Trilogie Kemi Seba

UK : Des étudiants demandent l’arrêt de l’enseignement de philosophes blancs

Société

UK : Des étudiants demandent l’arrêt de l’enseignement de philosophes blancs

Par Sandro CAPO CHICHI

Un groupe d’étudiants de la SOAS, une université londonienne dédiée à l’enseignement des cultures d’Asie et d’Afrique a demandé l’arrêt de l’enseignement de philosophes blancs occidentaux afin de ‘décoloniser l’établissement’.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Située à Londres, la SOAS (School of Oriental and African Studies) est un filiale de l’Université de Londres spécialisée dans l’enseignement des civilisations, cultures sociétés et langues africaines et asiatiques. Malgré cette focalisation de son enseignement sur ces régions du monde, les philosophes étudiés y sont quasi-exclusivement des philosophes blancs et occidentaux. Dans le cadre d’une plus large campagne destinée à ‘décoloniser l’université’ et analyser ‘l’héritage structurel et épistémologique du colonialisme’, un groupe d’étudiants, la Student Union de la SOAS a demandé le retrait du programme d’enseignement de philosophie des philosophes ‘blancs’ comme Kant, Platon ou les philosophes des Lumières. Pour ce groupe d’étudiants, ces philosophes ne devraient être étudiés d’un point de vue critique et laisser leur place, dans le curriculum de l’Université à des philosophes asiatiques ou africains.

philosophes blancs

Cette revendication a suscité l’ire de nombre d’universitaires britanniques dénonçant une dérive du ‘politiquement correct’. Pour le philosophe sir Roger Scruton, la demande relève de l »ignorance’. « On ne peut pas supprimer une entière discipline de recherche intellectuelle sans avoir fait de recherches et il est évident qu’ils n’ont pas fait de recherches pour clarifier ce qu’ils entendent par ‘philosophie blanche’ a-t-il déclaré à nos confrères de The Mail.

Du côté de l’institution elle-même, la directrice du département de philosophie et de religion de l’Université, Erica Hunter a quant à elle déclaré vouloir résister à ces pressions, dénonçant le point de vue des étudiants protestataires comme ‘plutôt ridicule’.