Histoire et Culture Noire/ Les 1ères Miscellanées Panafricaines

Le Rwanda révèle que la France n’a rien fait pour arrêter le génocide

Politique

Le Rwanda révèle que la France n’a rien fait pour arrêter le génocide

ParMakandal Speaks

La France était au courant de la préparation d’un génocide au Rwanda et porte une responsabilité « significative » pour avoir permis les tueries, selon un rapport publié le 19 avril 2021 par le gouvernement rwandais.

Le Rwanda révèle que la France n’a rien fait pour arrêter le génocide

Ce rapport intervient moins d’un mois après qu’un rapport français ait affirmé que les autorités françaises étaient « aveugles » aux préparatifs du génocide, mais a reconnu que les responsables avaient réagi trop lentement aux massacres.  Selon le rapport rwandais du cabinet d’avocats américain Levy Firestone Muse :

« Le gouvernement français n’était ni aveugle ni inconscient face au génocide prévisible » [1]

En seulement 100 jours, entre avril et juillet 1994, 800 000 personnes ont été massacrées au Rwanda par des extrémistes de l’ethnie hutue. Les Tutsis, une minorité ethnique du Rwanda, avaient dominé le pays jusqu’à ce que leur monarchie soit renversée par les Hutus en 1959. Les combats entre les Hutus et un groupe d’exilés tutsis appelé le Front patriotique rwandais se sont poursuivis jusqu’à ce qu’un accord de paix soit conclu en 1993. Puis, le 6 avril 1994, un avion transportant deux éminents Hutus, Juvénal Habyarimana, alors président du Rwanda, et son homologue Cyprien Ntaryamira, président du Burundi, a été abattu, tuant toutes les personnes à bord. Les extrémistes hutus ont accusé le FPR d’être responsable de l’attaque et ont orchestré un massacre systématique des Tutsis.

Le nouveau rapport rwandais s’inscrit dans le cadre d’un effort visant à documenter le rôle des responsables français avant, pendant et après le génocide, alors que le président français Emmanuel Macron cherche à améliorer les relations avec la nation africaine. Un rapport de juillet 2000 du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, intitulé « Rwanda : The Preventable Genocide« , décrit l’histoire des relations entre le Rwanda, ancienne colonie belge, et la France :

« 12.12. Dans les années qui ont suivi l’indépendance, alors qu’elle rivalisait avec les États-Unis pour accroître son influence sur le Zaïre voisin, la France a devancé la Belgique en tant qu’allié occidental le plus proche du Rwanda.

États francophones. Au fil des ans, divers accords de coopération, tant militaires que civils, ont établi une solide présence française permanente au Rwanda, la France devenant l’un des principaux créanciers et fournisseurs d’armes du Rwanda. Les relations entre les représentants des deux gouvernements étaient exceptionnellement étroites, tant au niveau personnel qu’officiel. » [2]

Le président rwandais Paul Kagame qualifie l’enquête actuelle de « pas important vers une compréhension commune de ce qui s’est passé. » Le gouvernement français est responsable d’avoir « permis un génocide prévisible« , selon le rapport, et n’a « rien fait pour arrêter » les tueries. Les auteurs du rapport de 600 pages ont également conclu que les responsables français ont tenté de dissimuler leur rôle dans le massacre dans les années qui ont suivi le génocide et ont offert leur protection à certains auteurs. Pendant des décennies, « le gouvernement français a dissimulé son rôle, déformé la vérité et protégé » ceux qui ont commis les crimes, selon le rapport.

Plus précisément, le rapport affirme que l’ancien président français François Mitterrand a continué à soutenir Habyarimana alors qu’il avait connaissance des plans du génocide. Dans les années qui ont précédé le génocide, « des responsables français ont armé, conseillé, formé, équipé et protégé le gouvernement rwandais, sans tenir compte de l’engagement du régime d’Habyarimana en faveur de la déshumanisation et, finalement, de la destruction et de la mort des Tutsis au Rwanda« , indique le rapport. Toujours selon le rapport, le motif de la France pour soutenir Habyarimana était « l’expansion du pouvoir et de l’influence de la France en Afrique« .

Bien que les auteurs aient conclu qu’il n’y avait « aucune preuve » que des fonctionnaires français aient participé directement au meurtre de Tutsis, une intervention militaire dirigée par la France, soutenue par les Nations unies et menée le 22 juin, « est arrivée trop tard. » L’intervention de l’ONU était bloquée depuis des semaines critiques, la France et d’autres acteurs internationaux comme les États-Unis refusant d’autoriser une action, comme l’a décrit l’ancien secrétaire adjoint aux affaires africaines James Woods, qui a servi au ministère de la défense de 1986 à 1994, en décrivant la paralysie internationale à PBS « Frontline » en 1999 :

« [La] communauté diplomatique et les dirigeants politiques se sont lancés dans ce que nous appelions, dans l’armée, « la fuite et l’évasion ». Et pendant deux mois, ils ont bavardé en disant : « Nous ne sommes pas tout à fait sûrs. Il y a des actes apparents de génocide mais nous ne sommes pas sûrs qu’il s’agisse d’un génocide. Il y a des rapports contradictoires sur les pertes. Je pense qu’une grande partie de tout cela n’était qu’un écran de fumée pour la décision politique prise à l’avance : « Nous n’allons pas intervenir dans cette affaire, laissons les Africains se débrouiller seuls ».

Les conclusions du rapport de cette semaine sur la culpabilité de la France dans l’atrocité de 1994 reflètent les conclusions avancées par un rapport français présenté le mois dernier par une commission d’experts. Le rapport français conclut que la France porte des « responsabilités lourdes et écrasantes » dans ce qui a conduit au génocide, mais qu’aucune arme livrée par les Français n’a été utilisée pour commettre les violences. De nombreuses victimes du génocide ont été découpées en morceaux à l’aide de machettes.

Le 7 avril, M. Macron a annoncé sa décision de déclassifier et de rendre publiques des archives datant de 1990 à 1994 et appartenant aux bureaux du président et du premier ministre.

Selon le ministre rwandais des affaires étrangères, Vincent Biruta, le pays cherche à entamer une « nouvelle relation » avec la France. « Peut-être que la chose la plus importante dans ce processus est que ces deux commissions ont analysé les faits historiques, ont analysé les archives qui ont été mises à leur disposition et sont parvenues à une compréhension commune de ce passé« , a-t-il déclaré à l’Associated Press. « À partir de là, nous pouvons construire cette relation forte« .

Notes et références

[1] « Rwanda report blames France for ‘enabling’ the 1994 genocide« , apnews.com, publié le 19 avril 2021.

[2] « Rwanda: The Preventable Genocide » publié en juillet 2000.