Trilogie Kemi Seba

Errol Barrow, père de l’indépendance de la Barbade

Culture

Errol Barrow, père de l’indépendance de la Barbade

Par Atouma NKeussi

Soustraite à l’Angleterre depuis le 30 novembre 1966, bien que toujours membre du Commonwealth, la Barbade doit sa souveraineté à Errol Barrow, proclamé père de l’indépendance.

Errol Barrow ( –) était un homme politique barbadien. Membre du Parti Travailliste Démocrate, il fut chef du gouvernement avant l’indépendance de la Barbade de 1961 à 1976, puis Premier ministre de 1986 à 1987. Il est considéré comme le père de l’indépendance de la Barbade.

Né d’un père pasteur et d’une mère au foyer, Errol fait ses études à la Barbade puis rejoint la royal Air Force en novembre 1940. Après la guerre, il suit des études d’économie à la London School of Economics et poursuit avec une formation d’avocat à Lincoln’s Inn en Angleterre. En 1951, il retourne dans son pays et intègre le Parti Travailliste de la Barbade. Il est ensuite élu député. En 1955, avec 29 autres membres de son premier parti, il fonde le Parti Travailliste Démocratique, ce qui lui vaut de perdre son siège lors des élections générales de 1956. Toutefois, il le récupérera en 1958. La même année, il s’impose comme le leader du parti qu’il mène à la victoire lors des élections générales de 1961. Il devient alors le troisième chef du gouvernement.

Errol Barrow et son épouse

Le gouvernement Barrow accélère le développement industriel et le tourisme afin de réduire la dépendance économique à l’industrie sucrière. Il introduit également un système de Sécurité sociale et développe l’éducation gratuite pour tous. En 1965, après l’échec de la fédération des Indes occidentales, il participe avec d’autres leaders de la Caraïbe à la mise en place de la Carribean Free Trade Association et le  il obtient l’indépendance de la Barbade. Le DLP remporte ainsi les élections générales de 1966 et de 1971.

En 1983, il s’élève contre l’invasion de la Grenade par les États-Unis au nom de la souveraineté de la Caraïbe. En mai 1986, après dix ans dans l’opposition, Barrow revient au pouvoir en tant que premier ministre car le DLP obtient 24 des 27 sièges de l’Assemblée. Il veut rattraper le temps qu’il considère comme gaspillé par ses prédécesseurs Tom Adams et Harold Bernard St. John. Il s’oppose aussi fortement au président Ronald Reagan qu’il considère comme un «cow-boy à la Maison-Blanche » ou encore comme un « zombie » très dangereux. Un an après ce retour, Barrow succombe à une attaque cardiaque à son domicile, le .

Billet de 50 dollars barbaries

Déclaré héros national, les barbadiens l’honorent en tant que « père de l’indépendance » en déclarant son jour d’anniversaire, le 21 janvier, comme fête nationale. Son visage est imprimé sur les billets de 50 dollars barbadiens. Errol Barrow est de la trempe d’un Marcus Garvey, à son niveau national. Il s’est battu pour donner une image forte et positive de son pays. Toutefois, la Barbade subit actuellement une récession économique: une croissance négative, une coupe dans les budgets ces dernières années, un taux de chômage élevé dans les secteurs publics et privés ainsi que la vindicte des syndicats qui accusent le gouvernement de ne pas respecter les droits des travailleurs. La Barbade n’échappe pas non plus à la crise économique mondiale, elle subit les impacts négatifs des instituions financières internationales et les attaques récurrentes et injustifiées des services financiers internationaux accompagnées de l’imposition d’énormes conditionnalités. Ceci sert de prétexte au gouvernement qui s’en prend aux plus démunis, en imposant de nouvelles taxes que la population ne parvient pas à payer.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme son chef d’Etat