La NHA fête ses 10 ans

Lebron VS Jordan : Le GOAT NBA, à un moment, il faut trancher !

Sport

Lebron VS Jordan : Le GOAT NBA, à un moment, il faut trancher !

Par Jérémy Musoki 1 mars 2022

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Un mois après le All Star Game français, le All Star Week end américain (le vrai) a eu lieu. À cette occasion, mon collègue a publié un papier, que j’ai d’ailleurs apprécié, et que vous pouvez trouver ici : Lire l’article

Néanmoins, une section m’a interpellé et je vous la remets ici :

Michael Jordan a naturellement volé la vedette à toutes ces autres superstars avant de prendre dans ses bras cet autre natif d’Akron, celui qui « a toujours voulu être comme lui plus grand » : un certain Lebron James.

Dommage que certains pensent sincèrement que c’est lui « le meilleur de tous les temps ». Oh honte !

Alors oui, Air Jordan a un jour été le GOAT NBA, greatest of all time pour ceux qui n’ont pas la ref. Mais à un moment, il faut bien savoir accepter, et rien n’est éternel, même pas le statut de GOAT. Demandez au roi Pelé (et faut faire vite ! Too soon…).

Les bagues dans le débat du GOAT NBA ? Non valide.

Si on en reste aux victoires NBA, la polémique est grande, car même si your Airness possède 6 rings, soit deux de plus que LBJ et une de plus que le Black Mamba (feu Kobe Bryant), il n’est en réalité pas le joueur le plus titré de l’histoire. Kareem Abdul-Jabbar en possède 6 aussi, et Thanos ou plutôt Bill Russell en a stocké 11 pour sa part et sur 13 ans. Donc même les threepeat ne sont pas au niveau.

Et pourtant, Jojo (pas Embiid) est considéré comme le GOAT. Parce que l’on considérait qu’il avait révolutionné le jeu. Et c’est vrai. Michael Jordan a changé le game. Les gens voulaient être comme Mike. Sa marque en est l’image même. Mais, parce qu’il y a un mais, c’était avant. Qu’on se le dise, LeKing, LeCoach, LeGM est actuellement le meilleur joueur de l’histoire.

Une rare opposition entre GOAT NBA
Les deux GOAT sur le même parquet durant la saison rookie de LBJ

J’en entends grincer des dents et pour cause. Leur idylle avec la star de Space Jam premier du nom dure depuis des années. Et quand les choses se passent ainsi, on a tendance à fantasmer ou idéaliser la relation. On la vit avec des œillères. Et c’est dommage de fermer les yeux sur les accomplissements du Kid from Akron.

Numbers don’t lie, people does. La concurrence aussi !

LeBron James domine Jordan dans quasiment tous les compartiments du jeu. S’il marque légèrement moins que MJ23, son midrange ainsi que son 3pts sont plus précis. Il délivre plus de caviar et prend plus de rebonds en moyenne par match. Et c’est seulement côté moyenne. Car LBJ6 est maintenant 6ème au niveau des all times passeurs là où son rival n’apparaît même pas dans le top 25.

Au scoring, il est 3e, suivi par nul autre que Kobe, PUIS Jordan. Au niveau des stats, James continue, à 37 ans, à battre les records. Maintenant, il faut en arriver à la comparaison de la compétition. MJ a joué l’une des équipes connues comme étant les plus bads de l’histoire. Les Pistons de son ennemi juré Isiah Thomas. Et ça, on ne peut lui enlever. Mais dans les autres équipes, la compétition ne suit pas. Quelques superstars par-ci par-là, mais pour la plupart, dans son ombre, ou en fin de carrière.

Le GOAT NBA, les stats playoffs
Les statistiques en playoffs

Il est important de rappeler qu’avant le déclin de certains de ces joueurs de légende, MJ n’atteint jamais la finale NBA. Et quand il l’atteint, c’est pour se faire renvoyer à la maison par Detroit, jusqu’à la fameuse année 91 durant laquelle, enfin, il se venge en sweepant ses bourreaux des années précédentes. Mais beaucoup attribue ce changement au team up avec Scottie Pippen, un autre all time great.

De son côté, LeBron James rate les playoffs durant ses deux premières années (2003, 2004), mais après ça, il ne les ratera plus jusqu’à 2020. La place en final est sienne 9 ans durant la décennie 2010-2020. LeBron change le game aussi. Il apporte une dimension nouvelle. On le compare à un éléphant capable de se déplacer comme une ballerina.

LBJ affrontera durant sa carrière le big three de Boston, composé de Kevin Garnett, Paul Pierce et son futur collègue Ray Allen, les Spurs de Tony Parker, Ginobili et Tim Duncan. On n’oubliera pas qu’il se cassait aussi les dents contre les Mavs de Dirk Nowitzki, une année durant laquelle le géant allemand sort le grand jeu après avoir sorti les Lakers. Mais sa plus grande rivalité (déso à KG et Paul Pierce) naîtra avec l’émergence de Steph Curry et des Golden State Warriors.

Pour son retour à Cleveland, LeBron joue des finales compliquées par les blessures de ses deux généraux, Kyrie Irving et Kevin Love face à des Warriors qui n’ont pas froid aux yeux. Et s’il perd trois de ses quatre confrontations, celle de 2016 reste historique. Considérées par beaucoup comme les plus belles finales de l’histoire. Cleveland et son enfant du pays opèrent un comeback clinique sur un 3-1 qui semblait désespéré. CLEVELAND THIS IS FOR YOU!

Les Warriors, cette année-là, prennent le record All Time de saison, le plient et le jettent. 73-9, soit une victoire de plus donc une défaite de moins que les Bulls de MJ et pourtant, après la plus belle saison de l’histoire, l’amertume de l’échec face au King poussera l’équipe à joindre ses forces avec l’un des scoreurs les plus efficaces de l’histoire de la NBA, Kevin Durant.

Si on parle objectivement, LeBron James aura fait face, dans sa carrière, à certains des meilleurs joueurs de l’histoire. Chef Curry est le talent talent d’une génération. Il a révolutionné le basketball. Avec lui, le second splash bros, Klay Thompson, shooter létal. Et l’ancien des sonics KD.

MJ jouait avec le shooter le plus précis de son époque en la personne de Steve Kerr, coach de GSW. Mais avec son all-time combo Pippen, sans qui, il n’a jamais gagné. Avec Dennis Rodman, qui avait quitté l’ennemi juré Detroit.

Le débat du GOAT NBA

Alors on ne lui enlève rien à notre MJ, mais LeBron James est déjà un meilleur All Around player. En dehors des parquets, il est plus impactant que ne l’a jamais été Mike. La longévité du King est sans pareil. Mais Dozilet, il est temps d’accepter que l’ancien GOAT a fait son temps !

Vous êtes d’accord et vous avez aimé lire cet article ? Ou vous n’êtes absolument pas d’accord, mais vous avez tout de même apprécié ?

Alors vous aller apprécier le roman du même auteur. C’est ici !