ENVIRONNEMENT

Cancéreux à cause d’un pesticide, il est dédommagé de 290 millions de dollars

En phase terminale de son cancer à cause du glyphosate, un pesticide présent dans des désherbants du groupe Monsanto, le jardinier Dewayne Johnson n’aurait toutefois plus que deux ans à vivre.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Roundup est l’un des désherbants les plus vendus au monde. Le principal composant de ce produit créé par la société Monsanto est le glyphosate. Au terme d’enquêtes menées par la justice américaine, il a été établi que Monsanto, dès 1999, connaissait le caractère toxique  du glyphosate. La société aurait contacté plusieurs scientifiques et leur aurait commandé des études passant sous silence la toxicité du glyphosate. En 2015, le Centre International de Recherche sur le Cancer et l’Organisation Mondiale de la Santé ont classé le glyphosate comme un cancérigène. Ces conclusions ont conduit de nombreux agriculteurs ayant contracté des cancers après avoir été exposés au Roundup à porter plainte contre le géant Monsanto. Un seul de ces agriculteurs a pour l’instant réussi à amener Monsanto au tribunal. Il s’agit de Dewayne Johnson, un Américain âgé de 46 ans en août 2018. Et la raison de ce succès est pour le moins funeste.

Dewayne Johnson

Jardinier chargé de se débarrasser d’herbes et d’animaux nuisibles dans une école californienne, Johnson était un heureux mari et père de deux enfants « adorant » son travail. A deux occasions, il a vu sa peau aspergée de Ranger Pro, un autre produit de Monsanto contenant du glyphosate, suite à quoi il a souffert de graves lésions. En 2014, il a été diagnostiqué d’un lymphome, un cancer incurable du système lymphatique. En août 2018, ses médecins lui donnent deux ans à vivre au maximum. C’est la raison pour laquelle Dewayne Johnson a pu traîner aussi vite le géant Monsanto devant le tribunal. En Californie, la loi oblige en effet la justice à organiser son procès avant le décès du plaignant et il ne reste plus beaucoup de temps à vivre à Dewayne Johnson.  Le 11 août 2018, Monsanto a été condamné à verser 290 millions de dollars (plus de 250 millions d’euros~165 milliards de francs CFA) pour ne pas avoir révélé le caractère cancérigène du glyphosate. Une somme qui devrait accompagner l’épouse de Johnson et leurs deux enfants d’une dizaine d’années à la mort de leur époux et père. Monsanto a nié les effets cancérogènes du glyphosate et a annoncé sa volonté de faire appel de cette décision.

Vous aimerez aussi:

Emprisonné à tort, il perçoit $9,9 millions de compensation

Articles : 914