Le Bouquet Africain de Thema

Maurice White : le leader d’Earth, Wind and Fire nous a quitté

Culture

Maurice White : le leader d’Earth, Wind and Fire nous a quitté

Par Abou Cissé

Le fondateur d’Earth, Wind and Fire est mort mercredi à l’âge de 74 ans. Son frère a annoncé la nouvelle jeudi sur Facebook.

L’un des groupes phares du mouvement disco-funk en l’occurrence Earth, Wind and Fire a perdu son chanteur principal. Maurice White est décédé mercredi à l’âge de 74 ans à Los Angeles. Il souffrait depuis 1994 de la maladie de Parkinson ce qui l’avait contraint à abandonner les tournées.  Son frère Verdine White a annoncé la nouvelle jeudi sur Facebook.

Voici ce qu’il écrit: « Mon frère, héros et meilleur ami Maurice White est mort paisiblement la nuit dernière pendant son sommeil. Le monde a perdu un autre grand musicien et une légende, mais notre famille demande le respect de notre vie privée au moment où nous commençons ce qui sera une transition très difficile et qui aura un impact important sur nos vies. »

La disco-funk : un tournant décisif 

Le groupe a été crée en 1969. Après avoir brillé dans le jazz-funk, à la fin des années 1970, Maurice White a changé de voie musical. Il est passé au disco-funk. Un choix qui a été payant pour le groupe originaire de Chicago dans l’Illinois qui va connaitre une renommée internationale. Ainsi, les membres d’Earth, Wind and Fire ont enchaîné plusieurs tubes planétaires notamment September et Boggie Wonderland en 1979 et Let’s Groove en 1981. Maurice White et sa bande ont vendu plus de 90 millions d’albums à travers le monde. Ils ont aussi remporté six Grammy Awards et quatre American Music Awards.

Earth, Wind and Fire a été l’un des pionniers à faire tomber les tabous raciaux dans la pop. Le groupe est devenue notamment la première formation de noirs à se produire à guichets fermés au prestigieux Madison Square Garden de New York en 1979. Il a séduit les Blancs, tout conservant les faveurs des Noirs. Dans un entretien au Chicago Tribune en 1985, Maurice White avait confié qu’il souhaitait que sa musique donne aux gens de l’espoir et «une image positive d’eux-mêmes». «Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas sur cette planète, famine, pauvreté, pensées négatives, racisme, et beaucoup de bizarreriesDonc quelqu’un doit dire quelque chose pour essayer d’équilibrer, si c’est possible».

Réécoutez les tubes planétaires  d’Earth Wind and Fire

September (1979)

Boggie Wonderland (1979)

Let’s Groove (1981)

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !