La NHA fête ses 10 ans

Franck Salin : auteur, réalisateur, metteur en scène

Culture

Franck Salin : auteur, réalisateur, metteur en scène

Par Thalie Mpouho 12 février 2022

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Je vous propose de découvrir Franck Salin, alias FRANKITO, un artiste guadeloupéen que j’ai eu le plaisir d’interviewer à Paris. Ancien journaliste spécialiste de la Caraïbe et de l’Afrique, il se consacre aujourd’hui à la création. 

À la fois écrivain, réalisateur et metteur en scène, Franck Salin est l’auteur de plusieurs films documentaires, romans et pièces de théâtre. Sa dernière œuvre, « Zantray », interprétée par Irène BICEP et Christian JULIEN, traite des violences conjugales et intrafamiliales. Elle paraissait dernièrement sur les planches de l’Auguste Théâtre, à Paris, les 17, 18 et 19 décembre 2021.

Fidèle à la ligne éditoriale de notre émission, je me suis entretenue avec lui sur la dimension politique de son travail. Une dimension qui se retrouve, en particulier, dans ses films « Sur un air de révolte » (2013) et « Camarade Jean » (2020) qui traitent de l’histoire contemporaine de la Guadeloupe. Dans le premier, il revient sur la tradition des chants de lutte qui ont accompagné les mouvements sociaux de l’île, des massacres de 1967 à la grande grève de 2009.

Dans le second, il raconte l’histoire du mouvement indépendantiste guadeloupéen, des années 60 aux années 80, à travers le témoignage de Louis THEODORE (dit Camarade Jean) et de ses compagnons de lutte. Des sujets qui trouvent un écho singulier dans l’actualité du moment.

Engagé sur les questions mémorielles, Franck Salin a aussi réalisé « Citoyens bois d’ébène » (2016) dans lequel il suit en Ile-de-France, en Guadeloupe et au Bénin, Emmanuel GORDIEN, le président de l’association CM98, sur les traces de son aïeul Georges « Bouriki », un esclave africain affranchi à Port-Louis en 1848. Je l’ai interrogé les raisons qui l’ont poussé à vouloir traiter des thèmes de la traite et de l’esclavage.

Plusieurs de ses films, comme ses pièces de théâtre « Bòdlanmou pa lwen » (2017) et « Zantray » (2021), ont été écrits et réalisés en créole. Pourquoi a-t-il fait ce choix ? Est-il plus difficile de produire dans cette langue ? Le public est-il au rendez-vous ? Autant de sujets passionnants que j’ai eu le plaisir d’aborder avec Franck Salin dans l’Écrin Politique.

Mes créations traitent des violences conjugales et intrafamiliales, de l’histoire du mouvement indépendantiste guadeloupéen, des questions mémorielles

VOUS AIMEREZ AUSSI :