CULTURE

Jean-Michel Basquiat, premier peintre noir mondialement célèbre

Jean-Michel Basquiat est le premier peintre noir à avoir connu une notoriété mondiale.

Par Fabrice M., Contributeur Nofi

Jean-Michel Basquiat est né le 22 décembre 1960 à New York aux Etats-Unis. Son père Gérard est haïtien. Sa mère, Matilde est une Portoricaine noire. Cette dernière l’emmène régulièrement au musée. C’est ainsi qu’il développe son premier intérêt pour l’art.

Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat, à quatre ans

Dès ses trois ans, il dessine de nombreux sujets. Parmi ceux-ci, on trouve des personnages des films d’Hitchcock ou des personnages du célèbre magazine Mad. Ses parents se séparent lorsqu’il n’a que sept ans.  Il vit ensuite avec son père et ses deux soeurs. La famille s’installe à Porto Rico en 1974. A partir de cette époque, la personnalité rebelle de Jean-Michel commence à se heurter à celle de son père. Lors de leur retour  à New York en 1976, les fugues de Jean-Michel se poursuivent. L’une d’entre elles est définitive.  En 1978, à l’âge de 18 ans, il quitte le domicile familial, avec l’ambition explicite de devenir célèbre.

Jean-Michel Basquiat

Un graffiti SAMO

Il fréquente alors la scène underground  de New York où se mêlent plusieurs artistes émergents. Basquiat était d’abord connu comme le co-auteur du graffiti SAMO (‘same old shit’, en français ‘toujours la même merde’) avec son ami Al Diaz, rencontré quelques années avant. Avec SAMO, les deux jeunes artistes laissent des commentaires sarcastiques ou des réflexions sur la société. Comme les autres artistes de la rue qu’il fréquente, Basquiat se produit comme un artiste pluridisciplinaire vendant des dessins et des cartes postales pour gagner sa vie. Il prend aussi part à un groupe de musique, Gray.

Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat jeune

A partir des années 80, l’oeuvre de Basquiat gagne progressivement en reconnaissance dans la scène new-yorkaise, américaine et internationale. Son style de peinture est aujourd’hui qualifié de néo-expressionniste.

Jean-Michel Basquiat

Une peinture de Jean-Michel Basquiat datant de 1981. Elle est caractéristique de ses oeuvres du début de la décennie où il réalise typiquement des peintures sur toile représentant des personnages ressemblant à des squelettes ou à des masques.

A cause du personnage un peu marginal de Basquiat et de son style parfois comparé à des gribouillages d’enfant, de nombreux critiques ont remis en question sa capacité à dessiner.

Jean-Michel Basquiat

La peinture de Jean-Michel Basquiat ‘Histoire du peuple noir’ (1983) est typique de son oeuvre multimédias d’entre 1982 et 1985. Elle y traite de thématiques liée aux origines noires et portoricaines de Basquiat.

Il fut ainsi accusé de ne devoir sa célébrité qu’à sa couleur de peau et son physique avantageux. En contrepartie, il fut aussi l’objet de préjugés de la part de certains, s’intéressant à son oeuvre comme à celle d’un artiste au comportement primitif.

Jean Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat avec son ami et collaborateur Andy Warhol, pionnier du Pop’ Art

Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat devant une de ses peintures, 1988

La trajectoire fulgurante de Jean-Michel Basquiat a pris fin le 12 août 1988 à New York à cause de son addiction aux drogues dures. Passé de sans domicile fixe à millionnaire en quelques années, cette grande figure de l’art contemporain et pionnier du mouvement Underground avait-elle usé et abusé de drogues pour maintenir la cadence?

Sources

Site officiel

Jean-Michel Basquiat: The Radiant Child

Page Wikipedia