Pourquoi l’affiche du prochain Astérix crée la polémique

« Un film avec des esclaves en RTT » : voici la nouvelle phrase d’accroche du film Asterix et le domaine des dieux qui sort le 26 novembre en salle.

Tintin au Congo avait déjà caricaturé le noir dans les années 1940. Si vous pensiez que cette époque était révolue, vous vous trompiez. Dans les BD d’Hergé, le noir était dépeint comme un abruti au service du blanc intelligent. Babines roses et sur-développées, vêtements tribaux, prêt à donner sa vie pour la victoire du héro blanc. La BD marquait le fossé culturel, entre français et congolais, non pas par les rites et les coutumes, mais par les aptitudes intellectuelles et cérébrales.

Depuis quelques jours, l’affiche du prochain Asterix circule un peu partout sur la toile. De nombreux internautes se sont indignés devant la phrase d’accroche : « Un film avec des esclaves en RTT » placée au dessus d’un groupe de personnages avec un noir mis en avant.

ASTÉRIX

Le problème de cette accroche est multiple. En plus de désigner directement les personnages noirs du film par leur fonction d’esclave (comme étant la fonction principale dont on doit se rappeler), le créateur de l’affiche a eu la mauvaise idée et le mauvais gout de l’assimiler à la RTT, se moquant donc de façon explicite de la fonction d’esclave en l’assimilant insidieusement, avec le travail non accompli des noirs (Guerlain sort de ce corps ?). Oxymore qui pousse à rire ? Pas sûr, vu les réactions négatives des internautes sur Twitter :

Loin de vouloir nous placer en victime, il est important de comprendre l’enjeu et l’impact de telles affiches. Ici, les spectateurs visés sont des enfants. Des enfants à qui on montre qu’on peut banaliser le racisme sous couvert d’humour. Placer le noir dans une situation d’infériorité peut entrainer les plus jeunes à assimiler la couleur de peau noire à l’infériorité. Depuis quelque temps déjà, les films Samba ou Bande de filles ont réveillé le débat autour de la manière dont le cinéma français se sert des noirs pour les vendre comme des êtres en difficulté, pauvres ou « à problèmes ». Reste maintenant à savoir si l’intégralité du film prend le même chemin que cette affiche qui ne déroge pas au phénomène du dénigrement des noirs dans le cinéma français.

Et vous que pensez vous des cette affiche ? Raciste ou non ?
Naya
Naya
Fan de séries, de rock indé et des années 1990, elle pond des chroniques sur sa vie de femme noire en France et sur sa phobie des joggings Lacoste. Sur le net, vous la retrouverez plus facilement sous le nom de "La Ringarde", son identité secrète de super héroïne.

Articles récents

Articles similaires

4 Comments

  1. Je suis d’accord avec le fait que ce personnage Noir mis en avant sur cette affiche est problématique, surtout avec un tel slogan. Ça pourrait laisser penser que les Noirs était l’esclave typique à cette époque, ce qui est faux. Et que ça lui réussissait. Sans compter que le Noir a été, et là c’est vrai, l’esclave-type d’un esclavage colonial atroce pendant la colonisation des Amériques. Période à laquelle naissent la plupart des préjugés racistes qui perdurent aujourd’hui, et dont l’affiche participe (que cela soit intentionnel ou pas). L’esclavage colonial n’est en rien comparable à la situation de salarié sous contrat de travail volontaire, pouvant bénéficier de jour de repos payé. C’était une « civilisation » de plantation, où le Noir était esclave parce que Noir.

    La confusion et l’amalgame sont donc possibles dans les esprits, sur une représentation fallacieuse: le Noir esclave-type en Europe et Méditerranée en -50 avant Jésus-Christ. Et 1500 ans après, il est encore esclave-type aux Amériques!! 200 ans encore après, « on » a donc carte blanche à pérenniser les préjugés. Quoi de plus politiquement correct?

    Le tout, pour annoncer un film d’animation bien marrant. Un super divertissement annoncé. Ça en a tout l’air en tout cas.

  2. Mouais… D’un autre côté, c’est bel et bien ce personnage qui est le leader de ce groupe d’esclave dans la BD et, je suppose dans le film, donc pourquoi pas le mettre en avant.
    En plus il s’agit d’un Noir qui mène un groupe d’esclaves noirs et blancs. À majorité de Blancs, comme on le voit sur l’affiche, tout comme dans la BD (voir la page ici. On parle d’esclaves ibères, belges, goths, lusitaniens et numides. Donc seulement une nationalité “noire” sur cinq : http://www.google.ru/url?sa=i&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=0CAgQjRw4Kg&url=http%3A%2F%2Fwww.bulledair.com%2Findex.php%3Frubrique%3Dplanche%26album%3Dasterix17&ei=pSFdVMc3yuw7orOAyAI&psig=AFQjCNH-rlSvRPXlcCTOn4srptjdlQSElg&ust=1415476005108213 À note que les autres nationalités sont tout autant si pas plus caricaturées que les Numides ; les Allemands et les Belges en prennent largement pour leur grade).
    Par contre, c’est le leader numide (un Noir) qui mène l’ensemble des esclaves à leur émancipation : ils sont tous affranchis à la fin (grâce notamment à l’aide d’Asterix et surtout de la potion magique).
    Je pense qu’il était possible de comprendre cette affiche de manière positive. Il suffisait de connaitre l’histoire de la BD et de faire preuve d’un peu d’ouverture d’esprit et de culture générale.

    • Salut Jules. Le statut d’esclave ou d’affranchi (merci Astérix au passage)… cela nous va si bien… nous réussit. Affiche, slogan, film, bd, ou autre création. C’est simplement une occurence de plus de ces récits néo-historiques. Je ne trouve pas cela nécessairement positif. Pris isolément à la rigueur. À force, dans l’ensemble, c’est négatif. Je suis curieux de connaître un Noir dans Astérix qui ne soit ni esclave, ni affranchi ou pirate. Surtout pour un gars comme Astérix qui a voyagé dans de multiples contrées. C’est juste pour savoir… question de culture générale. Et s’ils existent dans la BD, existent-ils dans la mémoire et dans les représentations des lecteurs? Faut-il faire un google pour s’en rappeler? Pour moi ce qui est intéressant c’est vraiment l’imagerie, et les représentations. Et cela n’enlève en rien que ce film est amené à être un succès. Et que j’irai le voir.

      Si un seul de ces Noirs existe, je ferai une pizza au sanglier. Pour 3, je ferai un barbecue de sangliers. Pour plus, un vrai festin à la maison.

  3. Je pense, pour s’en rendre bien compte, que si une affiche représentait des hommes aux nez crochus, au regard inquiétant et parés de pyjamas rayé noirs et blancs, accommodés d’une étoile jaune, raillait l’holocauste en ces termes  » Après Terminator, Exterminator. » ou encore « Congés payés: tuons l’ennui en camping de concentration »…Eh bien nous constaterions une marée de boucliers, se lever et tous, à qui mieux mieux, crieraient au scandale. Mais là non. Ce ne sont que des noirs: rions!