ENVIRONNEMENT

Les déchets plastiques submergent la plage de Saint-Domingue

A Saint-Domingue, la plage de Montesinos est transformée en véritable décharge à ciel ouvert. Submergée par les déchets plastiques qui se déversent sur la côte, le paysage de carte postale n’est plus qu’un lointain souvenir…

Des plages défigurées

Nous avons pour beaucoup les vieilles images paradisiaques de plages de sable fin et d’eau turquoise quand on pense à la République Dominicaine. Pourtant, le constat actuel est tout autre. Les côtes dominicaines sont submergées par des déchets plastiques qui, vague après vague, défigurent les plages de l’île. Un coup dur pour le tourisme, principale activité économique de la République Dominicaine, mais surtout un désastre écologique dont les conséquences environnementales impactent déjà l’écosystème aquatique.

Ces images AVANT/APRÈS témoignent d’elles-même…

Une catastrophe écologique

Chaque seconde, 100 tonnes de déchets finissent en mer, dont une grande partie est constituée de matières plastique formant un « septième continent ». Objets flottants ou microparticules, ces déchets plastiques se déposent sur les plages, se retrouvent sur les fonds marins provoquant des désastres pour l’écosystème aquatique. Étouffement ou famine pour les animaux qui les ont ingérés, pollution du milieu marin, prolifération d’espèces invasives…Cette pollution, se retrouve dans cinq grands bassins océaniques : le Pacifique Nord, le Pacifique Sud, l’Atlantique Nord et Sud et l’océan Indien.

500 volontaires civils et militaires ont collecté 60 Tonnes de déchets en 6 jours à Saint-Domingue

L’initiative de Saint-Domingue

Depuis début juillet, la plage de Montesinos à Saint-Domingue, capitale dominicaine, est investie par des défenseurs de la Nature. Pas moins de 500 volontaires, civils et militaires ont entrepris un nettoyage en profondeur. Durant 6 jours, ils ont été confrontés à des déchets en tout genre: polystyrène, bouteilles, sacs plastique…en tout 60 Tonnes ont été collectés. Mais chaque jour, de nouvelles vagues de plastique arrivaient. Selon les autorités, la tempête Beryl qui a sévi début juillet serait la cause de ce désastre.

500 volontaires civils et militaires ont collecté 60 Tonnes de déchets en 6 jours à Saint-Domingue

Bien que désastreuses pour les plages dominicaines, les conséquences écologiques sont plus graves encore lorsque le plastique s’éloigne des côtes. Car à moyen-long terme, une fois dans les océans, il libère des produits chimiques impossibles à capturer. Les côtes polluées par le plastique ne sont que la partie émergée de l’iceberg car la majorité des déchets toxiques pour l’environnement se perd dans les mers et océans loin des côtes et de nos regards.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Le « Flip-Flops Art » ou l’expression du génie artistique Kényan

Sources:

La 1ere

Ouest France

Articles : 153