Malkia - Le réveil du Ka

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara se veut rassurant sur l’élection présidentielle

Politique

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara se veut rassurant sur l’élection présidentielle

Par Sébastien Badibanga 17 juin 2015

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Le président ivoirien a été reçu, mardi 16 juin à l’Elysée, par François Hollande. En marge de cette rencontre officielle, il en a profité pour promettre l’organisation des élections “totalement apaisées, ouvertes et démocratiques”.

Plus que quatre mois d’attente avant l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. A Paris, le chef de l’Etat ivoirien a tenu un discours au cours duquel il s’est voulu rassurant sur les conditions de la tenue de ce scrutin national de premier plan.

L’opposition craint des “fraudes massives”

“Les élections seront totalement apaisées, totalement démocratiques, et totalement ouvertes. La Côte d’Ivoire veut être un exemple après cette crise post-électorale. De bonnes élections permettront de tourner la page et nous nous attelons à cela avec une commission électorale indépendante. Et personne ne devrait être exclu de candidature en Côte d’Ivoire”, a-t-il promis, rapporte RFI Afrique.

La présidentielle se tiendra le 27 octobre prochain. Le président sortant Alassane Ouattara brigue son second mandat. Il a officialisé sa candidature à la fin du mois d’avril. “Nous voulons une Côte d’Ivoire unie. Une Côte d’Ivoire où règnent l’amour et le respect entre citoyens. Une Côte d’Ivoire solidaire, qui fait de la diversité une force”, avait-il déclaré au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, le jour de son investiture.

D’ores et déjà, l’opposition craint des “fraudes massives” sur les listes électorales. Par conséquent, cette échéance électorale fait office de test à grande échelle de la bonne volonté du chef de l’Etat ivoirien. Puisque ce dernier cherche à faire oublier la crise post-électorale de 2010 qui aurait causé la mort d’au moins 3 000 personnes.

Par ailleurs, le successeur de Laurent Gbagbo s’est entretenu avec le locataire de l’Elysée à propos du danger terroriste qui menace l’Afrique de l’ouest. “La Côte d’Ivoire renforce toujours la sécurité à ses frontières, nous avons un très bon service de renseignement et nous continuons à être très très vigilants”, dit-il.