Pac Days

SCANDALE : le viol d’une jeune fille au Tchad suscite l’indignation et fait réagir le président Idriss Deby

Société

SCANDALE : le viol d’une jeune fille au Tchad suscite l’indignation et fait réagir le président Idriss Deby

Par SE

Zouhoura, une jeune fille de 16 ans a été enlevée ce week-end et violée par cinq jeunes hommes issus de familles d’officiers supérieurs du Tchad. L’affaire a suscité une telle émotion dans le pays que des manifestations ont été organisées ce lundi 15 février à N’Djamena pour réclamer « réparation pour Zouhoura ». Une mobilisation qui a poussé le président Idriss Deby Itno à déclarer que « justice sera rendue et que plus jamais cela ne se répétera ».

Justice pour Zouhoura…

Le 8 février, alors qu’elle se rendait au lycée avec une de ses amies, Zouhoura a été enlevée par sept hommes dont cinq dans une voiture et deux en moto, raconte Mamie, sa grande sœur de 23 ans, interrogée par le Monde Afrique. » Deux des jeunes étaient dans le même lycée qu’elle. Les garçons lui ont dit qu’elle a été enlevée parce qu’elle ne leur disait pas bonjour. Même avant la séquestration, elle avait peur d’eux parce qu’ils passaient leur temps à tabasser les filles. C’est sûr, ce n’est pas la première à qui cela arrive mais nous voulons qu’elle soit la dernière. »

Zouhoura !

Zouhoura quelques jours après son viol…

Peu de temps après les faits, les auteurs présumés du viol de Zouhoura ont publié sur Facebook une vidéo -qui a été retirée depuis- de la jeune fille en larmes. Au Tchad, où le viol reste tabou, l’affaire crée une véritable indignation. Les camarades de lycée de la jeune fille et d’autres jeunes se sont rassemblés devant le domicile de la victime pour marcher en direction du palais de justice afin de réclamer « réparation pour Zouhoura ». Munis de banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Justice pour Zouhoura » ou encore « Nous sommes tous Zouhoura, notre dignité bafouée », les manifestants ont marché dans la capitale en chantant l’hymne national avant d’être dispersés par les forces de l’ordre anti-émeute. « Lorsque nous sommes arrivés non loin du palais de justice, la police a tiré contre nous des gaz lacrymogènes. Il y a eu aussi des tirs à balles réelles »témoigne l’un des jeunes manifestants avant d’ajouter « ll s’en est suivi une course poursuite contre nous à travers la ville, et c’est au niveau du lycée de la liberté qu’un de nos camarades est tombé fauché par une balle ».

Des propos que le colonel Paul Manga, porte-parole de la police, dément. Ce dernier affirme qu’il n’y a aucune victime et que deux des violeurs présumés ont été arrêtés. Cependant, sur les réseaux sociaux, comme sur la page Facebook « Tchad today » qui relaie les informations sur le viol de Zouhoura, on peut lire qu’un jeune homme, Abachou Hassan Ousmane, a bien été tué hier par la gendarmerie lors de la marche « Justice pour Zouhoura ». Des photos de la victime ont même été postées sur la page.

12742524_959013587520406_146248095266943134_n

Manifestation à N’Djamena pour Zouhoura

« Acte barbare et innommable »

« C’est en père de famille, scandalisé, que je réagis, pour la première fois d’ailleurs sur Facebook, pour exprimer toute mon indignation suite à cet acte ignoble et innommable que des délinquants ont fait subir à la jeune ZOUHOURA. Je condamne fermement cet acte et rassure toutes les filles, toutes les mères, tous les jeunes, bref tous les tchadiens que justice sera rendue et que plus jamais cela ne se répétera. Je comprends vos peines, je les partage avec vous. » IDRISS DEBY ITNO, peut-on lire sur la page Facebook de la Présidence de la République du Tchad.

Un autre message concernant la mort d’Abachou Hassan a été publié il y a quelques heures. Mais cette fois-ci le poste a été signé par Hinda Deby Itno, la femme du chef de l’Etat Tchadien « C’est en état de choc que je me joins aux autres pour dire mon indignation suite à ce qu’a subi ma sœur ZOUHOURA. Sans ambages, je condamne cet acte d’un autre âge et lui apporte tout mon soutien. Par ailleurs, je présente mes condoléances les plus attristées à la famille d’ABACHOU, décédé lors des manifestations qui ont suivi. Que son âme repose en paix. » HINDA DEBY ITNO.

D’autres manifestations ont été organisé aujourd’hui devant le lycée où Abachou a été tué ce lundi 15 février. Et dans certains pays comme le Canada, le Cameroun, l’Algérie, les Etats-Unis… plusieurs personnes ont publié sur les réseaux sociaux des photos avec des banderoles en soutien à Zouhoura et Abachou .

12742566_959033280851770_3442919020683307163_n

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !