Placman

La saga des Shakur : cible du FBI et symboles de résistance

Politique

La saga des Shakur : cible du FBI et symboles de résistance

Par Mathieu N'DIAYE 22 octobre 2016

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Nofi.media,vous propose d’explorer l’histoire de la famille Shakur et son implication dans les mouvements de justice sociale, mettant en lumière sa confrontation avec le FBI. Il se concentre sur Assata Shakur et Tupac Shakur, soulignant leurs batailles juridiques et l’impact de leur militantisme. Cette analyse offre une perspective approfondie sur les relations entre les forces de l’ordre et les mouvements de droits civiques, en particulier pendant l’époque de COINTELPRO.

Les Shakur, une famille dans la ligne de mire du FBI

La famille Shakur, connue pour son engagement profond dans les mouvements de libération afro-américains, a joué un rôle crucial dans l’histoire des droits civiques aux États-Unis1. Cette famille a non seulement influencé la scène musicale à travers Tupac Shakur2, l’un des rappeurs les plus emblématiques, mais a également été activement impliquée dans des initiatives de justice sociale, notamment par le biais d’Assata Shakur3, la tante de Tupac. Leur engagement a attiré l’attention des services secrets américains, notamment le FBI4, qui a surveillé de près plusieurs membres de la famille Shakur.

Abbah Shakur, un acteur clé dans ces mouvements, était étroitement lié au fils de Malcolm X et a collaboré avec l’UNIA de Marcus Garvey5, figure majeure du panafricanisme. Il a également joué un rôle déterminant dans la fondation du Black Panther Party (BPP)6 de Harlem. Son frère, Zayd Shakur7, a occupé le poste de ministre de l’Information pour le BPP du Bronx, avant de rejoindre la clandestinité et de co-fonder la Black Liberation Army8. Afeni Shakur9, l’épouse de Lumumba Shakur10 et mère de Tupac, a également été une figure importante dans la direction des Panthers de Harlem.

Gene Roberts11, un agent infiltré du FBI qui se trouvait étonnamment à côté du corps de Malcolm X lors de son assassinat, a révélé qu’il avait gravi les échelons au sein du Black Panther Party de New York, devenant un membre influent de l’organisation. Cette ascension, il l’a admis plus tard, faisait partie de sa mission pour le COINTELPRO du FBI12, un programme visant à surveiller, perturber et discréditer les groupes dissidents, en particulier ceux liés aux mouvements afro-américains. Les membres du BPP de New York, connus sous le nom de « New York 21« , ont été emprisonnés pendant deux ans avant d’être finalement acquittés en 1971, l’année où Lumumba Shakur et Afeni Shakur, enceinte de Tupac à l’époque, se sont séparés.

Le COINTELPRO, dans sa stratégie visant à affaiblir les mouvements de droits civiques, a mis une pression considérable sur le BPP, en particulier pendant le procès des New York 21. Une de leurs tactiques consistait à fomenter un conflit entre les sections Est et Ouest du BPP, une stratégie connue sous le nom de « Guerre Panther Est contre Ouest ». Le FBI est allé jusqu’à fabriquer de fausses correspondances qu’il a fait circuler entre les différentes sections du BPP, y compris celle dirigée par Huey Newton13 à Oakland, dans le but de créer des divisions internes.

Confrontée à la perte tragique de nombreux camarades, victimes des affrontements avec la police, et face à une menace croissante pour sa propre sécurité, Joanne Chesimard, membre active du Black Panther Party dans le Bronx, a pris la décision de se retirer dans la clandestinité. Elle a rejoint Zayd Malik Shakur, un proche allié et ami, dans cette démarche. En signe de solidarité et de respect envers Zayd et l’ensemble de la famille Shakur, elle a adopté un nouveau nom, Assata Shakur, marquant ainsi un tournant significatif dans son parcours de militante.

En 1971, une année marquante dans l’histoire des droits civiques, Afeni Shakur a donné la vie à son fils, Tupac Amaru Shakur14, nommé en hommage au dernier leader inca15. Tupac, dès sa naissance, était destiné à jouer un rôle significatif dans la lutte pour l’émancipation des Afro-Américains, considéré par sa mère comme le « prince noir de la révolution« . Avec des figures emblématiques telles que Geronimo Pratt16 comme parrain et Assata Shakur comme marraine, son héritage militant était profondément ancré. Au milieu des années 1970, Afeni Shakur, Tupac, et Mutulu Shakur17 ont formé un foyer uni, illustrant l’engagement familial continu dans le militantisme et la lutte pour la justice sociale.

Assata Shakur : confrontation avec les forces de l’ordre américaines

Dans une campagne médiatique intense, le FBI a ciblé Assata Shakur, la surnommant « la mère-poule révolutionnaire » de la Black Liberation Army. Bien que de nombreuses accusations portées contre elle, notamment des meurtres d’officiers de police à New York, manquaient de preuves concrètes, le FBI a intensifié ses efforts pour la capturer. En 1972, Assata est devenue l’objet d’une chasse à l’homme nationale, son visage affiché dans les commissariats et les banques, et son nom inscrit sur la liste des terroristes les plus recherchés.

En mai 1973, un incident tragique s’est produit lorsque la police du New Jersey a ouvert le feu sur une voiture transportant Zayd Shakur, Assata Shakur et Sundiata Acoli18, un ancien membre des Panthers 2119. Zayd Shakur a été tué dans cet affrontement, tandis qu’Assata et Sundiata ont été blessés. Un officier de police a également perdu la vie dans l’échange de tirs. Assata Shakur a par la suite été maltraitée et torturée par les forces de l’ordre, d’abord à l’hôpital, puis en prison. Elle attribue sa survie à l’intervention opportune d’une infirmière.

Accusée du meurtre d’un officier de police, Assata Shakur s’est retrouvée au centre d’une intense campagne de dénigrement, devenant ainsi l’une des figures les plus notoires aux yeux des autorités américaines de l’époque. Le processus judiciaire a été marqué par des retards considérables, avec un délai de quatre ans avant que son cas ne soit présenté devant un tribunal. Durant cette période, le ministère public a multiplié les efforts pour la traduire en justice, l’associant à divers crimes commis entre 1971 et 1973.

En 1976, une tournure dramatique s’est produite avec la mort inattendue de Stanley Cohen, l’avocat d’Assata, qui avait fait des découvertes importantes dans l’affaire. Cette mort a suscité des spéculations sur une possible implication du FBI.

Au tribunal, l’équipe de défense d’Assata, composée de William Kunstler, Lennox Hinds et Evelyn Williams, sa tante, a présenté des preuves médicales pour prouver son innocence. Ils ont démontré qu’aucun résidu de poudre à canon de l’arme ayant tué l’officier n’avait été trouvé sur Assata et que ses blessures auraient rendu impossible pour elle d’utiliser une arme à feu. Malgré ces preuves, Assata Shakur a été condamnée à la prison à vie, une décision qui a suscité de vives controverses et des débats sur la justice et l’équité du système judiciaire.

En 1979, Assata Shakur a réussi une évasion spectaculaire de prison, un événement qui a marqué un tournant dans son histoire. Suite à cette évasion, plusieurs individus, dont Mutulu Shakur, Silvia Baraldini, Sekou Odinga et Marilyn Buck, ont été accusés de complicité. Mutulu Shakur, en particulier, a été impliqué dans des accusations supplémentaires, notamment sa participation présumée au braquage d’un fourgon blindé de la Brink’s en 1981. En 1986, une tragédie a frappé la famille Shakur avec la découverte du corps sans vie de Lumumba Shakur.

Ces événements se sont déroulés dans le contexte d’une surveillance accrue par le FBI, notamment à travers le programme COINTELPRO, connu pour ses opérations souvent en marge de la légalité. Malgré les controverses entourant les méthodes du FBI, les accusations portées contre Mutulu Shakur et Sekou Odinga les ont placés dans la catégorie des prisonniers politiques, soulignant la complexité et les tensions de l’époque entre les mouvements de libération et les autorités gouvernementales.

2Pac, le « Prince noir de la révolution« 

Tupac Shakur, surnommé le « Prince noir de la révolution« , a incarné dès son plus jeune âge la vision et les aspirations de sa mère. Animé par un désir profond d’inspirer et de soulever sa communauté, il a rapidement pris un rôle de leader au sein de la New Afrikan People’s Organisation20, fondée par d’anciens membres du Black Panther Party et de la Republic of New Afrika21. À seulement 17 ans, il est devenu le plus jeune leader de cette organisation, qui a évolué pour devenir les New Afrikan Panthers.

Tupac a su combiner son talent artistique et son engagement politique pour toucher un public plus large. En intégrant des thèmes de résistance et de justice sociale dans son art, notamment à travers le gangsta rap, il a réussi à attirer l’attention de la jeunesse afro-américaine des quartiers défavorisés, les sensibilisant à des enjeux plus larges. Cette approche reflétait l’engagement de ses parents dans le travail communautaire, notamment auprès des gangs tels que les Bloods et les Crips22, dans le cadre du Black Panther Party. Tupac était reconnu pour son talent, son esprit subversif et son efficacité à communiquer ses idées, ce qui, parfois, le mettait en porte-à-faux avec les autorités.

La renommée de Tupac Shakur, son engagement militant et son héritage familial ont probablement contribué à ses conflits répétés avec les autorités. Bien que le programme COINTELPRO du FBI ait officiellement pris fin en 1971, l’année de naissance de Tupac, il est légitime de se demander si Tupac n’a pas été visé par des tactiques similaires. Dès le début de sa carrière en 1991, il a été victime de brutalités policières. En 1993, après avoir été la cible de tirs, c’est lui qui a été arrêté au lieu de son agresseur, dans un incident survenu sous la juridiction d’un agent du FBI impliqué dans une affaire de dissimulation de meurtre.

La situation s’est aggravée lorsque Tupac a été attaqué par deux individus, plus tard identifiés comme des policiers en civil, qui ont brisé la vitre de sa voiture et ouvert le feu avec une arme volée. Peu de temps après, Tupac a été accusé d’agression sexuelle, une charge que certaines sources attribuent à une machination. Suite à une autre tentative d’assassinat à Times Square Hall, la police a refusé de prendre en compte les preuves vidéo, minimisant l’incident.

C’est dans ce contexte tendu que s’est développée la rivalité entre Tupac et Notorious B.I.G.23, alimentant la célèbre guerre entre les rappeurs de la côte Est et de la côte Ouest. Cette opposition semble s’inscrire dans une stratégie de division, rappelant les tactiques utilisées par le passé pour affaiblir les mouvements militants.

La carrière de Tupac Shakur a été marquée par de nombreuses controverses, y compris des allégations d’infiltration du label Death Row Records24 par le FBI. Ces suspicions ajoutent à la complexité de son histoire et de son héritage.

L’assassinat de Tupac reste enveloppé de mystère, soulevant des questions sur le rôle éventuel du FBI. Après une série d’incidents violents et de campagnes de diffamation, certains se demandent si les autorités ont pu jouer un rôle dans son destin tragique.

Indépendamment des circonstances de sa mort, l’impact de Tupac sur la lutte pour l’émancipation des Afro-Américains est indéniable. Sa voix résonnait puissamment auprès de la jeunesse noire, en particulier dans les quartiers défavorisés. La façon dont le FBI, à travers des programmes comme le COINTELPRO, a cherché à affaiblir les mouvements de libération noirs trouve un écho dans les défis auxquels Tupac a été confronté.

Tupac Amaru Shakur est devenu un symbole de résistance et de détermination. Son message reste pertinent, en particulier dans un contexte où les questions raciales sont de plus en plus présentes. À travers sa musique et son activisme, Tupac a offert espoir et inspiration à une génération, payant souvent le prix fort pour sa franchise. Son héritage continue d’inspirer les artistes engagés et les militants pour la justice sociale.

Pour approfondir le sujet :

  • The FBI War on Tupac Shakur and Black Leaders de John Potash

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Notes et références :

  1. Droits civiques : Mouvement pour l’égalité des droits et la protection contre la discrimination, souvent associé à la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis dans les années 1950-1960. Ce mouvement a cherché à garantir aux citoyens afro-américains les mêmes droits légaux que ceux des citoyens blancs, notamment en matière de vote, d’éducation, d’emploi et d’accès aux services publics. Les droits civiques incluent également la lutte pour les droits des femmes, des personnes handicapées et d’autres groupes marginalisés. ↩︎
  2. Tupac Shakur (1971-1996) : Rappeur, acteur et activiste américain, figure emblématique du hip-hop dans les années 1990. Connu pour ses textes poignants sur la vie dans les ghettos, la violence et l’injustice sociale, Tupac a été une voix influente pour les communautés afro-américaines. Il est également célèbre pour sa vie tumultueuse, marquée par des démêlés avec la loi et des conflits dans l’industrie du rap. Tupac est décédé tragiquement à l’âge de 25 ans, laissant derrière lui un héritage culturel et social profond. ↩︎
  3. Assata Shakur (née en 1947) : Militante politique afro-américaine et membre du Black Panther Party. Elle est connue pour son engagement dans la lutte contre l’oppression raciale et pour ses idées révolutionnaires. Assata Shakur a été impliquée dans plusieurs affaires judiciaires controversées et a été condamnée pour le meurtre d’un policier, une condamnation qu’elle a toujours contestée. Elle s’est échappée de prison en 1979 et a obtenu l’asile politique à Cuba. Sa vie et son activisme continuent d’être une source d’inspiration et de débat. ↩︎
  4. FBI (Federal Bureau of Investigation) : Agence gouvernementale américaine de renseignement et d’application de la loi. Fondé en 1908, le FBI est impliqué dans la lutte contre le crime et le terrorisme, et a joué un rôle majeur dans l’histoire judiciaire des États-Unis. Il est également connu pour son rôle dans la surveillance des mouvements politiques et sociaux, notamment pendant l’ère de COINTELPRO, où il ciblait les mouvements de droits civiques et les groupes révolutionnaires. ↩︎
  5. UNIA (Universal Negro Improvement Association and African Communities League) : Fondée en 1914 par Marcus Garvey, l’UNIA est une organisation noire nationaliste qui vise à promouvoir l’unité et le progrès des Africains et de la diaspora africaine. Elle est célèbre pour son influence dans le mouvement de la fierté noire et pour son plaidoyer en faveur de la libération économique, sociale et politique des Noirs. L’UNIA a également joué un rôle majeur dans la promotion du panafricanisme et de l’émancipation des peuples africains et afro-descendants. ↩︎
  6. Black Panther Party (BPP) : Organisation politique afro-américaine fondée en 1966 par Huey Newton et Bobby Seale à Oakland, Californie. Le BPP a joué un rôle central dans le mouvement des droits civiques, se concentrant sur l’autodéfense contre la brutalité policière et la lutte pour la justice raciale. Il a également mis en place des programmes sociaux communautaires, y compris des cliniques de santé et des programmes de petit-déjeuner pour enfants. Le BPP était connu pour son approche militante et son symbolisme révolutionnaire, devenant un emblème du pouvoir noir. ↩︎
  7. Zayd Shakur (né James F. Costan) : Membre du Black Panther Party et associé d’Assata Shakur. Impliqué dans une fusillade notoire en 1973 sur l’autoroute du New Jersey, où il a été tué, ainsi qu’un policier. Cette fusillade a également mené à l’arrestation et à la condamnation controversée d’Assata Shakur. Zayd est souvent cité dans le contexte des tensions entre les membres du Black Panther Party et les forces de l’ordre. ↩︎
  8. Black Liberation Army (BLA) : Organisation paramilitaire afro-américaine formée dans les années 1970, issue du mouvement Black Panther Party. Le BLA prônait la libération des Noirs américains par tous les moyens nécessaires, y compris la violence armée. Il est connu pour sa lutte contre la discrimination raciale et son opposition au gouvernement des États-Unis, qu’il percevait comme oppressif. Le BLA a été impliqué dans plusieurs conflits armés avec les forces de l’ordre, ainsi que dans des actes de guérilla urbaine. ↩︎
  9. Afeni Shakur (1947-2016) : Membre active du Black Panther Party et mère du rappeur Tupac Shakur. Afeni Shakur est reconnue pour son militantisme dans les années 1960 et 1970. Elle a été arrêtée en 1969 dans le cadre des « Panther 21 », un groupe de membres du Black Panther Party accusés de conspiration contre le gouvernement américain, mais a été acquittée en 1971. Sa vie et son travail ont eu une influence significative sur les idées et la musique de son fils Tupac. ↩︎
  10. Lumumba Shakur (1943-1983) : Connu aussi sous le nom d’Anthony Coston, Lumumba Shakur était un membre influent du Black Panther Party et mari d’Afeni Shakur. Il a joué un rôle clé dans les mouvements pour les droits civiques et la libération noire aux États-Unis. Lumumba est également reconnu pour son militantisme actif et son engagement dans la lutte contre la discrimination raciale et la brutalité policière. ↩︎
  11. Gene Roberts (né en 1932) : Membre de la police de New York et informateur infiltré pour le FBI. Roberts est surtout connu pour avoir infiltré le Black Panther Party à New York dans les années 1960 et 1970, dans le cadre du programme COINTELPRO. Son rôle en tant qu’informateur a été controversé, en particulier après la révélation de son implication dans des activités du parti et sa présence lors de moments clés, notamment l’arrestation des membres des « Panther 21 ». ↩︎
  12. COINTELPRO (Counter Intelligence Program) : Programme secret du FBI mené de 1956 à 1971, visant à surveiller, infiltrer, discréditer et déstabiliser des organisations politiques américaines. Initialement créé pour surveiller les activités communistes, COINTELPRO s’est rapidement étendu pour cibler des groupes de droits civiques, notamment le Black Panther Party, des militants des droits des femmes et des pacifistes. Le programme est célèbre pour ses méthodes controversées, y compris l’espionnage illégal, la désinformation et l’utilisation d’informateurs infiltrés. ↩︎
  13. Huey Newton (1942-1989) : Co-fondateur du Black Panther Party en 1966 avec Bobby Seale. Newton est une figure emblématique du mouvement des droits civiques, connu pour son approche militante de l’autodéfense contre la brutalité policière. Il a joué un rôle majeur dans l’élaboration de la plateforme et du programme du parti, y compris l’organisation de programmes communautaires. Sa vie a été marquée par des confrontations avec la loi et son influence s’étend bien au-delà de son époque. ↩︎
  14. Tupac Amaru Shakur (1971-1996) : Rappeur, acteur et activiste américain, largement reconnu pour son influence dans le hip-hop. Ses textes abordaient fréquemment des thèmes tels que la vie dans les ghettos, la violence, et l’injustice sociale, reflétant les réalités des communautés afro-américaines. Tupac était également connu pour son style vocal unique et son engagement envers les mouvements sociaux. Sa vie a été marquée par des controverses et il est décédé tragiquement à l’âge de 25 ans, laissant derrière lui un héritage culturel important. ↩︎
  15. Tupac Amaru (1545-1572) : Leader indigène péruvien et figure emblématique de la résistance contre les conquistadors espagnols au XVIe siècle. Il est surtout connu pour avoir mené la plus grande révolte contre la domination espagnole en Amérique du Sud. Capturé et exécuté par les Espagnols, Tupac Amaru est devenu un symbole de résistance et de lutte pour la justice et l’égalité. Son héritage a inspiré de nombreuses générations, y compris le rappeur Tupac Amaru Shakur, qui a été nommé en son honneur. ↩︎
  16. Geronimo Pratt (1947-2011) : Membre clé du Black Panther Party et militant des droits civiques. Pratt a été faussement accusé et condamné pour meurtre en 1972, passant 27 ans en prison avant que sa condamnation soit annulée en 1997. Il a joué un rôle important dans le développement des programmes sociaux du parti et a été un fervent défenseur de la justice et de l’égalité. Sa situation juridique est devenue un cas emblématique de l’injustice raciale aux États-Unis. ↩︎
  17. Mutulu Shakur (1950-2023) : Beau-père de Tupac Shakur et figure importante du Black Liberation Army et du mouvement Republic of New Afrika. Mutulu Shakur a été impliqué dans diverses activités criminelles, dont des braquages, qu’il prétendait être destinés à financer des activités révolutionnaires. Il a été condamné pour sa participation à un braquage de fourgon blindé en 1981, qui a entraîné la mort de deux policiers et d’un garde de sécurité. Il reste une figure significative dans les discussions sur l’activisme politique et le système judiciaire américain. ↩︎
  18. Sundiata Acoli (né en 1937) : Né Clark Edward Squire, Sundiata Acoli est un militant afro-américain et membre du Black Liberation Army. Il est connu pour sa condamnation à la suite de la fusillade sur l’autoroute du New Jersey en 1973, au cours de laquelle un policier et Zayd Shakur ont été tués. Acoli a été arrêté avec Assata Shakur et a été condamné à la prison à perpétuité. Il est devenu une figure emblématique pour de nombreux militants des droits civiques et des mouvements pour la justice sociale. ↩︎
  19. Panthers 21 : Groupe de 21 membres du Black Panther Party arrêtés à New York en 1969, accusés de complot visant à commettre des actes de terrorisme. L’affaire a attiré l’attention nationale en raison de ses implications sur la liberté d’expression et la surveillance gouvernementale. Après un procès long et très médiatisé, tous les accusés ont été acquittés en 1971. L’affaire « Panthers 21 » est souvent citée comme un exemple de répression politique et de résistance judiciaire dans le contexte des mouvements de droits civiques. ↩︎
  20. New Afrikan People’s Organisation (NAPO) : Fondée en 1984, cette organisation se consacre à la promotion de l’autodétermination des Afro-Américains, ou New Afrikans, comme ils se désignent. La NAPO s’engage pour l’égalité sociale, économique et politique, et soutient le développement d’une identité culturelle distincte pour les Afro-Américains. Elle s’inspire des principes du panafricanisme et travaille à l’établissement de liens avec d’autres mouvements de libération afro-américains et africains. ↩︎
  21. Republic of New Afrika (RNA) : Organisation politique fondée en 1968, visant à établir une nation souveraine pour les Afro-Américains dans le sud-est des États-Unis. Elle prônait la création d’un État indépendant composé de plusieurs États américains, avec l’intention de promouvoir l’autodétermination, la justice économique et sociale pour les Noirs américains. Le RNA a également été impliqué dans diverses activités militantes et a été surveillé par les autorités fédérales américaines. ↩︎
  22. Bloods et Crips : Deux des gangs de rue les plus notoires aux États-Unis, originaires de Los Angeles, Californie. Les Bloods et les Crips sont souvent reconnus pour leur rivalité violente, qui a débuté dans les années 1970. Ces gangs se distinguent par leurs couleurs caractéristiques – rouge pour les Bloods et bleu pour les Crips. Leur histoire est marquée par le trafic de drogues, les guerres de territoire, et une influence culturelle profonde, notamment dans la musique hip-hop et la culture urbaine. ↩︎
  23. Notorious B.I.G. (Christopher Wallace, 1972-1997) : Rappeur américain célèbre, souvent considéré comme l’un des plus grands et des plus influents artistes hip-hop de tous les temps. Originaire de Brooklyn, New York, Notorious B.I.G. est reconnu pour son style narratif distinctif, sa technique vocale profonde et son flow fluide. Sa carrière a été marquée par un succès commercial considérable, mais aussi par une implication dans la rivalité entre la côte Est et la côte Ouest du hip-hop américain. Son assassinat en 1997 est resté un sujet de spéculations et de controverses. ↩︎
  24. Death Row Records : Label de musique américain influent, fondé en 1991 par Dr. Dre, Suge Knight, The D.O.C., et Dick Griffey. Situé à Los Angeles, Death Row a joué un rôle majeur dans la popularisation du gangsta rap et du hip-hop de la côte Ouest. Il a lancé la carrière d’artistes emblématiques comme Dr. Dre, Snoop Dogg, et Tupac Shakur. Connu pour son succès commercial et son image controversée, Death Row a été impliqué dans diverses controverses, dont des conflits avec d’autres labels et artistes. ↩︎