Trilogie Kemi Seba

Val d’Oise : la mort d’Adama provoque la colère des persanais

Société

Val d’Oise : la mort d’Adama provoque la colère des persanais

Par SE

Dans le Val d’Oise, plus précisément à Persan et Beaumont-sur-Oise (nord de Paris), des émeutes ont éclaté après la mort d’Adama Traoré, un jeune homme âgé de 24 ans seulement hier soir.

Mort d’Adama : que s’est il passé ?

Il est 18 h ce mardi 19 juillet lorsque Adama est interpellé à Persan par des gendarmes dans le cadre d’une enquête pour extorsion de fonds. Au cours de l’interpellation le présumé décède. Selon Yves Jannier, le procureur de la République de Pontoise, Adama serait mort à la suite d’un malaise cardiaque dans le véhicule de la gendarmerie. Une déclaration que conteste Baguy, le frère du défunt.

« Ils l’ont coursé, ils l’ont frappé, j’ai vu moi. Il était pour mort il était encore menotté (…) J’ai vu le gendarme, il est parti avec un tee-shirt tout blanc, il est revenu avec un tee-shirt plein de sang. Il n’a pas de plaie, c’est le sang de mon frère qu’il a sur le tee-shirt (…)Ils essaient d’inventer, de dire que c’est une crise cardiaque, mais rien du tout, c’est eux qui l’ont frappé. » témoigne Baguy sur i Télé.

Une fois que la nouvelle de la mort du garçon été apprise par les habitants de Persan et les alentours, une centaine de personnes -selon le directeur de cabinet de la préfecture du département du Val-d’Oise, Jean-Simon Mérandat- ont incendié des véhicules et des poubelles pour exprimer leur colère et leur indignation.

Des jeunes criaient « assassins »

Un témoin, sous anonymat a déclaré à l’Agence France-Presse avoir entendu des jeunes crier « assassins » à l’encontre des forces de sécurité déployées dans le quartier. Six gendarmes auraient été blessés par des tirs d’armes à plomb peut-on lire dans « Le Parisien ».
Des renforts de police et de gendarmerie ont été appelés pour « mettre en sécurité les militaires qui étaient visés », explique Jean-Simon Mérandat, à l’AFP. Jean-Simon Mérandat précise que 130 membres des forces de l’ordre et une soixantaine de pompiers ont été mobilisés et que la situation serait revenue au calme ce matin vers 3h30.

Toutefois un « dispositif de sécurisation » a été prévu par la préfecture pour la nuit de mercredi à jeudi.

Deux enquêtes ont été ouvertes, l’une de la section de recherches, l’autre de l’inspection générale de la gendarmerie, pour déterminer les causes du décès d’Adama.

À l’heure où les bavures policières s’enchaînent tous les jours aux Etats-Unis, à votre avis, saurons-nous réellement de quoi Adama est-il mort ?