NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

[AFRIQUE] COMMENT LES USA TISSENT LEUR TOILE SUR LE CONTINENT

Politique

[AFRIQUE] COMMENT LES USA TISSENT LEUR TOILE SUR LE CONTINENT

Par SK

Les USA n’arrivent pas à rivaliser avec la Chine, dont les investissements sont, pour les pays africains, beaucoup plus utiles et avantageux que les investissements US, qui, eux, visent le profit maximal en se concentrant sur l’exploitation des ressources énergétiques et minérales

    Pour parer à l’influence chinoise et renforcer celle des États-Unis en Afrique, l’administration Obama a surtout recours à des instruments politiques et militaires.

     Parmi ceux-ci, « l’Initiative pour les jeunes leaders africains », dont l’objectif est de « développer un réseau prestigieux de jeunes leaders dans des secteurs fondamentaux et de cimenter des liens encore plus forts avec les États-Unis ».

     À travers des « forums de haut niveau » et plus de 2 000 « programmes pour la jeunesse » financés par des millions de dollars, Washington essaie de créer en Afrique de nouvelles élites dirigeantes pro-USA.

    En même temps, par le biais de l’AfriCom, on renforce la présence militaire US sur le continent. La principale base pour cette opération est Sigonella (Sicile).

   C’est là qu’a été déployée la Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force (MAGTF) du Corps des marines, qui, dotée de convertibles (rotors basculants, Ndt) MV-22 Ospreys et d’avions-citernes C-130, envoie des escadrilles en Afrique, par roulement.

   Partant de Sigonella, elle a entraîné des forces spéciales africaines en Ouganda, Tanzanie, au Burundi, Cameroun, Ghana, Burkina Faso, Mozambique, Sénégal, Libéria et aux Seychelles.

   La task force de Sigonella collabore aussi au Military Intelligence Basic Officer Course-Africa, dans lequel sont formés des officiers des services secrets africains au Kenya, en Éthiopie, au Soudan du Sud, au Nigeria et dans d’autres pays.

   Le cours Miboc-A est défini comme « une des centaines d’activités pour la sécurité réalisées par les militaires américains en Afrique ».

  Ainsi s’étend sur l’Afrique le réseau militaire US qui, à travers de multiples liens, recrute officiers et forces spéciales locales. Opération dirigée par l’AfriCom, qui a installé auprès de la Task force conjointe pour la Corne d’Afrique et Djibouti, son premier « poste de commandement avancé » sur le continent. Nouvelle version des vieux instruments de domination coloniale.

  Mais qu’Obama fasse attention : comme il l’a dit lui-même : « Africa Is Rising ». (Source Réseau Voltaire)