CULTURE

AGOSTINHO NETO, PREMIER PRESIDENT ANGOLAIS

Le 10 septembre 1979, à Moscou, s’éteignait Agostinho Neto, médecin, poète et premier président de la République d’Angola.

Fils de pasteur, il naît le 17 septembre à Icolo e Bengo. Il poursuit d’abord des études de médecine  dans la capitale du Portugal coloniale. C’est d’ailleurs durant son exile étudiant qu’il développe une conscience militante et se sensibilise à la situation d’asservissement de son peuple. Là-bas, il rencontre d’autres expatriés comme lui et passe une grande partie de son temps à magnifier la culture angolaise et ses valeurs.  C’est l’avènement du Neto poète, qui écrit de véritables odes à son pays ; mais c’est également pendant ce séjour qu’il commence ses activités militantes en adhérant à différents partis.

neto3

 

Agostinho Neto rentre au pays après ses études, continuant sa lutte pour l’indépendance de l’Angola. Secrétaire générale du Mouvement Populaire de Libération de l’Angola (MPLA), il est incarcéré en 1960 à cause de ses idées qui vont contre le régime colonial alors en place. Il purge une partie de sa peine au Cap-Vert (également sous la coupe de l’empire portugais de Marcelo Caetano), et l’autre partie au Portugal. Il s’évade et s’exile au Maroc, d’où il continue de diriger le parti. C’est donc  en lointain spectateur que Neto assiste aux événements qui vont changer la destinée de la future république d’Angola et, par la même occasion, le porter au pouvoir.

En effet, en 1974, à Lisbonne, le régime de Marcelo Caetano est renversé par la révolution des œillets, déjà fragilisée par les attaques fréquentes des groupuscules autonomistes, et laisse le pouvoir à l’armée portugaise. Cette dernière décide de laisser les colonies accéder à leur indépendance et fixe celle de l’Angola au 11 novembre 1975. Des discussions s’engagent pour savoir lequel des groupes indépendantistes les plus influents prendra la tête du pays.

neto2

 

Neto défend le MPLA, qui gouverne pendant la  transition qui s’éternise. Les deux autres partis les plus populaires, le FNLA et l’UNITA sont également dans la course et très vite, la situation évolue vers une guerre civile. Le pays sera plongé dans le chaos jusqu’en 2002 et plus d’un million d’angolais perdront la vie durant le conflit.

Neto instaure une dictature en interdisant les autres partis et en nationalisant les médias en 1976. Le MPLA étant d’inspiration marxiste-léniniste, sa ligne suit très exactement celle du régime soviétique de l’époque, qui interdit bien sûr toute forme de liberté individuelle.

 

Une tentative de renversement est initiée en mai 1977,ce qui donnera lieu à une purge sanguinaire du parti, contre tout opposant potentiel, qui sera arrêté et torturé ou exécuté, soit des milliers de personnes.

En 1979, gravement malade, il est évacué dans la capitale de l’es URSS, Moscou, afin de subir une opération chirurgicale. A la suite de complications, il décède le 10 septembre 1979.

On retiendra de lui, au-delà de ses déboires politiques, qu’il fut un brillant poète et un militant fermement engagé contre le colonialisme.

SK est la rédactrice/ journaliste du secteur Politique, Société et Culture. Jeune femme vive, impétueuse et toujours bienveillante, elle vous apporte une vision sans filtre de l'actualité.

Articles : 687