du à une grotesque mauvaise interprétation et une surréaction à un contact physique.

En octobre 2018 à New York, Theresa Klein, âgée de 53 ans au moment des faits, a appelé la police après avoir été brièvement en contact physique avec un garçon de neuf ans accompagné par sa mère dans une épicerie. Immédiatement, Klein a appelé la police, affirmant avoir été agressée sexuellement par un enfant. Elle a poursuivi en déclarant « Le fils vient de me peloter les fesses et [sa mère] a décidé de me crier dessus ».

*Make this go viral*Meet Cornerstore CarolineWhite Woman calls police on a kid, saying he sexually assaulted her.As I walked up I noticed the argument, apparently the kid brushed up against her and she said he touched her and decided to call police on a nine year old child. As you can see the kid is crying and the mom is upset.

Publiée par Jason Stovetop Littlejohn sur Mercredi 10 octobre 2018

La scène de l’appel a été enregistré par un riverain, Jason Littlejohn, qui l’a posté sur son compte Facebook. On y voit l’enfant incriminé et sa soeur se mettre à pleurer en entendant Klein appeler la police. La vidéo a été vue plusieurs millions de fois en quelques jours.

La version de Theresa Klein a été complètement démentie par la vidéosurveillance de l’épicerie. L’enfant y est montré se tourner vers une autre personne et le sac qu’il tenait frôler le corps de Theresa Klein. Ridiculisée sur les réseaux sociaux, cette dernière s’est publiquement excusée au micro d’une chaîne de télévision où elle a déclaré aimer discuter avec la mère de l’enfant. Elle a affirmé ne pas avoir été motivée par un quelconque biais racial dans son accusation fallacieuse, mais a rapproché à la mère de l’enfant de l’avoir menacé de l’arrêter après qu’elle se soit plainte d’avoir été pelotée.

La fausse accusation de Klein envers l’enfant ne peut toutefois pas être expliquée par cette menace. Elle doit pour cela être blâmée pour avoir sur-réagi et interprété un simple contact comme une agression sexuelle, risquant par là de traumatiser un enfant de neuf ans par de telles accusations. Rien ne semble non plus exclure qu’elle ait pu être influencée par la couleur de la peau de l’enfant, un raccourci qui a conduit à un grand nombre de tragédies ces derniers siècles aux Etats-Unis.

Vous aimerez aussi:

A l’origine de la mort d’Emmett Till, elle admet avoir tout inventé