HISTOIRE

Raoul Diagne, premier joueur Noir en équipe de France

Par Enzo Petteng. La Coupe du monde 2018 a dévoilé une équipe au maillot tricolore dans laquelle la majorité des joueurs est noire. Cette mixité, critiquée, décriée ou glorifiée ramenait la France 20 ans en arrière, en 1998, lorsque la victoire des Bleus tenait à son équipe Black Blanc Beur. Toutefois, bien avant ces deux décennies, un homme brisait alors les barrières de la discrimination en arborant triomphalement les couleurs de la République, devenant le premier footballeur noir professionnel à la représenter.

Fils de Blaise Diagne (1872-1934) et proche de Joséphine Baker, Raoul Diagne fut, avant Marius Trésor, bien avant Lilian Thuram et longtemps avant Kylian Mbappé, le premier Noir à jouer en sélection tricolore. Bien que son poste de prédilection fut celui de défenseur droit, il fit preuve d’une polyvalence exceptionnelle durant sa carrière en jouant également comme milieu de terrain et même gardien de but.

L’homme à tout faire du Racing

C’est à saint Laurent du Maroni, en Guyane, que Raoul Diagne voit le jour, le 10 novembre 1910. Un an plus tard, la famille Diagne arrive en Métropole, où le père sera nommé député du Sénégal à l’Assemblée nationale française en 1914. Elève brillant, c’est dans la cour de l’école que le petit Raoul découvre les joies du football, il a alors 13 ans. Il joue un temps dans les équipes jeunes du stade français avant de rejoindre celles du Racing Paris. En 1931, Diagne et le Racing font leurs grands débuts dans le football professionnel et c’est lui qui marquera les deux premiers buts du de l’histoire du club. La saison 1935-1936 est la plus aboutie car ils réussissent ensemble le doublé coupe de France-championnat. Lors de cette saison le diamant noir joue la moitié du temps comme gardien de but.

Le club ne parviendra pas à conserver son titre de champion la saison suivante mais remportera de nouveau la coupe de France face à Lille en 1939. Ce jour-là, avant le match, Diagne promènera sur la pelouse du stade de Colombes un pingouin, emblème du Racing, emprunté au zoo de Vincennes, afin de porter chance à son équipe.

L’automne suivant sera marqué par le début de la seconde guerre mondiale. Le championnat de France est maintenu malgré tout et organisé sur plusieurs zones. La coupe de France est également maintenue et le Racing bénéficie de permissions pour ses joueurs mobilisés, dont Raoul Diagne. Le 5 mai 1940, soit 5 jours avant la bataille de France, le tenant du titre est opposé et s’imposera, au Parc des Princes, face à l’Olympique de Marseille. La même année, Raoul se réfugie à Toulouse, en zone libre, où il joue pour le Toulouse Football Club avec lequel il remporte la coupe de France de zone non-occupée mais perd la finale interzone face aux Girondins de Bordeaux. Il joue ensuite ses dernières années professionnelles sous les couleurs du FC Annecy (1942-1945), puis sous celles du club amateur de l’International de Nice (1945-1947) avant de terminer sa carrière au Sénégal, le pays de son père, à l’US Gorée.

Carrière en équipe de France

Raoul Diagne honore sa première sélection en équipe de France le 15 février 1931, à l’occasion du match France-Tchécoslovaquie qui se joue au stade Olympique de Colombes. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, sa couleur de peau ne crée aucune polémique comme ce sera le cas en Angleterre en 1932, lors de la sélection avortée de Jack Leslie en équipe nationale ou aux États-Unis en 1947 lorsque Jackie Robinson devint le premier joueur noir à jouer en Ligue majeure de baseball.
Si il y eu bien une réaction virulente, celle-ci vint du propre père du joueur. En effet, Sous-secrétaire d’état aux colonies à l’époque et désapprouvant le choix de son fils, Blaise Diagne qui avait d’autres ambitions pour lui (notamment celle de le voir devenir banquier ou militaire) mit un point d’honneur à ne jamais aller le voir jouer.

Non-sélectionné pour la coupe du monde en Italie en 1934, Raoul Diagne prend part à l’édition suivante qui se tient en France en 1938. Malgré la détermination dont lui et ses coéquipiers font preuve, l’équipe de France s’incline tout de même en quart de finale faces aux Italiens tenant du titre et futurs vainqueurs de l’épreuve. Il fit sa 18ème et dernière apparition sous le maillot Bleu le 28 janvier 1940 lors d’un match amical contre le Portugal.

Fin de vie

Après sa carrière de joueur, Raoul Diagne devient entraîneur et revient travailler en Europe. Il entraîne le club belge du KSV Audenarde puis retraverse ensuite la Méditerranée pour diriger le Gallia Sports d’Alger. Sa première saison avec le club algérois est excellente, il remporte le championnat d’Afrique du nord. En revanche, la saison suivante est chaotique puisque l’équipe réalise la pire saison de son histoire et sera reléguée en division inférieure. A la suite de cet échec, Diagne prendra la tête du Sporting club constantinois durant une saison, puis, après 3 ans passés en Algérie, reviendra en France pour prendre en main la formation normande de l’US Flers. Raoul Diagne fut surtout le premier entraîneur de l’équipe nationale du Sénégal, avec laquelle il battit l’équipe de France, en 1963, lors des jeux de l’amitié sur un score de 2 à 0.

Il  s’éteint à l’âge de 92 ans, le 12 novembre 2002 à Créteil en région parisienne, où il repose au cimetière communal. Jamais il n’aura évoqué (du moins publiquement), les préjugés raciaux auxquels il a pu être confronté au cours de sa carrière tout comme il n’a jamais revendiqué son statut de premier joueur noir à jouer pour l’équipe de France.

 

Par Enzo Petteng.

Vous aimerez aussi:

Les Diagne, une famille d’origine sénégalaise, française et fière depuis 3 générations

 

Articles : 272