CULTURE

L’importance de la musique noire dans la série Luke Cage

Les différents acteurs de la Renaissance de Harlem ont exprimé le besoin de s’approprier leur héritage africain, tout en revendiquant leur identité américaine. Du Negro Spirituals au Jazz en passant par le Blues et la Soul, la musique a permis aux afro-américains de se forger une identité propre.

En tant que mouvement culturel noir américain, la Renaissance de Harlem des années 1920-1930 constitue le phénomène le plus riche d’influences de l’histoire noire outre-Atlantique. Les domaines de la littérature, de la musique et des arts se développent. Dans la série Luke Cage, le projet de Mariah s’inscrit dans une vison politique de la revendication, tandis que le Harlem’s Paradise en constitue l’aspect musical.

1.      Les stars du Harlem’s Paradise

CottonMouth, le méchant de la série, est un adepte de la musique noire-américaine. Il est propriétaire du club Harlem’s Paradise où chaque soir, les plus grands artistes animent les soirées. A la lumière des spots rouges qui donnent une ambiance chaude et soul,  la scène du Harlem’s Paradise accueille des chanteurs comme Raphael Saadiq, le chanteur/rappeur Jidenna, la veuve de Biggie, Faith Evans ou encore le DJ D Nice.

Par ailleurs, le « Cotton Club » est une ancienne salle de concert, club de jazz et dancing de New York, dans le quartier de Harlem. Les meilleurs artistes noirs s’y produisaient, tels que Duke Ellington, Joséphine Baker, Cab Calloway ou Louis Armstrong, mais le club refusait généralement l’entrée à la population noire. Situé également sur le Boulevard Malcom X, appelé Avenue Lenox à l’époque, le Cotton Club était détenu en 1923 par le contrebandier Owney Madden (encore un clin d’œil ?).

2.      Luke Cage : une série Hip-hop

L’omniprésence de Method Man

Chaque épisode de la série Luke Cage porte le titre d’une chanson du duo hip-hop Gang Starr. Pour appuyer cette référence, le créateur de la série Cheo Hodari Coker reprend les paroles de la chanson « DWYCK » dans un dialogue entre le psychologue de la police et la petite amie enquêtrice de Luke Cage, Misty Knights.

Misty Knights et Luke Cage sont prêts à en découdre © Netflix

Tout au long de la première saison, la musique rythme l’intrigue du film. Le légendaire Method Man, membre du groupe Wu-Tang Clan a droit à une scène culte avec Luke où ils échangent leurs hoodies car celui de Luke Cage est criblé de balles. Cette scène appuie l’originalité du héros: Luke Cage est un héros noir Hip-hop ! A échelle humaine, il est en phase avec la réalité des noirs d’Harlem, sa tenue vestimentaire souligne le fait que malgré sa force surhumaine, Luke Cage est avant tout un homme noir des quartiers de New-York. C’est ce qui fait de lui un personnage aimé des habitants et un modèle à suivre.

Dans les rues de Harlem, Luke Cage ne passe pas inaperçu © Netflix

En véritable fan de Cage, Method Man, invité à la radio, lui dédie même un morceau de rap :  « Bulletproof Love ».

Le scénariste de la série Luke Cage avoue avoir écrit une scène clé du troisième épisode, où Cage pénètre en force dans le repère de la cousine de CottonMouth en écoutant « Da Mysteries of Chessboxing », extrait du premier album des Shaolins de Staten Island en 1993.

Notorious B.I.G : symbole de réussite

le portrait de Notorious BIG trône dans le bureau de CottonMouth © Netflix

Un imposant portait de The Notorious B.I.G. couronné roi de New York trône dans le bureau du Harlem’s Paradise de CottonMouth. En effet, le créateur de la série est un ancien journaliste de rap, qui fut le dernier à avoir un entretien public avec Biggie. Il a aussi co-signé le scénario du biopic Notorious sorti en 2009.

CottonMouth veut être le seul et l’unique roi de Harlem, et ce portrait surdimensionné révèle qu’il voit (trop) les choses en grand. Durant une scène de prise d’otages au Harlem’s Paradise, il explique la présence de son portrait de Biggie :

“You like my Biggie photo? You know what draws you eye when you look at that? The Crown. Wanna know why? Cuz everybody wants to be the king.”

3.      Une bande très originale pour la deuxième saison

La bande originale de la première saison fut dirigée par l’ex A Tribe Called Quest Ali Shaheed Muhammad et le compositeur Adrian Younge, qui compte des collaborations avec Ghostface Killah, Jay-Z, Bilal ou Royce Da 5’9.

Le créateur de la série Luke Cage, Coker, a expliqué que la deuxième saison explore les racines du hip-hop avec le blues et le reggae afin de toucher « la diaspora entière de musique noire ». Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad signent de nouveau la BO. Leur musique pour la saison 2 a inclus « une épopée de 50 minutes » pour un des épisodes. Pour notre plus grand plaisir, Nina Simone et  Mobb Deep auront également leur place dans la série. Nous découvrirons également les prestations de Faith Evans, de retour après la première saison, Joi et D-Nice, Esperanza Spalding, Christone « Kingfish » Ingram, Ghostface Killah, Stephen Marley, Jadakiss, KRS UN et Rakim. Ce dernier a lancé un morceau pour la deuxième saison de Luke Cage  disponible en exclusivité sur itunes.

La bande annonce de la saison 2 dévoilée par Netflix le 7 mai dernier, promet de nombreux rebondissements !

Affiche officielle de Luke Cage saison 2 © Netflix

L’intégralité des épisodes de la  saison 2 de Luke Cage à voir dès maintenant sur Netflix!

https://www.netflix.com/fr/title/80002537

Articles : 149