SOCIÉTÉ

Ce héros a reçu une balle en sauvant 30 personnes de la tuerie de Las Vegas

Jonathan Smith, 30 ans au moment des faits, a sauvé la vie de 30 personnes lors de la tuerie de Las Vegas du 1er Octobre 2017 qui a coûté la vie à plus de soixante autres.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Plusieurs dizaines de morts sont à déplorer suite à la tuerie commise par Stephen Paddock le 1 Octobre 2017 à Las Vegas. Cet incident a été présenté par des médias américains de plusieurs manières. Si ces présentations diffèrent, elles mettent toutes l’accent sur la gravité de la tuerie. Pour CNN, il s’agirait de la tuerie de masse la plus meurtrière de l’histoire récente des Etats-Unis, l’histoire récente du pays commençant pour ce média en 1949. Pour Wikipedia (cité au 3 octobre 2017 dans sa version anglaise), il s’agissait de la plus meurtrière tuerie commise dans l’histoire des Etats-Unis par un tireur solitaire. Pour d’autres, comme CNBC, la tragédie marquerait tout simplement la tuerie par arme à feu la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis.

Cette dernière catégorisation a entraîné des réactions de l’Association Nationale des Journalistes Noirs et de l’Association des Journalistes Hispaniques qui ont fait savoir, dans un communiqué,  qu’en 1873, plus de 100 personnes noires furent abattues à Colfax en Louisiane en 1873. Ces chiffres en feraient, avec celle de East Saint Louis en 1917, la tuerie la plus meurtrière quant au nombre de victimes par armes à feu de l’histoire américaine.

C’est donc probablement par volonté de marquer l’importance de la tragédie -et peut-être aussi pour attirer l’attention sur leurs sites-, que ces médias ont continué à avoir recours à différents superlatifs passant sous silence cette tuerie de 1873 à Colfax, qui au demeurant rappellerait le caractère terriblement meurtrier du passé raciste des Etats-Unis, une réalité que beaucoup d’observateurs prétendent qu’il n’aurait aucune incidence sur l’Amérique d’aujourd’hui.

Attentat de Las Vegas

Le massacre de Colfax

Il est selon moi dommage, pour la plupart des médias américains et d’ailleurs, de ne pas avoir davantage mentionné la comparaison entre les tragédies de Colfax et de Las Vegas. Dans les deux tueries par armes à feu les plus meurtrières de l’histoire américaine en effet, les agresseurs étaient incarnés par des hommes blancs et les victimes par des hommes noirs.

Jonathan Smith

Jonathan Smith, un réparateur de photocopies californien venu à Las Vegas pour l’anniversaire de son frère, avait accompagné ce dernier lors du Route 91 Harvest Country Music Festival. En plein concert de Jason Aldean, Smith entendit des coups de feu qu’il prit d’abord pour des feux d’artifice. Il chercha d’abord à éloigner du danger ses trois nièces âgées de 17 à 22 ans, mais celles-ci disparurent dans la foule. Il passa devant plusieurs dizaines de personnes paralysées par la peur et les motiva à courir pour se mettre à l’abri dans un parking pour handicapés. Quelques jeunes filles n’étant pas bien protégées, Smith chercha à les cacher. C’est alors qu’il se fit tirer sur la nuque. Souffrant d’une fracture de la clavicule, d’une contusion pulmonaire et d’une côte cassée, Smith et d’autres blessés furent éloignés des lieux par le camion d’un policier en congé. C’est probablement grâce à cette intervention qui le mena à l’hôpital que fut sauvé Jonathan Smith de la mort. Les médecins n’ont toutefois pas enlevé la balle qui a atteint le cou, une balle avec laquelle Smith pourrait vivre pour le restant de ses jours.

attentat de Las Vegas

Jonathan Smith, héros de la tuerie de Las Vegas

Les personnes sauvées par  Jonathan Smith  ont partagé sa photo sur le net jusqu’à ce qu’elle en devienne virale, le décrivant comme un héros. Jonathan Smith a toutefois refusé d’endosser ce qualificatif.

Comme je le disais plus haut, il est possible de regarder cette tragédie de Las Vegas sans véritable perspective historique, sans la comparer avec la tuerie la plus meurtrière de l’histoire du pays. Cette absence de comparaison, qui montre cette tuerie en couleur plutôt qu’en noir et en blanc, élude toutefois l’évolution symbolique du Noir américain face à la violence des tueries de masse dans son pays au fil des siècles. Autrefois tué par balle, il s’est aujourd’hui remis de sa blessure, réduisant le nombre de victimes et prouvant de la plus belle des manières son humanité à ceux qui en 1873 refusaient de la croire.

Vous aimerez aussi:

Ibra & Benjamin, ces héros africains d’Italie méconnus en France

Articles : 958