Malkia - Le réveil du Ka

La déferlante du prêt-à-porter à l’africaine !

Lifestyle

La déferlante du prêt-à-porter à l’africaine !

Par Atouma NKeussi

La mode africaine a fait une montée phénoménale ces dernières années par delà les frontières. Démocratisée, elle séduit autant les amoureux de la mode lambdas que les grands couturiers qui n’hésitent pas à l’intégrer dans certaines de leurs collections. À la fois chic et décontractée, elle s’adapte au style contemporain tout en y ajoutant un supplément d’âme. De nombreuses « Fashion Week » ont lieu en son honneur sur le continent africain mais aussi à Paris, sans compter les incalculables « Afro Week » organisées dans la capitale pour faire découvrir ces merveilleux créateurs. Du streetwear, au casual, en passant par le luxe, voici quelques marques qui sauront vous ravir !

ECKELCTIKA – Les tenues de luxe traditionnelles à l’Africaine

Kénaba Diarra, jeune malienne ayant grandi à Paris, est à l’origine de la création de la marque Ecklectika en 2012. Son objectif: mettre à l’honneur le bazin lors d’événements importants comme le mariage. Le bazin est un tissu africain traditionnel en coton damassé brillant utilisé pour confectionner les boubous en Afrique de l’Ouest. Elle a souhaité répondre à une problématqiue relative aux coûts exhorbitants qu’engendrent de telles festivités en matière de prêt-à-porter traditionnel. Dans une culture où il est de coutume de changer de tenue plusieurs fois dans la soirée, Kénaba a fait preuve d’astuce en créant de magnifiques pièces disponibles à la location pour toutes les occasions. Bien que le bazin soit sa source d’inspiration, Kénaba s’enrichit de toutes les cultures qui se côtoient à Paris: l’Inde, le Moyen-Orient, l’Afrique centrale, l’Occident, des styles différents, du traditionnel saree aux robes fourreaux modernes. Toutes ces cultures se reflètent dans ses créations qui sauront vous rendre unique lors de célébrations importantes !

Kenaba Diarra, la créatrice d’Ecklectika – crédit photo ECK Officiel

Néanmoins, Kenaba et son équipe de couturiers ne se sont pas arrêtés là. Elle a également créé la marque de prêt-à-porter ECK: « Il y a moins d’un an suite à la polémique autour du wax, qui se trouve ne pas être un tissu africain mais européen, j’ai décidé de créer une marque de Prêt-à-porter autour du bogolan afin de mettre en lumière ce tissu peu connu. Ainsi, j’ai créé la marque ECK ». Une créatrice de talent qui sait répondre à toutes les attentes de nos contemporains.

Facebook Eckelctika

Facebook ECK

Crédit photo facebook ECK Officiel

Moon Look – Le portail des créateurs de talent

Boutique éphémère rue du Faubpurg ST-Honoré Paris 8ème/2017/ crédit photo Les Inrockuptibles

Moon Look est une plateforme qui collabore avec plusieurs créateurs africains. Créée par Nelly Wandji, une jeune camerounaise passionnée de mode et dénicheuse de marques africaines depuis plusieurs années, cette e-boutique propose un riche panel d’articles: vêtements, chaussures, sacs, bijoux fabriqués par une vingtaine de designers et créateurs du continent. Matières locales, entre Afrique natale et Europe d’adoption. Une « création contemporaine d’Afrique ».

 

« MoonLook est une plateforme 360°C sur la créativité africaine. Nous avons également développé un concept de boutique éphémère que nous avons appelé Escales africaines. » – Nelly Wandji, Fondatrice de MoonLook – Crédit photo wanacorp.fr

Nelly Wandji aurait inventé le premier concept-store hexagonal entièrement dédié au luxe et à la culture afro-descendants. Tout en s’inspirant de créations à la fois africaine et européenne, la jeune femme a su mettre en exergue ses talents grâce à son expérience du commerce international et du management de luxe. Au vu de la sélection de créateurs proposée sur la e-boutique, il ne fait aucun doute que Moonlook saura vous convaincre de son énorme potentiel.

Moonlook

Facebook Moonlook

Bogoloveparis ou l’amour de la terre-mère

Crédit photo Facebook Bogoloveparis

Vous trouverez dans les créations d’Hawa Diop toute la beauté du Sénégal à travers sa matière de prédilection: le bogolan. Élégantes à souhait, ces tenues et ces accessoires fabriqués à partir de cette matière sont travaillés avec délicatesse et les coupes sont très féminines.

La créatrice Hawa Diop – crédit photo Facebook Bogoloveparis

Ce que nous dit la créatrice au sujet de sa marque:

« J’ai créé la marque Bogolove  il y a bientôt deux ans. Pourquoi Bogolove ? Ce nom résonnait comme une évidence. C’est une véritable déclaration d’amour à la terre africaine. Ma terre, le Sénégal. La même qui a vu naître mes ancêtres, celle où je puise toutes mes inspirations artistiques et créatives et celle que fouleront un jour mes enfants pour apprendre un pan de leur propre histoire. Bogolove, c’est un cri d’amour et de gratitude envers cette terre nourricière, qui en parfaite intelligence, sait pourvoir à absolument tous nos besoins vitaux. Elle nous nourrit autant qu’elle nous vêtit. Vous ne le savez peut être pas mais « bogolan » signifie « décoré à la terre ». Des pigments organiques provenus du sol et des végétaux, aux motifs ornementaux traditionnellement dessinés à main levée, chaque étape de fabrication de cette étoffe si particulière est un hommage que l’homme rend à la nature. À travers Bogolove, je vous invite à vous ressourcer à ressentir et à partager dans votre cœur, la chaleur du soleil de l’Afrique qui m’accompagne chaque jour et qui anime toutes mes aspirations de designer. Notre intervention en tant qu’Homme est certes modeste, mais elle tend à sublimer ce que la Nature nous offre déjà. Et à l’image de cette Nature, le bogolan est très difficile à dompter. Il ne se laisse manipuler qu’avec l’amour et le respect que mes collaborateurs, des artisans locaux de talents au savoir-faire ancestral, savent lui apporter. Bogolove est le fruit d’une profonde réflexion. La marque s’inscrit dans une volonté d’économie circulaire et globale. Collaborer avec des artisans africains était pour moi bien plus qu’un choix. C’était primordiale. Valoriser leur savoir-faire à sa juste valeur est la seule façon de faire éclore tout le potentiel artistique et économique de ce continent, et ce de façon durable. Bogolove, c’est pour moi donner en retour et humblement à la Terre toute la noblesse et l’amour qu’elle m’a apporté en premier ».

Facebook Bogoloveparis

Retrouver également Bogoloveparis sur le site Afrikrea

 Maison Château-Rouge, l’alliage du sportswear et du wax

Crédit photo Maison château Rouge

Youssouf et Mamadou Fofana ont fondé la marque Maison Château Rouge en 2015. Très vite, le succès frappe à leur porte, les tops inspirés des maillots de joueurs de foot américains, les chemises oversize ou encore les charmantes jupes fabriquées à partir des tissus achetés chez les commerçant du quartier connaissent une notoriété florissante en ligne, si bien que la marque ouvre son store permanent à Château Rouge. Forte de son ascension, la marque possède plusieurs de ses pièces chez de grandes enseignes parisiennes et participe à de nombreux événements. À l’été 2016, ils ouvrent une boutique éphémère rue Myrha, qui est devenue permanente. Ils sont aujourd’hui présents dans 9 pays, notamment dans certains points de vente prestigieux comme le Bon Marché, et bientôt chez Monoprix qui accueillera une collection capsule de la marque au printemps 2018.

Youssouf et Mamadou Fofana – fondateurs de Maison Château Rouge – crédit photo Argot

« Le quartier de Château Rouge a une image très populaire. On a voulu confronter ce monde avec celui des grandes maisons de couture, d’où le nom de la marque, » se souvient Youssouf. Chaque pièce est dotée d’une étiquette blanche assez traditionnelle, rappelant leurs maisons consoeurs Kitsuné et Margiela, où sont inscrits la marque et son année de fondation. « Au début, notre slogan était : ‘Coutumes et traditions africaines établies à Paris depuis peu’ – car ça faisait nul de juste dire 2015. » Propos de Youssouf Fofana – MAISON CHÂTEAU ROUGE: 40, rue Myrha – 75018 Paris

Maison Château Rouge

Facebook Maison Château Rouge

Souliers Goya, la marque des dandys

Crédit photo – Nofi

Souliers Goya est une marque haut-de-gamme dédiée à l’univers de la chaussure de luxe. Dessinées et travaillées avec beaucoup de finesse, les inspirations sont africaines et s’allient parfaitement à des influences européennes, ce qui répondra aux attentes des dandys parisiens et des femmes élégantes de la capitale. Très chic, le côté afropolitain(e) saura en séduire plus d’un(e). Aux côtés de la marque Goya, une large gamme de chaussures et sneakers sont présentes dans la magnifique boutique parisienne telles que Santoni et Magnanni.

Rodrigue Vodounnou – crédit photo Rootsmagazine.fr

À l’origine de cette marque se trouve un jeune béninois de talent, Rodrigue Vodounnou, un entrepreneur qui a installée sa boutique en plein coeur de Paris, à deux pas de la Tour Eiffel. Goya est un établissement raffiné, chic et luxueux qui saura ravir les plus exigents d’entre nous en matière d’élégance.

Facebook Souliers Goya

Souliers Goya – 53, avenue de la Motte picquet – 75015 Paris 

B’LINGO, marque de fitness très féminine

© B’LINGO

Avis aux femmes modernes et sportives, B’Lingo a été créée pour vous satisfaire ! Les coupes sont réalisées à la main avec des matières de qualité importées tout droit du Brésil et de l’Italie. Fluides et confortables, ces tenues sportives sauront mettre en valeur la beauté et l’originalité de celles qui les porteront.

La créatrice, Irène Bwiti, est une jeune designer, née à Kinshasa en République Démocratique du Congo. Elle a pour projet de construire un atelier de production ultramoderne en Afrique dans le but d’y transférer la production des produits B’Lingo et en faire ainsi la première marque de sportwear Made in Africa.

Irène Bwiti, la créatrice de B’LINGO

Cette battante nous éclaire sur sa volonté de créer une marque de sportswear:

« Aujourd’hui la femme africaine prend soin d’elle. Elle sait également prendre le temps de travailler sur elle-même. La femme africaine prend de mieux en mieux conscience de sa place dans une société moderne… J’ai voulu capter cette énergie dans le vêtement de sport qui fait appel aux couleurs, aux formes, aux lignes épurées pour magnifier et offrir au monde entier une autre facette de cette Afrique qui gagne. B’Lingo, le nom de notre marque vient du mot « BOLINGO » qui signifie « Amour » en lingala, la langue la plus populaire de mon pays. B’Lingo est le fruit d’une réflexion et d’une ambition de plusieurs années ».

B’LINGO

Facebook B’LINGO

OWL Paris, l’Afrique c’est chic !

Attention les yeux, voici la marque OWL Paris de la talent-tueuse Julienne Biyah ! Une garde-robe ensoleillée à la fois casual et chic qui s’adapte à toutes les personnalités. Avec ces tenues ultra stylées, les hommes et les femmes charismatique sauront déambuler dans les rues avec classe et élégance.

Julienne Biyah, créatrice de la marque OWL Paris – crédit photo Jeune Afrique

À 33 ans, Julienne Biyah, la jeune camerounaise créatrice de la marque-boutique OWL Paris, a réussi le pari d’installer sa production dans le milieu de la mode, si bien que sa boutique est l’un des lieux incpntournables de l’émission Les reines du shopping sur MPassionnée de mode, Julienne est titulaire d’un master en Marketing de Mode obtenu à Paris. Elle commence sa carrière comme chef de produit et acheteuse pour la marque Tally Weilj, où elle a passé 10 ans. Cette expérience lui a permis de côtoyer toute la chaîne de valeur de l’industrie de la Mode, du stylisme à la vente en boutique, en passant par les achats et la production. Fort de cette expérience, elle s’est sentie prête à sauter le pas, et à réaliser son rêve de petite fille, créer sa propre marque, c’est ainsi que germe l’idée de OWL PARIS début 2013. Depuis, elle a fait l’acquisition de sa boutique vitrine située en plein cœur de Paris. (Propos recueillis sur le blog de Hapsatou Sy)

« Ce n’est pas donné de louer un espace ici, mais nous avions besoin d’un lieu spécial pour montrer nos produits, déclare-t-elle. Nous voulions sortir cette mode afro-chic contemporaine, qui est notre marque de fabrique, des endroits où l’on s’attend forcément à la trouver, la sortir des carcans habituels. » Comprenez en langage politiquement moins correct que la « mode afro » ne doit pas être cantonnée aux seules échoppes – ô combien précieuses pour nombre de femmes africaines – de Château-Rouge, le quartier africain de Paris. (Propos recueillis sur le site Jeune Afrique)

C’est chaleureusement que Julienne Biyah vous accueillera dans sa boutique parisienne située au 38, rue Caulaincourt – 75018 Paris

OWL Paris

Facebook OWL Paris

Les marques de prêt-à-porter ou d’accessoires d’origine africaines et afro-descendantes sont présentes en force depuis quelques années sur la scène mondiale. L’occasion de s’affirmer sur le plan vestimentaire et de soutenir notre économie !

 

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Négrophobie lucrative : quand les marques reviennent à l’exotisme d’antan

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !