Trilogie Kemi Seba

« Black », le film : West Side Story à Bruxelles City

Culture

« Black », le film : West Side Story à Bruxelles City

Par SK

Un film de Adil El Arbi et Bilall Fallah, sorti 11 novembre 2015. Une guerre entre un gang de noirs, les Black Bronx, et un gang de maghrébins, les 1080. Une histoire d’amour entre une jeune congolaise et un jeune marocains. La descente aux enfers d’une adolescente révoltée, les obligations de loyauté envers la bande…Un électrochoc.

Dans les rues de Bruxelles, se joue une intrigue des plus violentes. Marie-Evelyne, Aka Marvela (Martha Canga Antonio), depuis son entrée dans le gang des Black Bronx, est en colère. En colère comme des millions de jeunes noirs européens désemparés par le racisme, l’exclusion et le chômage. En colère de voir sa mère, diplômée en médecine au Congo, devoir se contenter de petits boulots. Depuis l’école buissonnière, son cousin « Notorious » (Theo Kabeya) la fait entrer au sein de cette famille de la rue. Marwan (Aboubakr Bensaihi), jeune marocain, voleur a la tire, est un jeune garçon influence par la dureté de sa situation. Il commet des larcins mais, sans haine aucune. Son frère aîné, ses amis et lui son le gang des 1080, de Molenbeck. Bien que les affrontements entre les deux bandes soient rares, l’affaire se complique lorsque Marvela et Marwan tombent amoureux.

Marvela (Martha Canga Antonio) et Marwan (Aboubakr Bansaihi)

Marvela (Martha Canga Antonio) et Marwan (Aboubakr Bansaihi)

La violence pour seule arme
Bagarres de rues, insultes et trafiques sont le lot des gangs. Mais, c’est à travers du personnage de Marvela que nous entrons dans la réalité de ces familles de fortune. L’organisation est impitoyable chez les Black Bronx, qui tous doivent s’astreindre à un code strict, sous la houlette de leur chef « X »(Emmanuel Tahon).

A gauche, "X" (Emmanuel Tahon), au milieu Marvela (Martha Canga Antonio)

A gauche, « X » (Emmanuel Tahon), au milieu Marvela (Martha Canga Antonio)

 

Les quelques filles de la bande accusent le coup entre viols, grossesses, infidélités. Chez les BB , ce sont les hommes qui décident, en véritables pachas, ils ont le droit à toutes les incartades sexuelles. Les filles non. Elles ont fait allégeance au gang et doivent accepter d’être tour à tour les maîtresses du chef. Le cousin Notorious n’a rien à redire. Marvela, elle, va devoir choisir entre son amour pour Marwan et son gang. Ego pour ego, dent pour dent, les bandes vont s’en mêler et finir par en découdre. Violemment, pour la rixe finale Molenbeck vs Matonge. La négrophobie des maghrébins envers les subsahariens ne s’exprime pas à l’écran, ce n’est pas l’objet du film. En revanche, le schéma fratricide de groupes de noirs qui s’entre-tuent lui, et bel et bien persistant hélas.

Marwan (Aboubakr Bansaihi) et Nassim (Soufiane Chilah)

Marwan (Aboubakr Bansaihi) et Nassim (Soufiane Chilah)

Une problématique sociétale actuelle
Comme dans tout drame, les protagonistes sont isolés dans leur détresse. Les quelques adultes du film sont impuissants face à cette jeunesse qui sombre. Seul le chef de la police, tenté de secourir la petite Marie Evelyne, encore impétueuse et inconsciente du péril qui la guette. Du côté des 1080, Marwan a une tutrice inefficace en l’agent de police Mina. Le film est réaliste, les scènes sont difficiles mais les problématiques abordées sont malheureusement toujours d’actualité.

Marvela et les Black Bronx

Marvela et les Black Bronx

Quelle place les jeunes issus de l’immigration peuvent ils espérer avoir dans la société qui les a vus naître ? La question demeure ouverte. La rue éduque les enfants,  les parents tentent de s’accrocher et le cycle de cette violence dénuée de tout sens se perpétue. Après West Side Story, la version revisitée de « Roméo et Juliette » sauce ghetto sorti en 1932, Adil El Arbi et Billal Fallah nous offrent une version moderne, francophone et plus proche de nous, refusée en distribution par plusieurs salles de cinéma. Un film nécessaire, disponible exclusivement en e-cinema sur toutes les plateformes VOD (interdit aux moins de 16 ans) à partir du 24 juin.