CULTURE

Mary Kenner une inventrice noire de génie !

Nofi vous propose de découvrir Mary Kenner, une inventrice afro-américaine très connue, notamment pour son développement de la ceinture sanitaire.

Mary Kenner une inventrice noire de génie !

Mary Beatrice Davidson Kenner est l’inventrice de nombreux produits que nous utilisons quotidiennement. Notons également que c’est elle qui détient le plus grand nombre de brevets toutes femmes afro-américaines confondues. Mary Kenner est née le 17 mai 1912 à Monroe, en Caroline du Nord. Son père était l’inventeur Sidney Nathaniel Davidson, et sa mère est inconnue des archives publiques ; elle a un frère et une soeur, Mildred Davidson Austin Smith.

Une famille d’inventeurs

Mary a breveté de nombreuses inventions à la quarantaine, mais elle a commencé à créer dès l’âge de six ans lorsqu’elle a tenté d’inventer une charnière de porte à auto-huilage. Une invention qui est restée dans sa famille. Les inventions les plus remarquables de son grand-père maternel Robert Phromeberger sont un signal lumineux tricolore pour les trains et un brancard à roues pour les ambulances. En 1914, son père quant à lui a breveté un pressoir à vêtements pouvant tenir dans une valise. En 1980, sa sœur mis au point « Family Treedition« , un jeu de société familial.

Enfant, Mary Kenner a eu de nombreuses idées, notamment celle d’un toit convertible qui se glissait sur le siège rabattable de la voiture, un bout d’éponge au bout d’un parapluie qui absorbait l’eau de pluie, et un cendrier portable qui s’attachait à un paquet de cigarettes. Lorsque sa famille a déménagé à Washington D.C. en 1924, elle a parcouru les couloirs de l’Office américain des brevets et des marques pour se familiariser avec le bâtiment et le processus de délivrance des brevets.

En 1931, Kenner obtient son diplôme du lycée de Dunbar et commence à fréquenter l’université d’Howard, mais abandonne au bout d’un an et demi pour des raisons financières. Elle a ensuite occupé de nombreux petits boulots et, en 1941, elle est devenue employée fédérale, où elle est restée jusqu’à la fin de la décennie. En 1950, elle est devenue fleuriste professionnelle et a tenu son magasin de fleurs jusque dans les années 1970, tout en inventant des choses pendant son temps libre.

La ceinture sanitaire

Les inventions de Mary Kenner

Le premier brevet de Kenner a été déposé en 1957 pour la ceinture sanitaire. Bien qu’elle ait initialement inventé la ceinture sanitaire dans les années 1920, elle n’avait pas les moyens d’acheter un brevet. Au fil du temps, elle a amélioré sa version précédente et d’autres versions qui ont été brevetées avant la sienne. La ceinture sanitaire visait à empêcher les fuites de sang menstruel sur les vêtements, ce qui était un problème courant pour les femmes à l’époque. La société Sonn-Nap-Pack a eu vent de cette invention en 1957 et l’a contactée dans l’intention de la commercialiser, mais lorsqu’elle a découvert qu’elle était noire, elle a refusé. Les tampons sans ceinture ont été inventés dans les années 1970 et, à mesure que les tampons devenaient plus populaires, les femmes ont cessé d’utiliser les ceintures sanitaires.

En 1976, Kenner a breveté une fixation pour un déambulateur ou un fauteuil roulant qui comprenait un plateau à surface dure et une pochette souple pour le transport d’objets. Elle et sa sœur ont inventé un porte-papier de toilette qu’elles ont breveté en 1982. Son dernier brevet, accordé le 29 septembre 1987, concernait une rondelle dorsale et un masseur montés.

Porte-papier toilette

Mary Davison Kenner a épousé James « Jabbo » Kenner en 1951. Il est décédé en 1983. Ils étaient parents d’accueil et ont adopté Woodrow, l’un de leurs cinq enfants. Mary Beatrice Davidson Kenner est décédée le 13 janvier 2006 à Washington D.C. à l’âge de 93 ans.

Kenner n’a pas reçu de prix ou de reconnaissance officielle pour son travail. Toutefois, ses inventions et ses contributions ont contribué à ouvrir la voie à des innovations ultérieures. Kenner détient toujours le record (cinq) du plus grand nombre de brevets accordés à une femme noire par le gouvernement américain.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 658