Trilogie Kemi Seba

MADIBA Le Musical, nkosi sikelel’ iMAndela

Société

MADIBA Le Musical, nkosi sikelel’ iMAndela

Par Noella

« Ce sont la musique et la danse qui me permettent de vivre en paix avec ce monde », Nelson Mandela.

Petite (grande) histoire de MADIBA Le Musical

Celui que l’on nomme communément Madiba est une inspiration pour plus d’une génération. Nelson Rolihlahla Mandela (18 juillet 1918-5 décembre 2013), le père éternel de la nation sud-africaine et même au-delà, a inspiré la nouvelle création musicale de Jean-Pierre Hadida. Un spectacle placé au coeur de Johannesburg dans les années 50, ville qui a vu naître le premier cabinet d’avocats noirs d’Afrique du Sud, ville qui a été ébranlé de plein fouet par l’apartheid, ville où Mandela est devenu le leader politique de l’opposition.

Vingt ans plus tard, les habitants de Soweto se soulèvent. Sam Onotou (Jean-Luc Guizonne), un jeune militant noir se fait arrêter. En prison, il fréquente Nelson Mandela qui devient son modèle. Sa fiancée, Sandy (Falone Tayoung), le fait libérer grâce aux relations du chef de la police, Peter Van Leden (Roland Karl), l’afrikaner blanc chez qui elle travaille. Will, le jeune frère noir de Sandy, tombe amoureux d’Helena Van Leden (Juliette Behar), la fille de Peter. Cet amour va grandir, mais le contexte politique leur rend la vie impossible, et ils se séparent. Will milite pour la libération de Mandela et le boycotte économique de l’Afrique du Sud. Après 27 ans de prison, l’emblématique avocat est enfin libre. Grâce au principe d’« un homme, une voix », Mandela est élu président de la République d’Afrique du Sud. Vient l’heure du pardon et de la réconciliation : Peter Van Leden se rapproche de sa fille et regrette son attitude raciste. Tous ensemble ils prônent la « Nation arc-en-ciel », symbole d’une nouvelle Afrique, un continent uni tel que le voulait ce grand monsieur. Une comédie sous le signe du respect, du militantisme aux senteurs africaines, de l’amour, bref on s’y croirait.

affiche-madiba-le-musical

Le saviez-vous ?

« Rolihlahla », nom qu’il a reçu à sa naissance, veut dire « enlever une branche » ou encore « fauteur de trouble ». En vu son parcours très engagé à la cause noire, on peut dire que c’est un patronyme qui lui va très bien. Maintenant vous savez !

Mots de la fin, mais pas vraiment la fin…

Un lieu d’exception (Le Comédia dans le 10 e arrondissement de Paris donc bien desservi en métro, rires), les différents thèmes traités, de superbes chansons dont une magnifique reprise de l’hymne sud-africain (à regarder « Freedom« ), un excellent casting avec entre autre James Noah dans le rôle du personnage principal, Jean-Luc Guizonne (crooner de la Star Ac’ 5, Le Roi Lion) ou notre récente découverte artistique LUN1K, etc… Que de bons arguments pour que vous réserviez ABSOLUMENT votre place pour ce musical. De plus en plus de spectacles mettent en scène des histoires noires comme dernièrement Gospel sur la Colline. Il est donc important d’y aller, de soutenir pour qu’il y en est davantage.
Qui sait, peut être que la prochaine comédie musicale relatera les exploits de Roi Kunta Kinte, de Rosa Park ou encore d’Assata Shakur. Cette visibilité n’est que bénéfique aux héros de la communauté afro-caribéenne quand elle est faite dans le respect des personnages auxquels elle rend hommage…

Convaincu ? Alors cliquez ICI pour en savoir plus sur les dates, les billets, tout !

/// Bonus : Les premières bandes-son du spectacle ! ///

 

Sources : Darakactu, Madiba-Musical