Trilogie Kemi Seba

Marche solidaire à Kinshasa : le PPRD écarté de la manifestation

Politique

Marche solidaire à Kinshasa : le PPRD écarté de la manifestation

Par SK

Les kinois ont décidé de marcher sur la capitale ce jeudi, en hommage à la population de Beni, qui connaît une recrudescence des violences depuis plusieurs semaines. Le PPRD, parti au pouvoir, prévoyait de manifester, le même jour, sur le même circuit. Le gouverneur a exigé le report  de la manifestation pour ce dernier.

André Kimbuta, le gouverneur de Kinshasa, a prié les partisans du PPRD de reporter sa marche. Afin d’exprimer leur solidarité aux habitants de l’Est du pays, les kinois ont décidé de marcher sur la capitale ce jeudi. Attirer l’attention sur les violences qui déchirent le Kivu et les régions périphériques, une initiative qui n’a pas échappé à la  tentation de la récupération politique. D’un côté, les opposants au régime du président Joseph Kabila. Eux avaient décidé d’un déploiement dans la ville, pour dire également leur colère contre l’indifférence du gouvernement.

André Kimbuta, gouverneur de Kinshasa

André Kimbuta, gouverneur de Kinshasa

De l’autre côté, les membres du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, et leurs sympathisants. Le PPRD est le parti au pouvoir, initié par l’actuel président de la république. Lui, voulait s’emparer de ce mouvement en organisant une manifestation, pour les mêmes raisons, au même endroit et le même jour. Permettre à de potentiels dissidents de défiler aux côtés de pro-Kabila est un risque que le gouverneur de la ville refuse de courir. Sans compter les heurts certains entre les militants des deux courants.  C’est donc naturellement qu’il a demandé mercredi à ces derniers de choisir une date ultérieure. Ce que ces derniers ont accepté.

FCK

Le Front citoyen

La dynamique de l’opposition, le front citoyen et la G7 défileront donc aujourd’hui. Quatre organisations dissidentes qui marcheront pacifiquement pour la solidarité. Une requête accordée par André Kimbuta, mais refusée par les autorités à Beni, à Goma et à Lumumbashi.