CULTURE

Sandra Dessalines, une artiste qui rend hommage à l’africanité

Dans le cadre du Black History Month organisé à Bordeaux par l’association Mémoires et Partages, Nofi a rencontré Sandra Dessalines. D’origine haïtienne, cette artiste autodidacte et passionnée nous dévoile ses œuvres à la gloire de l’africanité dans son exposition au titre évocateur: « On n’est pas monté sans bagages ». Rencontre coup de cœur avec une femme de talent.

Sandra Dessalines, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis une artiste qui travaille sur des thèmes qui forgent la culture de mon île, Haïti. Les formes, les lumières, les contrastes, les ombres de mes personnages prennent vie dans un cadre atypique : ma cuisine qui me sert d’atelier. Actuellement je ne travaille pas avec une galerie en particulier mais je participe plutôt à des projets associatifs qui mettent en lumière des valeurs que je partage tel est le cas pour cet événement du Black History Month de Bordeaux.

Mon travail est apprécié par un cercle restreint de connaisseurs qui grandit progressivement grâce au bouche à oreille. Mes œuvres donnent vie à mon inspiration et ma sensibilité artistique à un moment donné. Les sensations et le contact avec la matière sont pour moi important. Je travaille habituellement avec des matériaux de récupération : cartons, papier mâché, des tissus, des cordes, des fers, bois flotté etc… De cette seconde vie recyclée émerge mes personnages aux regards sombres gorgés de vie oscillant entre la résignation, la lassitude, la rébellion, la colère et la joie de se sentir vivant.

Quel est le thème de vos œuvres pour cet évènement ?

Le thème de cette exposition conçue spécialement pour le Black History Month est « On n’est pas monté sans bagages ». S’intégrer dans un nouveau pays représente un grand défi d’adaptation. Tout est nouveau, l’environnement, la nourriture, la langue etc… Ce qui nous rendra plus fort face à ce défi ce sera notre bagage intellectuel, culturel, éthique. On s’enrichit aussi au fil des ans de nos expériences, de nos compétences et de nos valeurs. Je cherche à communiquer un message engagé très parlant. C’est toute la richesse de la diversité et de la mixité : chacun amène quelque chose de son pays là où il vit.

   

Vous êtes originaire de la Première République noire de l’Histoire, Haïti. Quel est votre message à travers vos œuvres ?

En tant que haïtienne, je trouve que nous avons un héritage assez lourd à porter. Parce que pour moi, Haïti a une mission. Elle a osé prendre son indépendance et sert d’exemple pour les autres peuples qui attendent beaucoup d’Haïti. Et la mission n’est pas achevée. On a pris un engagement envers les peuples. Souvent, les gens disent que les Haïtiens ont une fierté de par leur histoire mais il ne s’agit pas de supériorité. C’est vrai que l’île a soutenu les pays indépendantistes comme le Venezuela qui lui est reconnaissant. Je pense qu’il est temps que les Haïtiens prennent leur destin en main et honore l’héritage laissé par les pères de l’indépendance.

Quelle est votre vision sur Haïti d’aujourd’hui ?

Eh bien, il faut continuer même s’il ne s’agit plus d’une lutte pour la liberté, on l’a déjà, mais la forme de la lutte a évolué. Moi, c’est à travers l’art que je m’exprime. Toutes les formes artistiques ont permis une forme d’expression, que ce soit la musique, les arts plastiques,  le cinéma, les écrivains…Il faut qu’on prenne conscience de notre situation sans nous sous-estimer pour continuer à avancer.

Prochaine exposition de Sandra Dessalines à Nantes, du 24 mai au 18 juin 2019.

Facebook : Sandra art naïf

Téléphone :0611042069

Mail : sandradessalines@gmail.com

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Sandrine Plante-Rougeol, sculpteur engagée sur le thème de l’esclavage

 

Articles : 124