NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

Marthe-Rose Toto, une femme derrière la révolte guadeloupéenne (1802)

Culture

Marthe-Rose Toto, une femme derrière la révolte guadeloupéenne (1802)

Par Sandro CAPO CHICHI

Marthe-Rose, dite ‘Toto’, était la compagne de Louis Delgrès, la figure majeure de la révolte guadeloupéenne de 1802.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Dans un précédent article, j’ai évoqué la présence féminine au coeur de la révolte guadeloupéenne de 1802 menée par Louis Delgrès.

Dans celui-ci, il était montré comment les femmes, pour être actives dans la révolte, avaient utilisé le peu d’espace social qui leur était accordé pour contribuer de manière significative à la révolte.

Un cas encore plus révélateur est celui de Marthe-Rose, dite ‘Toto’. Celle-ci, née dans l’île de Sainte Lucie, était devenue la maîtresse de Delgrès.

Après cette révolte, où les femmes ont été décrites comme ‘encore plus enthousiastes à l’idée de mourir que les hommes’ et  dont Toto avait expérimenté toutes les facettes, elle se cassa la jambe lors de l’évacuation du fort.

Elle vécut donc sa condamnation à mort sur une civière. Pendant celle-ci,  elle se vit accuser d’avoir d’avoir incité Delgrès à la résistance et les soldats esclaves à tuer des prisonniers blancs dans le fort.

Après le verdict la condamnant à la pendaison, elle déclara : « Après avoir tué leur roi et quitté leur pays, ces hommes sont venus dans le nôtre pour jeter le trouble et la confusion. Dieu les jugera. »

Bien que celles-ci eurent pu n’être que calomnieuses ‘après ces accusations, il semble plutôt que Toto, comme les autres femmes résistantes de l’époque, ait utilisé l’espace social dans lequel elle était confinée pour contribuer à sa manière à la révolte.

Pour Toto, ce rôle aurait été des plus significatifs. En effet, elle aurait influencé le leader de la révolte, un rôle réservé aux hommes.

En d’autres termes, Toto aurait été une tête pensante de l’appel de Delgrès.

Mais sa prise de position aurait été restreinte par les contraintes sociales, les mêmes qui dictent le proverbe ‘Derrière chaque grand homme, il y a une femme’.

Référence
Bernard Moitt / Slave Resistance in Guadeloupe and Martinique

Photo : Eugénie L.J. interprétant Marthe-Rose dans 1802, l’épopée guadeloupéenne de Christian Lara