Trilogie Kemi Seba

Daniel Teklehaimanot dans l’histoire du Tour de France

Société

Daniel Teklehaimanot dans l’histoire du Tour de France

Par Abou Cissé

Le coureur érythréen a réalisé jeudi un exploit incroyable lors de la 6e étape du Tour de France 2015 entre Abbeville et le Havre.

Premier coureur noir à endosser le maillot à pois rouges

Daniel Teklehanimanot l’unique. A l’arrivée de la 6e étape du Tour de France 2015, le coureur érythréen vient d’apprendre qu’il portera vendredi lors de la 7e étape entre Livarot-Fougères le maillot blanc à pois rouges qui récompense le meilleur grimpeur en montagne. C’est la première fois de l’histoire du Tour de France qu’un coureur d’Afrique noire endosse un maillot distinctif, le blanc à pois rouges qui correspond au classement de la montagne. Il devient donc le premier noir africain à monter sur la scène du podium protocolaire. A noter qu’il vit une semaine historique puisqu’il a été le premier coureur noir à ouvrir le Tour de France lors du chrono inaugural à Utrecht samedi dernier.

Comment a-t-il fait pour l’avoir ?

Daniel Teklehaimanot est passé jeudi en tête des trois petites côtes au programme de la 6e étape entre Abbeville et le Havre avec son vélo. Cette performance lui a permis d’être le nouveau détenteur de ce maillot à pois rouges qu’il est capable de le garder jusqu’à Paris car il a été élu meilleur grimpeur du Dauphiné. Une course de préparation au Tour de France. Un exploit pour lui et son équipe africaine MTN-Qhubeka invité par les organisateurs de la grande boucle avec comme volonté de mondialiser ce sport le cyclisme. Avec son coéquipier et compatriote Merhawi Kudus, ils représentent pour la première fois l’Afrique noire dans le Tour de France et de quelle manière.

Daniel Teklehaimanot: «Fier d’être africain»

Le coureur de 26 ans a réagi à ce moment historique à la descente de son podium pour le quotidien L’Equipe. «Je n’arrive pas à y croire, c’était mon rêve d’enfant de porter le maillot à pois du Tour de France. Rien que de le porter une journée ! J’ai suivi exactement le plan que nous avions préparé avec l’équipe. Un grand moment pour le cyclisme africain. Ce n’est pas moi qui va le porter vendredi c’est toute l’Afrique. C’est beau pour moi, pour l’équipe. Ce soir je suis fier d’être africain, fier d’être érythréen.»