Trilogie Kemi Seba

[INTERVIEW] Drôles De Dames : une affaire de cheveux.

Lifestyle

[INTERVIEW] Drôles De Dames : une affaire de cheveux.

Par Noella

Charlie a ses drôles de dames, mais vos cheveux aussi ! Nos trois Drôles de Dames, spécialistes capillaire liées par amitié à l’épreuve des balles, des peignes et des cheveux raplapla répondent à notre interview vérité.

– Petite présentation, en quelques mots qui sont les Drôles De Dames (DDD) ?

Les 3DDD sont trois amies de très longue date, passionnées par le cheveux sous toutes ses formes – lisses, bouclés, frisés, crépus, etc. On peut le dire, nous sommes des âmes sœurs (rires).

1

Charnelle & Sonia, Delphine est absente sur la photo.

 

– Comment a démarrée cette aventure capillaire ?
Plus jeunes tous les dimanches on se retrouvait chez Delphine. On se faisait des masques pour cheveux. On testait des tas de recettes (rires). Nos proches venaient souvent nous demander conseil pour leurs propres cheveux, idées coiffures, soins – ce qui nous flattait quelque part. Par la suite on a voulu transformer cette simple passion capillaire en réel business. C’est comme ça que l’idée nous est venue.

– Quand en parle des trois DDD en pense à Charlie & ses DDD. Pourquoi ce nom ?
Nous sortions dans notre quartier avec nos foulards et collants sur la tête. Oui on était un peu folle (rires), mais on assumait cette phase « backstage du cheveux » pas encore bien coiffé. Nos familles nous trouvaient bizarres, mais amusantes. Ça tombait de sens, il fallait qu’on s’appelle les « Drôles De Dames ».

– Mais du coup qui est Charlie ?
Suspens ! Il nous surveille dans l’ombre (rires). Si on révélait son identité ce ne serait pas drôle.

2
– Du début de l’aventure jusqu’à maintenant, avez vous traversé des difficultés ? Matériel, d’ordre financiers, concurrence…

On a dû se débrouiller seules pour développer ce business. Pour tout ce qui est administratif et tout ce qui touche aux démarches nous avons dû apprendre sur le tas. En dehors des expériences professionnelles de chacune, aucune de nous ne savait vraiment tout ce que ça impliquait d’être à la tête d’une entreprise.

La concurrence est très sévère, mais nous essayons d’innover et d’apporter une touche fraîche et nouvelle à ce marché. C’est très flatteur de voir que les concepts concurrents au notre se remettent en question et commencent également à diversifier leurs activités. On ne fait pas encore peur, mais notre concept novateur doit quand même en inquiéter plus d’un (rires).

– Vos origines africaines ont-t-elles déjà été un obstacle dans l’avancement de votre projet ?

On ne s’est jamais posé la question de cette barrière de la couleur. Les banques ont vu que nous étions sûres de nous et qu’on croyait en notre projet. Elles n’ont pas eu de mal à nous faire confiance. Pour l’instant nous sommes contentes de ne pas avoir eu besoin de crédit, nous avons notre propre capital. Le plus difficile était de trouver des partenaires pour nous accompagner. Au début, c’est vrai que nous sommes tombées sur des « marchands de rêve » (rires). Nous leur avons fait confiance et au final nous avons été déçus à plusieurs reprises. C’est aussi comme ça qu’on apprend et qu’on grandit n’est-ce pas? Et puis maintenant nous avons notre Charlie pour « veiller » sur nous (rires).

– Pour vous que signifie « être noire et fière » ?
Être noire est une force et non une faiblesse ! Pourquoi assimiler notre couleur, notre immense héritage à un handicap ? Nous avons la même capacité qu’un blanc ou un autre pour monter un projet viable qui tient la route. Nous sommes jeunes et motivées alors pourquoi nous ne réussirions pas ? Il n’y a pas de raison que ça échoue. Certes, les choses font que nous devont nous battre plus que le « blanc », mais nous pouvons y arriver. Si nous réussissons nous en aurons encore plus de mérite (rires) !

3

– Quelle est votre devise, la ligne de conduite que vous vous obligez à suivre ?
Notre devise se résumé en trois mots : transparence (des produits), proximité (avec notre clientèle) et diversité (dans notre palette d’articles afin de parler à tous types de femmes).

– En quelques mots expliquez nous votre concept.
DDD se veut être proche des femmes, toutes les femmes. Quelles soient africaines, métissées, européenne ou autre, nous essayons de répondre à une demande générale tout en conseillant au mieux la cliente. Beaucoup nous ont déjà dit se sentir comme dans leur chambre chez DDD (rires). On tient à entretenir ce côté cocooning de nos locaux.

Actuellement nous travaillons aussi sur un nouveau projet : « la niche du cheveux afro« , un espace de conseils pratiques pour les femmes aux cheveux naturels. Comme nous ne maîtrisons pas entièrement ce domaine, nous avons fait appel aux compétences de Bérénice, une experte dans ce domaine que vous découvrirez dans peu de temps…

4-

– Quels sont les retours que vous avez pu avoir de la clientèle vis à vis du concept, des produits ?
Les clientes sont satisfaites car nous avons une certaine proximité avec elles. Lorsqu’elles viennent dans nos locaux, on discute, on papote, elles se confient à nous. Elles sont contentes de se sentir réellement écoutées – Dans une autre boutique lambda, les vendeuses sont dans une démarche commerciale. Chez DDD nous sommes plus intimistes et proches de la cliente. Ça n’est pas très difficile pour nous, on est comme ça sans forcer, joviales, ouvertes et souriantes. C’est naturel, inné, ça ne s’improvise pas (rires).

2

3

– Donnez nous une fourchette de prix pour vos produits.

Nous avons décidé de fixer les prix par tranches car nous ne trouvions pas logique de vendre une mèche de 12 pouces au même prix qu’une de 20 pouces par exemple. Vous aurez donc du 12 à 14 pouces à 50 euros, du 16 au 22 pouces à 65 euros et du 24 au 30 pouces à 75 euros. C’est plus claire et plus simple. Il y en a pour tous les budgets. De plus, on organise souvent des ventes privées et des remises, les clientes n’en sont que plus satisfaites.

– Parlons de vous et de vos vies en tant que businesswomen, décrivez nous LA journée des 3DDD.

La journée commence à 11 h au showroom 6 jours sur 7.

C’est très administratif : organisation des rendez-vous « coiffures », rendez-vous avec nos investisseurs, gestion des commandes, etc. Une grande partie de notre travail se passe sur la toile, notamment sur notre tout nouveau site et nos réseaux sociaux. Nous sommes au bureau jusqu’à 20 h environ (plus tard selon l’affluence). Ce type d’horaires nous permets de maintenir et préserver nos vies familiales. De plus nous avons engagé quelqu’un pour nous seconder donc nous ne sommes jamais trop débordées.

– En tant que fille on a tous des rituels beauté pour la peau, pour les cheveux, quels sont les votre ?

Nous sommes trois donc nous allons vous confier trois astuces – rien que pour vous (rires).

* Chaque matin du lundi au samedi, on se masse le cuir chevelu pendant 15 secondes avec un mélange à base d’huile d’olive, d’huile de ricin et d’eau avec un vaporisateur. Cela va vous permettre de mieux faire pénétrer les produits capillaires et optimiser la qualité des repousses. De plus cette méthode est un excellent anti-stress !
* Le dimanche, on utilise une gousse d’ail que l’on écrase pour en faire une sorte de mixture pâteuse. On se masse les tempes avec afin de stimuler la pousse du cheveux. On laisse reposer 1h et on se lave les cheveux avant d’appliquer un shampoing. Résultats garantis (rires) !

4

5
– Aujourd’hui 3DDD est une marque qui se développe très bien, où est ce qu’on vous verra si on devait se donner rendez vous dans quelques années ? 5 ans par exemple.
Dans quelques années, on espère se développer et avoir plusieurs showrooms. L’Asie est un secteur qui nous intéresse tout comme l’Afrique – car on n’oublie pas nos racines. Pouvoir contribuer au développement de notre beau continent par le biais de notre activité, serait un rêve éveillé et une joie pour nous et tous nos proches.

– Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?
De la réussite et d’étendre la « Drôle De Dames » attitude (rires).
1

– Petit mot de la fin…

Nous tenons à dire à toutes les femmes qu’elles sont belles ! Avec un tissage, une perruque ou avec leurs cheveux naturels, vous êtes belles ! Il suffit de se sentir bien et de s’assumer. Nous remercions nos égéries extensions capillaires, Andrea et Ornella, qui nous soutiennent depuis le début. Également Bérénice qui nous a rejoint depuis peu et qui abordera en profondeur tous les aspects du cheveu afro. Un grand merci également à nos modèles Nora et Ursule. Enfin, merci à l’équipe NOFI pour cette interview.

Tout sur les 3 DRÔLES DE DAMES ICI !