One Love

Mami Wata : plongée dans l’univers de cette divinité aquatique africaine

Culture

Mami Wata : plongée dans l’univers de cette divinité aquatique africaine

Par Mathieu N'DIAYE 30 novembre 2023

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Découvrez l’univers fascinant de Mami Wata, la divinité aquatique vénérée en Afrique et dans la diaspora afro-américaine. Cet article explore les origines ancestrales, les symboles, et le culte de cette figure mythique, souvent représentée comme une sirène. De ses attributs symboliques, tels que le miroir et le serpent, à son rôle dans la sexualité, la fertilité, et la guérison spirituelle, nous plongeons dans les profondeurs de son culte et de son influence culturelle.

Apparence et attributs

Mami Wata

L’apparence de Mami Wata varie, avec des cheveux allant de raides à bouclés ou crépus. Le nom « Mami Wata » est dérivé du pidgin anglais1, signifiant « Mère de l’Eau », et reflète son titre dans la langue Agni de Côte d’Ivoire. Cependant, cette étymologie a été contestée en faveur de dérivations linguistiques de l’ancien égyptien et du mésopotamien.

Mami Wata est souvent décrite comme une figure de sirène, avec le haut du corps d’une femme et le bas d’un poisson ou d’un serpent. Elle porte souvent des objets précieux comme des peignes, des miroirs et des montres, et est fréquemment accompagnée d’un grand serpent, symbole de divination et de divinité.

Symbolisme et culte

Mami Wata

Le miroir de Mami Wata symbolise le mouvement à travers le présent et l’avenir, permettant à ses dévots de créer leur propre réalité. Les traditions racontent que Mami Wata enlève ses adeptes ou des personnes au hasard, les emmenant dans son royaume paradisiaque, qui peut être sous l’eau ou dans le monde des esprits.

En termes de culte, Mami Wata a de nombreux prêtres et médiums en Afrique, en Amérique et dans les Caraïbes. Les offrandes à l’esprit sont importantes, et Mami Wata préfère les cadeaux de nourriture délicieuse, d’alcool et d’objets parfumés.

Associations avec la sexualité et la fertilité

Mami Wata

Mami Wata est associée à la fois au sexe et à la fidélité. Dans certaines traditions, elle est blâmée pour divers maux, allant des maux de tête à la stérilité. Elle est également invoquée par les mères stériles pour guérir leur affliction.

Le sacerdoce de Mami Wata

Mami Wata

Le culte de Mami Wata, particulièrement ancré dans les cultures côtières du Bénin, du Ghana et du Togo, est organisé autour d’une hiérarchie sacerdotale distincte2. Cette structure est essentielle pour la réalisation des cérémonies rituelles, les pratiques de guérison et l’intégration des nouveaux membres du clergé.

Réémergence dans les temps modernes

Mami Wata

Au XXe siècle, Mami Wata a réémergé en Afrique centrale et australe. Son image a été popularisée par des peintures et des sculptures, et elle est devenue un sujet populaire dans l’art, la fiction, la poésie, la musique et le cinéma de la Caraïbe, d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale.

Noms et associations régionales

Mami Wata

Elle est connue sous différents noms à travers le monde, y compris Ndandalunda en Angola3, Yemonjá au Brésil4, et Lasirenn en Haïti5. Elle est souvent associée à d’autres divinités aquatiques dans diverses cultures.

Mami Wata, symbole de spiritualité et d’unité transculturelle

Mami Wata

Mami Wata, plus qu’une simple légende ou une figure mythologique, incarne la richesse et la profondeur de la spiritualité africaine et de son héritage culturel. À travers ses multiples incarnations et interprétations, elle symbolise la force, la beauté, et la complexité de l’esprit humain face aux mystères de la nature. Son culte, répandu à travers l’Afrique et au-delà, témoigne de l’interconnexion des cultures et de la pérennité des traditions ancestrales. Mami Wata n’est pas seulement une divinité de l’eau ; elle est un pont entre le passé et le présent, entre l’humain et le divin, entre l’Afrique et sa diaspora6. En explorant son histoire et son influence, nous ne faisons pas que découvrir une divinité, mais nous célébrons un patrimoine culturel vivant et dynamique, qui continue d’inspirer et de guider des générations.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Notes et références

  1. Pidgin anglais : Un pidgin est une langue simplifiée qui se développe comme moyen de communication entre des groupes qui n’ont pas de langue en commun. Le pidgin anglais est une forme simplifiée de l’anglais utilisée dans certaines régions d’Afrique. ↩︎
  2. Sacerdoce : Groupe de personnes consacrées à la direction des rites religieux. Dans le contexte de Mami Wata, cela se réfère aux prêtres et prêtresses qui dirigent les cérémonies et maintiennent les enseignements et traditions liés à cette divinité. ↩︎
  3. Ndandalunda : Nom Kimbundu et Kikongo de Mami Wata, illustrant la diversité des appellations de cette divinité à travers l’Afrique. ↩︎
  4. Yemonjá : Divinité aquatique dans la religion Yoruba, souvent associée à Mami Wata et vénérée au Brésil et dans d’autres régions de la diaspora africaine. ↩︎
  5. Lasirenn : Nom donné à Mami Wata en Haïti, reflétant l’influence culturelle africaine dans la région des Caraïbes. ↩︎
  6. Diaspora africaine : Communautés de personnes d’origine africaine vivant en dehors du continent africain, notamment en Amérique et dans les Caraïbes. ↩︎