Malkia - Le réveil du Ka

Retrait de la statue du père de la gynécologie occidentale et bourreau de ces dames

Histoire

Retrait de la statue du père de la gynécologie occidentale et bourreau de ces dames

Par Atouma NKeussi

On assiste ces derniers temps à une prise de conscience des responsables politiques, relative aux méfaits commis par des colons à des périodes opaques de l’histoire de l’humanité. À tel point, qu’on constate aujourd’hui que la notoriété de bien des personnes appartenant au passé et assimilées à des héros est remise en cause.

Et une de plus. Mardi 17 avril, la statue du docteur James Marion Sims a été déboulonnée de Central Park à New York. Cet homme est pourtant considéré comme le père de la gynécologie américaine moderne, un des pionniers de la chirurgie et a même inventé le speculum. Mais alors, que lui reproche-t-on ? Pour perfectionner sa discipline, Sims utilisait comme sujets d’expérimentation, des femmes noires à l’époque de l’esclavage, aux XIX ème siècle. À l’époque, beaucoup des femmes souffraient de fistules vésico-vaginales (communication anormale entre la vessie et le vagin) et aucun traitement n’existait. Entre 1845 et 1849, Sims expérimenta alors de nouvelles techniques de réparation sur trois esclaves d’Alabama (Anarcha, Betsy, et Lucy) qui souffraient de fistules, tout cela sans anesthésie, bien que celle-ci exista déjà. Il alla même jusqu’à mener ses expériences à trente reprises sur Anarcha. Après d’importantes expérimentations et difficultés, Sims finit par perfectionner sa technique et répara avec succès les fistules d’Anarcha. Il traita ensuite plusieurs autres esclaves. Fort de ses succès grâce aux expérimentations menées sur ces femmes noires, Sims opéra des femmes blanches… en prenant soin de les anesthésier.

Statue de James Marion Sims à Central Park, New York, USA © Wikipedia

C’est ce manque d’éthique qui a amené Bill de Blasio, le maire de New York (marié à une femme noire) à retirer la statue du chirurgien du XIX ème siècle. Ce n’est pas sans rappeler le mouvement actuel visant à retirer des monuments, plaques ou noms de rues honorant des personnalités connues pour leurs liens avec l’esclavage.

© Black america Web

On se souvient d’ailleurs que le Conseil Représentatif des Associations Noires (le CRAN), a demandé l’an dernier, le retrait des statues de Colbert et que l’on débaptise le lieux scolaires portant son nom.

© AFP

En 2015, une statue de Cecil Rhodes à Oxford (l’un des artisans de l’expansion coloniale de l’Empire britannique en Afrique australe), relançait le débat sur l’héritage de la colonisation. Une campagne s’en est suivie « Rhodes Must Fall In Oxford », ce qui mena au déboulonnement de sa statue en Afrique du Sud.

La statue du chirurgien, James Marion Sims qui pèse environ 500 kilogrammes, va être installée au cimetière géant de Green-Wood, à Brooklyn, où repose le Dr Sims. Une chose est sûre, les systèmes de pensées ont évolué et permettent aujourd’hui de commencer à rétablir une certaine justice.

Source:

liberation.fr

Vous aimerez aussi:

Femmes noires torturées en gynécologie: une tragédie méconnue

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !