Trilogie Kemi Seba

Macky Sall veut « combattre l’émigration clandestine et les trafiquants d’êtres humains »

Société

Macky Sall veut « combattre l’émigration clandestine et les trafiquants d’êtres humains »

Par Anne Rasatie

Après sa rencontre avec la chancelière allemande le 29 août 2018, le chef d’Etat sénégalais, Macky Sall, s’est exprimé sur le phénomène de l’immigration clandestine qui touche l’Europe et sur la vague d’émigration qui touche le Sénégal.

Angela Merkel a débuté ce mercredi 29 août une tournée en Afrique de l’ouest qui la conduira au Sénégal, au Ghana et au Nigeria. Une visite à forte coloration économique puisque la chancelière est accompagné par une forte délégation du secteur privé allemand qui relègue au second plan des dossiers sensibles comme celui de l’immigration.

Raboteurs, passeurs, mafias…le système d’esclavage moderne est bien rodé. Profitant des vagues successives d’immigration d’Africains vers l’Europe, plusieurs acteurs participent à différents niveaux à un véritable commerce d’êtres humains. Ils sont complices des crimes commis sur une population déjà fragilisée par la pauvreté, l’insécurité et le désespoir.

Outre les accords économiques bilatéraux passés entre le Sénégal et l’Allemagne qui permettront entre autres, l’électrification de 300 villages sénégalais; c’est à propos de l’immigration clandestine massive de ces dernières années que le président sénégalais Macky Sall s’est également exprimé: «La vocation de la jeunesse africaine n’était pas d’échouer au fond de la Méditerranée ou d’atteindre les rives de l’Europe et de rester dans la clandestinité», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, précisant : «Ce n’est pas dans la dignité de l’Afrique.»

Déplorant le phénomène du trafic d’êtres humains, Macky Sall a affirmé que le Sénégal ne pouvait pas se rendre «complice des réseaux de trafiquants qui exploitent la misère des gens». Il a ainsi ajouté: «Nous devons combattre l’émigration clandestine et en même temps nous devons travailler avec l’Europe […] pour qu’il y ait des échanges et plus de liberté dans la circulation.»

Au début du mois d’août, la police espagnole avait annoncé le démantèlement d’un important réseau de trafic d’êtres humains entre l’Espagne et la France. Selon les informations d’Europe 1, la filière aurait fait venir en France via l’Espagne quelque 350 migrants d’Afrique de l’Ouest, afin de les revendre à des réseaux mafieux, les obligeant à se livrer à la mendicité.

Dans le nord de l’Espagne, près de Saint-Sébastien, les autorités auraient arrêté sept suspects, qui faisaient miroiter à des ressortissants maliens, ivoiriens, guinéens ou sénégalais, un passage en France. Leur fournissant de faux papiers, les malfaiteurs supposés auraient organisé leur transfert jusqu’en Espagne par de petits bateaux. Là, ils auraient conduit les migrants dans des centres de soins gratuits, avant de les acheminer en bus, en train ou encore en taxi vers la France, où ils auraient été revendus à d’autres réseaux. Ces derniers, enfin, auraient contraint les migrants à la mendicité. La vidéo ci-dessous donne de plus amples détails.

En ce moment même, alors que des milliers d’Africains se dirigent vers les côtes africaines pour rejoindre l’Europe, des réseaux de trafiquants d’êtres humains s’activent et s’enrichissent sur leur misère. De leur point de départ en Afrique du nord, à l’arrivée en Italie ou en Espagne, ils sont prêts à « accueillir » les futurs esclaves venus chercher « l’Eldorado« .

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Série de violences contre des Noirs en Italie