Malkia - Le réveil du Ka

Kenya : le “vampire de Kabete” arrêté pour le meurtre d’une dizaine d’enfants

Société

Kenya : le “vampire de Kabete” arrêté pour le meurtre d’une dizaine d’enfants

Par Thalie Mpouho

Appelé le “vampire de Kabete”, un homme de 20 ans a été arrêté jeudi au Kenya pour avoir tué plus de dix enfants

La presse kényane le surnomme le “vampire de Kabete”. Masten Milimo Wanjala, 20 ans, a été interpellé jeudi 15 juillet au Kenya pour les meurtres de deux jeunes de 12 et 13 ans. Les corps, identifiés comme étant Junior Musyoka et Charles Opindo Bala, ont été retrouvés à Kabete, une ville située au centre du pays. 

 Le « vampire de Kabete » reconnait les faits

Durant son interrogatoire, Wanjala a reconnu avoir tué plus d’une dizaine de jeunes adolescents dans le pays ces cinq dernières années. Suivant toujours le même mode opératoire, il avait pour habitude de droguer ses victimes puis de “sucer leur veines” pour les “vider de leur sang”, avant parfois de les étrangler.

Sa première victime était Purity Maweu, une fillette de 12 ans enlevée en 2016 à Nairobi, capitale du Kenya. Le tueur avait 15 ans au moment des faits. Trois ans plus tard, il récidivait avec Aron, un garçon de 13 ans. 

vampire de Kabete

Des fonctionnaires retirent le corps d’un enfant retrouvé dans une zone forestière de Nairobi.

“ Wanjala a massacré seul ses victimes de la manière la plus impitoyable, parfois en suçant le sang de leurs veines avant de les assassiner”, a expliqué la Direction des enquêtes criminelles du Kenya (DCI) sur les réseaux sociaux, qui le décrit comme “un vampire assoiffé de sang ”.

“ Dans un récit détaillé et éprouvant, le meurtrier a raconté des détails terribles sur la façon dont il a attiré ses victimes dans ses griffes avant d’arracher la vie de ces enfants innocents “, a ajouté la DCI. Le “vampire de Kabete”, qui n’aura prononcé aucune excuse, a déclaré aux enquêteurs avoir pris “beaucoup de plaisir” à massacrer ses victimes.

Vague de disparition d’enfants

L’arrestation de Masten Milimo Wanjala intervient alors que le Kenya subit une vague de disparitions d’enfants, environ deux par jour ces dernières semaines. Jeudi 15 juillet, les principaux journaux du pays ont publié en Une la photo du tueur, vêtu d’un maillot de football tacheté de sang.

La police kényane, qui a pour l’heure décidé de le placer 30 jours en détention afin de poursuivre ses investigations, craint que le tueur en série ne soit responsable des disparitions de nombreux autres enfants dans le pays, dont les affaires n’ont pas encore été élucidées.

Sources

AFP

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !