CULTURE

Les origines de Cayenne : la légende et l’histoire.

Cayenne, chef- lieu de la Guyane française est le point de départ de la colonisation européenne. En quatre siècles, elle n’a cessé d’évoluer et compte aujourd’hui pas moins de 57 000 habitants, pour une superficie de 23 km2. Cayenne, à l’image du territoire guyanais, est un brassage culturel, où les différentes communautés s’entremêlent, où le vivre-ensemble est la clé de voûte du développement économique. Retour sur les origines de cette terre de métissage.

L’histoire de Cayenne, comme celle des cités antiques, commence peut-être par une légende :

Ile-de- Cayenne- Wikipédia

La légende du roi Cépérou, grand chef des Galibi, dont l’autorité s’étendait de l’Orénoque jusqu’à la rive gauche de l’Amazone. Le Roi Cépérou avait un fils, Caïenne, qui voulait épouser la fille d’un autre grand roi indien du Brésil. Pour épouser la princesse Bélem, Caïenne fait appel au concours du piaye (sorcier, magicien) Montabo. Grâce à Montabo, le prince Caïenne monte sur un taureau, et franchit un lac aux eaux mortelles. Caïenne et Bélem se marient et le roi Cépérou décide ainsi que son village s’appellera désormais Caïenne.

Piaye (chaman) amérindien. Dessin de J. Crevaux en 1862

Cette légende, dans laquelle se mêlent traditions européennes et influences amérindiennes, est le mythe fondateur de la capitale guyanaise. Elle indique aussi que le site de Cayenne, à l’extrémité nord- ouest de la presqu’île, appelée île de Cayenne, a d’abord été occupée par les tribus amérindiennes.

L’histoire européenne et coloniale de Cayenne commence au XVIIème siècle. La région Cayenne n’est sans doute pas la première à être fréquentée par les français. Sous le règne d’Henri IV, un Gascon, Daniel de la Touche Seigneur de La Ravardière avait été autorisé à y fonder une colonie. Cette colonie n’a pas eu le temps de prospérer, en raison de l’hostilité des Indiens.

L’historiographie relative à la Guyane considère traditionnellement que le 29 novembre 1643 est la date de la fondation de Cayenne et l’attribut au sieur Poncet de Britigny, mégalomane et déséquilibré mentale. Il est mandaté par une compagnie de marchands rouennais, la Compagnie du Cap au nord. Brétigny conduisait un convoi relativement important, de quelques quatre cents hommes. Il choisit pour s’installer les terres du Cépérou sur lequel il construisit le fort Saint- Michel, qui deviendra plus tard le fort Saint- Louis. Ainsi débutent les multiples tentatives de colonisation de la Guyane.

Poncet de Brétigny n’hésite pas à torturer ses propres colons, mais il s’en prend surtout aux Indiens Galibi. Il est tué par un Amérindien du nom de Pagaret, dans une savane située près de Cayenne et qui aurait conservé son nom, d’après la tradition. Les européens qui réussissent à échapper au délire de Poncet de Brétigny doivent affronter un soulèvement général des tribus indiennes. Le village de Cayenne a depuis été détruit.

Guerre entre les Français et les Indiens- Source : unesaisonenguyane.fr

En 1652, la Compagnie des Douze Seigneurs fait une seconde tentative de colonisation. Cinq cents engagés et cent cinquante colons arrivent à Cayenne le 29 septembre 1652, jour de la Saint-Michel. Une partie de ce contingent demeure à Cayenne, l’autre partie s’installe à Rémire, village situé à quelques kilomètres. Les immigrants entrent une nouvelle fois en conflit avec les Galibi dont ils pillent les récoltes. En décembre 1653, sous la pression des Indiens, ils abandonnent la région.

En 1663, une importante expédition est placée sous le commandement d’Alexandre Prouville de Tracy. Il a pour mission, entre autres choses, d’aller installer à Cayenne Lelebvre de la Barre, représentant et fondateur d’une nouvelle compagnie de la France Equinoxiale. L’expédition française arrive en vue de Cayenne, et plus exactement du Cépérou, le 11 mai 1664. Les Hollandais ayant pris possession des lieux, les Hollandais capitulent le 15 mai 1664.

Fort Cépérou- Source : unesaisonenguyane.fr

En dépit du rôle joué par Tracy, chef militaire de l’expédition, La Barre tient à recevoir personnellement la capitulation des Hollandais qui occupaient le fort Cépérou. Le fort lui est remis entre les mains par le commandant et les Hollandais abandonnent les lieux. Ainsi commence l’histoire de l’île- de Cayenne.

Source : Histoire des communes Antilles- Guyane.