HISTOIRE

Pourquoi tant de militants noirs américains se sont-ils convertis à l’Islam?

La conversion de masse de Noirs américains sensibles à la cause noire a pu étonner certains. On vous propose d’expliquer les raisons, autres que la conviction personnelle, de la grande tendance qui a entraîné la conversion de nombreux grands du monde noir comme Muhammad Ali ou Malcolm X à la religion musulmane pour se rapprocher de l’Afrique.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

1) Une grande partie des esclaves du sud des Etats-Unis étaient originaires de la Sénégambie, du Mali ou des pays environnants dont une partie importante était islamisée depuis l’Afrique. La première raison dans l’intérêt a posteriori des Afro-Américains pour la religion musulmane serait qu’une partie de leurs ancêtres la pratiquaient.

l'islam

Selon un test ADN, lla chanteuse US India.Arie serait d’origine peule, l’un des premiers peuples ouest-africains à être islamisés

2)Une seconde raison est la réputation de certains esclaves musulmans et le prestige qui leur était associé en raison de leur connaissance, notamment de l’écriture arabe.

En outre, les origines ‘orientales’ dont ils aimaient se réclamer les faisaient gagner en prestige aux yeux des Blancs. Une Américaine de la moitié du 19ème siècle raconte, à propos d’esclaves musulmans établis sur une île au large de l’Etat de Géorgie qu’ils « se considéraient au dessus des autres (Noirs) comme s’ils étaient conscients de leur propre supériorité ». Cet impact laissé par les esclaves musulmans dans l’imaginaire collectif des Blancs et de la société américaine qu’ils dirigeaient a également du influencer la perception des Noirs américains du début du 20ème siècle dans leurs conversions à l’Islam.

l'islam

Abdul Rahman Ibrahim Ibn Sori, un prince peul musulman né en 1762 au Futa Djallon en Guinée et déporté vendu comme esclave en 1788. Surnommé ‘le Prince parmi les esclaves’ Il gagna vite l’admiration de son maître et devint contremaître de sa plantation. Parce qu’il écrivait en arabe, les autorités US pensèrent qu’il était un Maure et leSultan du Maroc, ayant lu sa lettre de demande d’affranchissement demanda de le libérer.

3) Lors de son installation au Libéria, le ‘père du Panafricanisme’ Edward Wilmot Blyden fit part de son admiration devant les communautés musulmanes auquel il était confronté. Il y nota que l’Islam y aurait développé et accéléré les processus d’unification, d’indépendance et d’érudition des Africains sans pour autant avoir détruit leurs structures sociales.

l'islam

Edward Wilmot Blyden

Conscient des connotations racistes du Christianisme tel qu’il avait été transmis aux Noirs du Nouveau Monde par les Blancs Américains, il recommandait aux Noirs américains, s’ils souhaitaient être indépendants et libres, d’adopter des noms africains ou arabes, de porter des vêtements africains, de parler des langues africaines et d’adopter la religion musulmane comme ces communautés qui l’avaient grandement impressionné. Les thèses de Blyden allaient avoir une influence considérable sur Elijah Muhammad, le fondateur de la Nation of Islam qui allait contribuer à la conversion de Malcolm X et de Muhammad Ali à l’Islam.

4) Au 20ème siècle enfin, il semble que le port d’un nom musulman était moins discriminant dans la société de ségrégation qu’était l’Amérique. Dans son autobiographie, le militant américain Booker T. Washington (1856-1915) avait montré le double standard d’un Marocain ‘à la peau sombre’ qui pouvait être admis dans un hôtel, alors que lui en tant que Noir américain, ne le pouvait pas.

l'islam

Booker T. Washington

Comme le dit également le grand jazzman Dizzie Gillespie dans les années 50, de nombreux jazzmen qui utilisaient des noms musulmans pouvaient accéder à des restaurants réservés aux Blancs, avec leurs noms parfois tamponnés de la mention ‘Blanc’ sur leurs cartes de syndicat.

l'islam

Dizzy Gillespie

Bibliographie

The Early Muslim Presence and Its Significance, in Black Routes to Islam, par Hishaam D. Aidi & Manning Marable
Edward Wilmot Blyden and Panafricanism: the ideological roots of Islam and Black nationalism in the United States, in The Muslim World, Vol 87 Issue 2, par Richard Brent Turner, Avril 1997

 

Vous aimerez aussi:

L’assassinat de Malcolm X

Articles : 1090