SANTÉ

Ghana : des femmes enceintes prennent des pilules pour blanchir la peau de leurs enfants

L’Agence Ghanéenne des Produits Alimentaires et Médicamenteux a dénoncé une pratique dangereuse et de plus en plus fréquente. Elle consiste, chez des femmes enceintes, à prendre des pilules pour blanchir la peau de leurs futurs enfants.
Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

En évoquant les femmes et d’hommes usant de produits cosmétiques pour s’éclaircir la peau, beaucoup s’imaginent des personnes superficielles. Des personnes qui chercheraient à changer leur apparence pour paraître sexuellement plus attirants.

On les comparerait volontiers à des femmes se faisant greffer des implants mammaires ou s’injectant du botox.

Cependant, on n’imagine généralement pas quelqu’un souhaiter ce genre de pratique à ses enfants.

Pourtant, certaines femmes souhaitent que leurs enfants, dès leur naissance, puissent voir leur peau blanchie.

C’est le cas au Ghana où début 2018, l’Agence Ghanéenne des Produits Alimentaires et Médicamenteux a dénoncé la pratique de femmes enceintes prenant à cet effet des pilules de Glutathion, un antioxydant.

Malgré ses effets positifs parfois reconnus dans la prévention de plusieurs conditions, l’Agence Ghanéenne des Produits Alimentaires et Médicamenteux a nié un quelconque rôle positif pour le Glutathion dans le blanchiment de la peau.

Les membres de cette autorité ont même mis le public en garde contre les malformations que peuvent causer de telles pilules la santé des nouveaux-nés.

En 2017, le Ghana a banni l’utilisation de produits éclaircissants sur son territoire. Le pays, comme le reste de l’Afrique de l’Ouest doit, toutefois faire face à un gigantesque commerce illégal de ce genre de produits.

L’industrie des produits éclaircissants représenterait plusieurs milliards d’euros et près de 70% des femmes ouest-africaines auraient eu recours à ce type de produits.

Au delà de l’image de l’utilisateur de produits éclaircissants comme un individu superficiel cherchant à plaire au sexe opposé, il semble aussi le considérer comme  un futur parent souhaitant plus éviter à son enfant la noirceur de peau que d’éventuelles malformations dans la société. Et cela n’en rend la lutte contre ce fléau que plus compliquée.

Vous aimerez aussi:

Vente de crèmes éclaircissantes : le Ghana interdit officiellement un problème aux racines complexes en Afrique

 

Articles : 914