Malkia - Le réveil du Ka

Tiyi, une des plus puissantes femmes de l’histoire

Histoire

Tiyi, une des plus puissantes femmes de l’histoire

Par Sandro CAPO CHICHI

Tiyi était l’épouse principale du pharaon Amenhotep III auprès duquel elle fut particulièrement influente. Après sa mort, elle régna seule sur l’Egypte ancienne, avant de laisser le pouvoir à son fils, le futur Akhénaton.

Origines et apparence de Tiyi

Tiyi naît vraisemblablement sous le règne de Thoutmosis IV ou à la fin du règne de son prédécesseur Amenhotep II. Elle est la fille de Youya et Touya. Ces derniers sont deux des plus importants dignitaires du règne de Thoutmosis IV. Ils sont basés à Akhmim en Haute-Egypte.
Tiyi

Momies de Yuya et de Thuya, père et mère de Tiyi

Des origines étrangères ont souvent été attribuées à Tiyi et à ses parents.  A cause de sa représentation supposée la plus célèbre en bois d’if brun, on a aussi vu en elle une Nubio-Soudanaise.
Tiyi

Portrait sculpté de Tiyi, Neues Museum, Berlin

Les noms de Tiyi, par leurs nombreuses variations à l’écrit et leur structure ont aussi contribue à leur attribuer une origine étrangère. Le faciès de Youya a également été utilisé pour lui attribuer une origine moyen-orientale. Cette hypothèse avait jusqu’à récemment été déconsidérée en faveur d’une origine  locale du couple et de ses enfants.

Le patrimoine génétique

Une étude génétique récente de Gad et al. (2020) a toutefois montré que les haplogroupes patrilinéaires et matrilinéaires de Youya étaient respectivement G2a et K. G2a est considéré comme étant d’origine proche-orientale et se retrouve principalement chez des populations du Moyen Orient, du Caucase et du bassin méditerranéen. K, qui est aussi l’ haplogroupe matrilinéaire de Touya et de Tiyi, est considéré comme étant d’origine proche-orientale.
Tiyi

Momie de Tiyi

La présence d’un haplogroupe ne dit toutefois pas tout du patrimoine génétique d’une personne. A la manière d’un nom de famille, il ne renseigne que sur les personnes avec qui l’on partage un lointain ancêtre. Il est par exemple envisageable que les ancêtres de Touya et Youya originaires d’Asie soient arrivés depuis très longtemps sur le territoire de l’Egypte et s’y soient depuis mêlés avec des populations ‘originaires du cru’.
Seule une étude portant sur l’ADN autosomal de Tiyi et de ses parents ne pourra nous éclairer de manière définitive à ce propos a fortiori puisque puisque les haplogroupes révélés dans l’étude de Gad et al. ne l’ont été qu’à partir de prédictions basées sur des STR et non sur des données définitives que fourniraient des SNP.

Lire aussi: L’ADN des Egyptiens anciens ‘typiquement eurasien’ et ‘très peu subsaharien’, selon une étude récente

Mariage avec Amenhotep III

C’est probablement lorsqu’ils sont âgés d’une petite dizaine d’années que Tiyi épouse Amenhotep III qui monte sur le trône d’Egypte.  Selon l’égyptologue Cyril Aldred, le mariage aurait été motivé par le lien de parenté des jeunes mariés. Il postula que Youya était en fait le frère de Moutemouia, la mère d’Amenhotep III.
L’étude de Gad et al. mentionnée plus haut suggère toutefois que la mère d’Amenhotep III n’avait pas la même mère que celle de Youya, l’haplogroupe matrilinéaire d’Amenhotep III étant en effet G2a et non K comme celui de Youya.
On ne sait que peu de choses de la cérémonie de mariage entre Amenhotep III et Tiyi. Toutefois, la redécouverte de près de soixante scarabées envoyés à travers le royaume d’Egypte et présentant les deux membres du couple royal attestent en tous cas de l’importance de l’événement et de la mariée.
tiyi

Statue monumentale d’Amenhotep III et de Tiyi. La taille identique de la reine et du roi, une rareté dans l’histoire de l’Egypte, marque sans doute un degré d’égalité de rang politique sans précédent.

Sa progéniture

Le couple aura au moins six enfants. Deux garçons, Thoutmosis et Amenhotep et quatre filles, Satamon, Isis, Henouttaneb, Nebetah et Amenhotep. Thoutmosis fut vraisemblablement le premier et devait succéder à son père. Il mourut toutefois avant ses vingt ans et c’est le dernier de la fratrie, Amenhotep IV, qui succèdera finalement à son père. Avant la naissance de ce dernier toutefois, il semble que ce soit Satamon qui eût été promue héritière d’Amenhotep III.
tiyi

Détail du fauteuil de Satamon

Amenhotep épousera aussi, probablement symboliquement, Satamon et Isis qui porteront, comme leur mère, le titre de Grande Epouse Royale. Plusieurs explications ont été proposées à ces mariages.
Arielle Kozloff a par exemple proposé qu’une peste bubonique ayant pris la vie de nombreuses personnes dans l’entourage ait contraint le souverain à épouser sa fille pour pallier au manque possible d’héritiers. Ce mariage incestueux pourrait avoir été symbolique et en rapport avec la déification de son père de son vivant, ou par sa santé faiblissant.
Titres et responsabilités
Comme on l’a dit, Tiyi était la Grande Epouse Royale d’Amenophis III. Parmi les épouses royales l’ayant précédée, elle est de loin la plus titrée.  On a retrouvé un impressionnant nombre d’objets au nom de Tiyi sur le territoire de l’empire égyptien, du Soudan au sud à la Grèce au nord-ouest et à la Syrie au nord-est. Il semble témoigner d’une véritable légion de personnes à son service.
Tiyi

Buste de Tiyi anciennement au Musée National du Caire. C’est grâce aux traits du visage de celui-ci et au nom de Tiyi qui y est inscrit que l’on a pu identifier d’autres portraits de Tiyi, dont celui, plus célèbre, de Berlin

Les plus célèbres étaient Kherouef, son intendant manifestement tombé en disgrâce sous le règne d’Amenhotep IV/Akhénaton et Houya qui fut lui aussi en tant qu’intendant, particulièrement actif à Akhetaton, la capitale d’Amenhotep IV/ Akhenaton.
Les titres de Tiyi font état de son pouvoir et importance politique et religieuse. Elle est de son vivant déifiée sous la forme de l’Oeil de Ré annonçant le retour de la crue et de l’astre solaire. Un temple lui est consacré par son mari sur le site de Sedeinga, dans l’actuel Soudan. Ce temple fonctionnera en miroir de celui de Soleb, dédié à la déification d’Amenhotep III sous une forme de l’astre solaire.

Les domaines possédés par Tiyi

Si le couple royal vivait le plus souvent dans son palais de Malqatta près de Thèbes, Tiyi possédait aussi des domaines lui garantissant des revenus. On en trouve notamment dans l’enceinte du domaine d’Amon-Re à Thèbes,  à Akhetaton, la ville construite sous le règne de son fils Amenhotep IV/Akhenaton. Près d’Akhmim, sa ville d’origine, un domaine comprenant lac de 7000 m2 lui est construit par son mari.
Ce domaine, appelé tA Hw.t Tyy ‘Château de Tiyi’ a été suggéré comme l’étymologie de la ville égyptienne actuelle de Tahta. De par ses titre et rôle d’Epouse du Dieu, Tiyi hérite aussi du domaine de toutes les Epouses du Dieu hérité par celles-ci depuis Ahmès Nefertari, épouse et soeur du fondateur de la 18ème dynastie, Ahmosis.

A la mort de son mari

Représentation de Tiyi (à gauche) et d’Amenhotep III issue de la tombe d’Anen

A la mort de son mari, et peut-être avant à cause de la faible condition physique de son mari, Tiyi occupe la fonction de souveraine régente. Cette importance durant et après le règne d’Amenhotep III, est illustrée par la correspondance que lui envoie  Tushratta, roi de Mitanni:

« Tu es celle qui sait que j’ai toujours eu de l’amitié pour Mimmureya (Nb Maat Re, autre nom d’Amenhotep III, NDLR), ton mari [….] eut toujours de l’amitié pour moi.

Et ce que j’écrivais et disais à Mimmureya, ton mari, et les choses que Mimmureya, ton mari, d’autre part, m’écrivait sans cesse et me disait, toi, Keliya, et Mane les connaissez. Mais tu es celle, d’autre part, qui connaît bien mieux que tous les choses que nous nous sommes dites l’un à l’autre. Personne d’autre ne les connaît ».

Sous le règne d’Amenhotep IV / Akhénaton

Durant le règne de son fils, Tiyi possède un domaine dans la nouvelle capitale d’Akhetaton. Vers l’an XII de son règne, Akhenaton lui fait construire un Chout-Rê, un temple dont le domaine lui garantit une outre source de revenus. L’influence de Tiyi est à nouveau montrée par une lettre de Tushratta destinée à Amenhotep IV / Akhenaton. Le roi mitannien demande au pharaon d’interroger sa mère afin de lui faire obtrenir sa requête.

Mort et héritage

Tiyi disparaît peu de temps ou durant la quatorzième année de règne d’Akhénaton. Si on l’a un temps identifiée à une épouse d’Amenhotep III morte de la peste mentionnée dans la correspondance diplomatique entre un roi de Mitanni et Akhénaton, l’examen de la momie de Tiyi montre qu’elle n’est pas morte de la peste ou d’une autre maladie; qu’elle l’a plus probablement été de mort naturelle.

Tiyi meurt vers l’âge de 55 ans. Son corps, vraisemblablement d’abord enterré à Akhetaton est ensuite transporté à Thèbes après la fin du culte d’Aton.  Le culte de Tiyi, apparu de son vivant, lui survivra dans le Chout-Ré, à Thèbes, et peut-être dans le domaine privé. C’est dans ce contexte qu’apparaît probablement une mèche des cheveux de Tiyi soigneusement renfermée dans un sarcophage miniature de la tombe de Toutankhamon, son petit-fils.

Outre son culte par ses contemporains de l’Egypte pharaonique, c’est l’image, vieille de plus de 3000 ans, d’une femme forte, déterminée et d’importance comparable à celle de son époux, qui ressort de ses portraits et des textes. Une femme plus titrée que les autres avant elle et dont l’avènement constituera un tournant dans le rôle des femmes de pouvoir dans la civilisation de l’Egypte pharaonique, jusqu’au règne de Cléopâtre VII et plus généralement dans l’humanité toute entière.

tiyi

Tiyi et Amenhotep III souffrant par Sandro CAPO CHICHI

 

Références

Arnault Duhard / La reine Tiyi de la XVIIIeme dynastie : catalogue des documents-commentaires et étude critique

Arielle Kozloff /Amenhotep III: Egypt’s Radiant Pharaoh

Yehia Z. Gad / Maternal and paternal lineages in King Tutankhamun’s family

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Nefertiti

 

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !