CULTURE

« Mémorial ACTe I & II » le premier vinyle connecté sur l’histoire de la traite négrière transatlantique

L’artiste guadeloupéen Shuck One revient avec un projet inédit: « Memorial ACTe I & II », le premier vinyle connecté pour la mémoire de l’esclavage et de la traite atlantique. Un vinyle donc, édité par le label Unicum Music, lisible sur platine mais aussi sur smartphone, grâce à une application. A cette occasion, il sera présent à l’UNESCO vendredi 8 juin prochain pour une table ronde sur le thème: »VIVRE LIBRE OU MOURIR ! Témoignage, mémoire et transmission d’artistes autour de l’esclavage ».

Shuck One est un artiste profondément engagé pour la mémoire de l’histoire de l’esclavage. A travers ses oeuvres plastiques, il exprime les interrogations d’une population guadeloupéenne, fruit de cet épisode douloureux. Afin que cette mémoire ne tombe pas dans le mépris des oubliettes, il multiplie les supports artistiques pour démocratiser ce savoir et permettre aux jeunes générations de savoir d’où elles viennent. C’est ainsi qu’il a tout de suite adhéré à l’idée de la directrice du label Unicum Music, Emily Gonneau,  d’un projet original, le premier du genre: un vinyle connecté pour la mémoire de l’esclavage et de la traite atlantique intitulé « Memorial ACTe I & II ». Ce vinyle, d’ores et déjà disponible,  voit le jour dans le cadre du  projet « Vivre libre ou mourir ». Acquérir l’histoire sur disque, une façon exceptionnelle de promouvoir  cette mémoire. Si vous n’avez pas de platine, vous pourrez profiter de ce concentré d’histoire via une application téléchargeable sur votre mobile.

Une table ronde à l’UNESCO

Cette initiative est soutenue par le Mémorial ACTe, où l’artiste est exposé depuis 2017. C’est dans cette circonstance qu’il avait fait la rencontre de Maxime Lenik, avec lequel il a collaboré sur le projet « L’histoire en marche », et qui signe la composition de la musique sur ce vinyle. Un partenariat artistique brillant et militant, comme on en voit rarement à notre époque. L’Art demeurant le seul langage affranchi des barrières de langage et autres clivages politisés, la responsabilité de ses artisans n’en n’est que plus grande. C’est pourquoi les deux complices présenteront ce projet exceptionnel lors d’une table ronde au siège de l’UNESCO sur le thème: »VIVRE LIBRE OU MOURIR ! Témoignage, mémoire et transmission d’artistes autour de l’esclavage », vendredi 8 juin. Une rencontre, qui vient compléter le projet « La route de l’esclave » de l’UNESCO, et se déroulera en présence de Frédéric Régent, Président du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage; Silyane Larcher du CNRS, Doudou Diène de l’ONU; de la chercheuse et historienne Françoise Vergès, de la professeure d’Histoire Chantal Ahounou et de Florence Alexis, ingénieure culturelle. Le public est bien sûr attendu en nombre, sur inscription, afin de prendre part aux échanges.

Shuck One, l’artiste-graffeur guadeloupéen engagé

SK est la rédactrice/ journaliste du secteur Politique, Société et Culture. Jeune femme vive, impétueuse et toujours bienveillante, elle vous apporte une vision sans filtre de l'actualité.

Articles : 647